Au Luxembourg

23 mai 2019 16:42; Act: 23.05.2019 17:14 Print

Les toits plats du pays parfaits pour des potagers

LUXEMBOURG - Le gouvernement souhaite inciter les citoyens et les professionnels à cultiver des fruits et des légumes en ville, afin d’augmenter la production locale.

storybild

L’agriculture urbaine désigne la culture de fruits, légumes et autres produits agricoles, ainsi que l’élevage de petits animaux et vaches laitières, sur des petites surfaces dans les villes et leurs agglomérations. (photo: L'essentiel)

Sur ce sujet
Une faute?

«Une grande partie de la population au Luxembourg veut une alimentation locale et saine (voir encadré). Nous voulons aller dans cette direction». Carole Dieschbourg, ministre déi gréng de l’Environnement, a présenté ce jeudi la stratégie nationale «Urban Farming (NDLR: agriculture urbaine) Luxembourg». Pour rappel, l’agriculture urbaine désigne la culture de fruits, légumes et autres produits agricoles, ainsi que l’élevage de petits animaux et vaches laitières, sur des petites surfaces dans les villes et leurs agglomérations, en vue de la distribution et de la consommation en circuits courts (vente directe ou circuits locaux).

La stratégie du gouvernement consiste, notamment, à développer des projets divers dans le secteur (ferme périurbaine, ferme indoor, jardin partagé, jardin sur toit, serre en toiture, serre flottante...), alors que l’agriculture urbaine au Grand-Duché se compose aujourd’hui principalement de potagers individuels ou communautaires. «Au Luxembourg, de nombreux bâtiments possèdent une toiture plate, souligne Bruno Renders, administrateur directeur général du Conseil pour le développement économique de la construction (CDEC), qui a collaboré avec le ministère pour l’élaboration de la stratégie. Ils peuvent par exemple se prêter à l’accueil de ces projets».

Néfaste pour les ressources en eau?

Afin de guider les porteurs de projets potentiels, une carte «intelligente» est disponible depuis ce jeudi midi sur geoportail.lu. «Elle doit les aider à identifier des zones d’installation à Luxembourg, Bettembourg-Dudelange, Esch-Belval et Wiltz, explique Carole Dieschbourg. Elle sera bientôt opérationnelle pour l’ensemble du pays».

«Aujourd’hui, la production agricole luxembourgeoise ne permet de couvrir que 3% des besoins en fruits et légumes du pays, indique de son côté Bruno Renders. Il y a aussi de la place pour une production de niche professionnelle, complémentaire à l’agriculture traditionnelle. D’autant que les fruits et légumes importés viennent majoritairement de France et de Belgique, où le climat est plus ou moins similaire. Il est possible de relocaliser certaines productions».

Mais l’idée d’exploiter de nombreuses surfaces en zones urbaines et périurbaines, pour produire des fruits ou des légumes, n’est-elle pas préjudiciable pour les ressources en eau du pays? «L’agriculture hors sol nécessite moins d’eau que l’agriculture classique, rappelle Bruno Renders. En outre, ces futurs projets pourraient par exemple utiliser des sources d’eaux pas encore valorisées, comme l’eau de pluie ou les eaux usées».

(L'essentiel/Olivier Loyens)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • julie le 23.05.2019 18:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bon! C est bien joli mais les promoteurs devront veiller à ce que ces toits non conçus pour nos climats soit mieux étanchéités J habite au dernier étage d un immeuble au toit plats j ai de l eau qui dégouline à l’intérieur lorsque il pleut fort

  • zaz le 23.05.2019 20:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J habite près des jardins de la Pétrusse 1/3 Des parcelles ne sont pas cultivées. J ai fait une demande les autorités m ont répondu au il y a une liste d attente de 600 personnes. Il faudrait peut être gérer efficacement les ressources existantes avant de lancer des projets compliqués...

  • Vindulux le 24.05.2019 03:23 Report dénoncer ce commentaire

    Manger local??? Le GDL importe 97% de ses fruits et légumes et la solution qu on nous propose pour couvrir les besoin de la population est de planter 3 pauvres légumes dans un bac, comme ceux installés en centre ville, à coté des cheminées des usines de Differdange ou de Belval. Ou sur les toits de quelques cubes de béton pour qualifier ces bâtiments de verts. Alors que 85 % de la surface notre pays de 2586 km2 est occupé par l'agriculture et la sylviculture. Combien hectares de bonne terres de culture vient d'être détruit et recouvert de béton Gasperich?

