Trains au Luxembourg

06 décembre 2018 10:40; Act: 06.12.2018 10:41 Print

«Les trois accidents ne peuvent être comparés»

BETTEMBOURG – Le ministre de la Mobilité, François Bausch, est revenu sur la collision de train du 16 octobre, qu’il ne veut pas comparer aux précédents accidents.

Voir le diaporama en grand »

Retour en images sur l'accident du 14 février 2017.

Sur ce sujet
Une faute?

Le Luxembourg a connu trois collisions de train sur son réseau en douze ans (2006, 2017 et 2018). Le ministre de la Mobilité, François Bausch (Déi Gréng), en poste en tant que ministre des Infrastructures lors des deux dernières, a estimé jeudi que les trois événements «ne peuvent absolument pas être comparés». Il répondait à une question du député David Wagner (Déi Lénk).

«Ces événements n’ont en commun que le lieu géographique au sens large tandis que les conditions d’exploitation (…) diffèrent considérablement», explique le ministre. Sur le fond, il a livré un minimum d’informations, rappelant le principe du secret de l’instruction. Il a rappelé que l’accident du 16 octobre dernier, qui avait fait un blessé, s’était produit dans la zone de triage, qui n’est pas en interaction avec la ligne principale Bettembourg-Thionville où s’étaient déroulées les précédentes collisions.

Le train accidenté en 2018 se trouvait à l’arrêt dans un secteur limité à 40 km/h, contre 140 km/h en 2006 et 2017. Malgré les mesures de sécurité prises, «un fond de risque résiduel subsiste», a reconnu François Bausch. Le ministre défend les CFL, critiqués pour ne pas avoir informé sur l’accident de 2018 avant qu’un syndicat français le fasse trois jours après les faits. Il a prétexté une impossibilité de communication lorsque des enquêtes sont en cours.

(jg/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • shaun le mouton le 06.12.2018 14:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bah ! y a qu'à construire à Bettembourg des turbos lignes de trains avec une rotonde géante pour toutes les directions ! et voilà.

  • Henri le 06.12.2018 19:36 Report dénoncer ce commentaire

    Les trois accidents ont en commun, qu’ils auraient pu être évités, si des verrouillages électriques modernes, qui préviennent les accidents en cas d’erreur humaine, avaient été installés

  • Oggy le 06.12.2018 12:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Causez toujours, moi je ne crois plus rien dans ces histoires...

Les derniers commentaires

  • Henri le 06.12.2018 19:36 Report dénoncer ce commentaire

    Les trois accidents ont en commun, qu’ils auraient pu être évités, si des verrouillages électriques modernes, qui préviennent les accidents en cas d’erreur humaine, avaient été installés

  • shaun le mouton le 06.12.2018 14:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    bah ! y a qu'à construire à Bettembourg des turbos lignes de trains avec une rotonde géante pour toutes les directions ! et voilà.

  • Oggy le 06.12.2018 12:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Causez toujours, moi je ne crois plus rien dans ces histoires...

  • Loup gris le 06.12.2018 12:07 Report dénoncer ce commentaire

    c'est quoi un "un fond de risqué résiduel subsiste" ? Comment faite vous pour atténuer la probabilité de survenance ?

  • patate le 06.12.2018 12:06 Report dénoncer ce commentaire

    "Il a prétexté une impossibilité de communication lorsque des enquêtes sont en cours." ce qui posera inévitablement la question pourquoi on était toujours capable d'informer le public de tous les autres accidents de la route et sur le rail quasi instantément.

    • Bonne remarque le 06.12.2018 17:10 Report dénoncer ce commentaire

      Parce qu'il y a certainement des choses dérangeantes, tout simplement.