À cause du Luxembourg

12 janvier 2021 20:06; Act: 14.01.2021 12:31 Print

Les terres belges, «poubelles à glyphosate»?

ATTERT - Le bourgmestre Josy Arens salue l’interdiction du glyphosate au Luxembourg, mais redoute que des agriculteurs grand-ducaux ne versent des stocks côté belge.

storybild

Sur ce sujet
Une faute?

Bourgmestre d’Attert, en Belgique, et député, Josy Arens salue l’interdiction du glyphosate au Luxembourg et veut que sa commune fasse de même. Pour s’assurer aussi que les agriculteurs grand-ducaux exploitant des terres sur la commune ne soient tentés d’y déverser des stocks.

«L’essentiel»: Comment jugez-vous l’interdiction du glyphosate au Luxembourg?

Josy Arens: Je salue l’initiative du gouvernement luxembourgeois qui a osé le faire. Je trouve qu’il est sur la bonne voie et je suis triste que la région wallonne ne l’ait pas fait. Cela me déçoit et je vais le faire savoir. (NDLR: En Belgique, il est interdit aux particuliers mais peut être utilisé en agriculture).

Cette interdiction est néanmoins aussi un motif d’inquiétude pour vous?

Sur la commune d’Attert, près de la moitié de la surface agricole utile (3 200 hectares) est exploitée par des agriculteurs du Grand-Duché. Il pourrait y avoir un risque que certains veuillent par exemple écouler des stocks sur leurs terres en Belgique. Et ce qui inquiète c’est aussi que les agriculteurs du Grand-Duché ont plus de moyens que les Belges, notamment en raison d’aides supérieures.

Comment limiter ce risque?

J’ai décidé de proposer au conseil communal le dernier vendredi de janvier (le 29) l’interdiction du glyphosate. C’est un enjeu pour la qualité de la nappe phréatique et plus largement l’avenir de la planète, notre richesse. Je l’avais dit de manière un peu forte il y a quelques mois, mais il ne faudrait pas que les terres belges soient des poubelles pour ces produits. Outre la question légale, Le fait que le conseil communal délibère à ce sujet sera déjà un fort signal. Et c’est un souci que doivent sans doute aussi partager d’autres communes environnantes.

Pourquoi y a-t-il tant d’agriculteurs du Grand-Duché exploitant ces terres. Pour profiter de règles plus souples?

D’abord, car ils trouvent encore des terres à des prix abordables. Mais cela pose aussi problème aux jeunes agriculteurs belges à qui je conseille parfois de ne pas acheter un terrain à un tel prix, sans quoi ils ne s’en sortiront pas. De plus il se trouve qu’actuellement aussi, de ce côté de la frontière, la tolérance concernant ces produits est plus grande.

Quelles sont les alternatives au glyphosate?

Il y a des techniques mécaniques, par le travail de la terre. En arrachant, en coupant. Mais cela représente un coût, en travail supplémentaire.

Avez-vous des données sur l’utilisation du glyphosate sur la commune?

Dans le cadre d’un projet, les agriculteurs ont été réunis par un technicien. Y compris les exploitants grand-ducaux. Sur la base, par exemple des factures, et parmi tous ceux qui ont participé, il n’y aurait plus d’utilisation en ce moment de glyphosate.

(L'essentiel/Nicolas Martin)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • solution simple le 14.01.2021 08:00 Report dénoncer ce commentaire

    Alors tout simple: interdire le glyphosate en Belgique comme on l'a fait au Luxembourg. Comme ça on est sûr que les poulets belges ne grattent plus dans la terre empoisonnée avant de les exporter vers le Luxembourg.

  • Action Réaction le 14.01.2021 07:35 Report dénoncer ce commentaire

    La Belgique (et pas seulement la commune d'Attert) doit tout simplement interdire aussi le glyphosate, au lieu de nous refiler des fruits et légumes pollués... c'est simple et logique.

  • plus vous le 14.01.2021 08:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    euh le rapport avec les frontaliers?

Les derniers commentaires

  • veritis le 14.01.2021 13:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mais bien entendu qu'ils vont tout déverser de l'autre côté de la frontière. ha c'est beau l'Europe, pas foutu de faire 1 règle pour tous

  • Y a encore du chemin à faire! le 14.01.2021 13:06 Report dénoncer ce commentaire

    "La Belgique n'a qu’à..." "Les belges n'ont qu'à..." La frontière entre nos pays ne représente que 60km, la frontière avec la France et la Hollande c'est des centaines de km, alors ce n'est certainement pas le Luxembourg que la moitié des bruxellois et les 9/10 des flamands ne connaissent pas qui va faire changer quelque choses au niveau fédéral ici, malheureusement! Car dans l’absolu, je suis également pour l’abandon de toutes ces crasses chimiques mais quand je vois que même dans ma famille (Namur) certains ne savaient pas que le GDL était un état à part entière avant que j'y travaille...

  • Baron le 14.01.2021 13:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Que la terre luxembourgeoise soit rendue ! La province du Luxembourg au Luxembourg... Rendez à César ce qui appartient à César !

  • Mouais le 14.01.2021 12:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je l'attendais ce genre de commentaire :)

  • Français56 le 14.01.2021 11:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’agriculture est une compétence régionale en Belgique. Donc l’agriculture à Attert relève des réglements wallons. Par ailleurs il y a des différences substantielles entre l’agriculture telle que conduite en Flandres et en Wallonie, cette dernière étant plus « verte » que celle pratiquée en Flandres. Les différences réglementaires entre chaque côté d’une frontière incitent toujours les acteurs à des arbirages économiques....