Les derniers commentaires

  • Emilien le 24.05.2019 17:45 Report dénoncer ce commentaire

    Bonjour. Ne connaissant pas assez bien le contexte, je ne discuterai pas du bien-fondé de l'idée. Mais je me permets de dire qu'il existe des solutions techniques garantissant pour les toits plats, une étanchéité parfaite, et une adéquation avec la culture maraîchère. La société BMI, numéro 1 européen de la toiture, vient d'ailleurs d'installer son "Center of Excellence" à Luxembourg (Kirchberg). En avant le progres !

  • sycloux le 24.05.2019 14:50 Report dénoncer ce commentaire

    Bravo bonne initiative!

  • Soleil le 24.05.2019 06:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je ne sais pas qui a eu cette idée de toit plat dans un pays où il pleut 1 jour sur 3.

    • Unicorn le 24.05.2019 09:26 Report dénoncer ce commentaire

      mdr, une toiture pate ne veut pas dire une toiture sans aucune pente, une pente d'un petit degré suffit pour que l'eau s'écoule, et des averses, il y en a relativement peu, si vous étiez cyclistes vous le sauriez, en fait, il y en a eu deux ces deux derniers mois au centre. Le seul problème des toitures plates est celui du poid de la neige, et du gel qui peut nuire aux étanchéités. L'avantage des toiture plates est celui de gain en espace habitable, et en luminosité.

  • Vindulux le 24.05.2019 03:43 Report dénoncer ce commentaire

    Les bon fruits et légumes poussent au sol dans un sol sain et vivant! Au Luxembourg il pleut suffisamment pour se passer d’irrigation. Cultiver des légumes Frankenstein sur les toits ou dans des bacs surélevé installer à grand renfort d'énergie fossile et d’émission de CO2 et arroser en permanence d'engrais liquide , ne procurera jamais des produits du terroir même s'ils ont pousser localement. La solution pour couvrir les besoin du pays, demande d'arrêter les cultures massives de monocultures même bio et de revenir à de petites surface de multi-cultures travaillé à la main.

    • Unicorn le 24.05.2019 09:33 Report dénoncer ce commentaire

      la plupart des sols dit nature, sont des sols argileux, pour certaines plantes on ne peut se passer de la travailler, et je ne vois pas pourquoi il faut arroser les bacs sur toiture d'avantage qu'au sol, il y pleut autant, et puis la récupération d'eau de pluie, vous en avez déjà entendu parler ?

    • YKYId le 24.05.2019 10:08 Report dénoncer ce commentaire

      Si le fin de votre discours est parfaitement vrai, le début l'est moins. D'abord la majorité des légumes consommés en hiver / printemps poussent en hydroponie (donc vous en mangez probablement déjà). Ensuite ces cultures nécessitent principalement des pompes et des engrais. Pas besoin de gros tracteurs, les engrais vont directement aux plantes et pas dans la nappe phréatique après la 1ère pluie. De plus il existe des alternatives (aquaponie et bioponie) qui pourraient améliorer la production ...

  • Vindulux le 24.05.2019 03:23 Report dénoncer ce commentaire

    Manger local??? Le GDL importe 97% de ses fruits et légumes et la solution qu on nous propose pour couvrir les besoin de la population est de planter 3 pauvres légumes dans un bac, comme ceux installés en centre ville, à coté des cheminées des usines de Differdange ou de Belval. Ou sur les toits de quelques cubes de béton pour qualifier ces bâtiments de verts. Alors que 85 % de la surface notre pays de 2586 km2 est occupé par l'agriculture et la sylviculture. Combien hectares de bonne terres de culture vient d'être détruit et recouvert de béton Gasperich?

    • Unicorn le 24.05.2019 09:37 Report dénoncer ce commentaire

      quelle bonne terre de culture? La plupart de ces terres cultivables de 85% sont déjà tellement mono-exploitées qu'elles ne rapporteraient rien sans les engrais massifs chimiques qui polluent les eaux souterraines.