Covid au Luxembourg

25 novembre 2020 09:00; Act: 24.11.2020 21:54 Print

Les violences domestiques sont «plus graves»

LUXEMBOURG - La violence domestique exacerbée par la crise du coronavirus sera un grand thème de l’Orange Week, qui débute ce mercredi.

storybild

En 2020, la marche en orange est remplacée par d’autres actions.

Sur ce sujet
Une faute?

«Lors du confinement, nous avons, avec l’État, logé des femmes et des enfants victimes de violences domestiques à l’hôtel, car nos refuges étaient saturés», relate Anik Raskin, chargée de direction du Conseil national des femmes du Luxembourg (CNFL).

Avec le Covid, 2020 aura été une année particulière pour les associations luttant contre les violences sexistes. Les abus domestiques seront un grand axe de l’Orange Week, qui débute ce mercredi pour la Journée internationale de l’élimination de la violence à l’égard des filles et des femmes. «Le logement reste un gros souci, pas seulement à cause du manque de place en refuge, mais car la situation chez les ménages dégénère d’autant plus facilement quand ils habitent dans un petit espace», note Andrée Birnbaum, directrice générale de Femmes en détresse.

Une helpline a été lancée dès le début du confinement. «Des supermarchés ont affiché le numéro, car c’est un endroit où les victimes sont susceptibles de se rendre sans l’auteur de violences», dit Anik Raskin. «En 2020, les appels de soutien psychologique ont été plus longs et les violences plus graves», estime Andrée Birnbaum. «Nous craignons que la cause de l’égalité femmes et hommes perde en importance. Il faut réaffirmer notre présence», insiste Anik Raskin.

(Séverine Goffin et Noémie Koppe/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • filao le 25.11.2020 10:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les hommes, sont tout aussi victimes, mais personne n’en parle jamais...

  • JDFB le 25.11.2020 09:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça c'est aussi la conséquence de vivre à plusieurs dans les cages à poule de cette ville où le confort immobilier est impayable ! retour de manivelle d'une politique très mauvaise !

  • Ex-Amoureux du GDL le 25.11.2020 09:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Qui ne voudrait pas cautionner une telle initiative pour tenter d'éveiller les consciences sur des actes barbares que réalisent certains hommes? Nous sommes en tout point avec vous.

Les derniers commentaires

  • hax le 26.11.2020 11:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    le covid n est pas une excuse..

  • femme le 26.11.2020 10:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pourquoi est ce les victimes qui quittent le domicile et pas l agresseur lui pas de problème pantoufle bière tv

  • tabou le 26.11.2020 09:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au début il était le prince charmant , m offrait plein de cadeaux , il mettait tout en son nom. Puis m a fait venir vivre chez lui , j étais jamais assez bien pour lui , il me descendait mes conversations n étaient pas interessantes pour lui pas assez intelligente , humiliations, mensonges manipulations.. et le reste suite logique de ce que font les pervers ils enlèvent tout à la femme lui laissant rien ! Et ça les rend heureux . Des monstres déguisés en hommes bien , charmant , gentil en société ..

  • delis le 26.11.2020 08:58 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Filmez la violence , filmez les menaces , filmez la maltraitance puis envoyez au ministère de la santé ou famille : ils diront cesser de nous importuner ou harceler ? Limite ils vont se plaindre chez les bourreaux que vous avez balancées pour qu ils puissent vous achever .. bravo. .. et si c est les personnes âgées ? Pareil ? Comment protègent ils , en disant C est une erreur ? La victime est folle ? Le bourreau est formidable? C est souvent comme ça malheureusement , on essayé de faire passer la victime pour dingue car elle dénonce la vérité

  • Alex le 26.11.2020 08:26 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Disposé à passer Le Cap. je vous encourage à faire ce livre afin de prévenir les jeunes génération (homme) à faire attention à la femme suite aux provocations et la mal traitensse psycologique quelle peuvent exercer sans crainte aux prêt de ceux si qui ce retrouve sans repère.

    • Parler Libère le 26.11.2020 11:38 Report dénoncer ce commentaire

      Si un jour ce livre paraît, Alex, ce sera ma très petite contribution à la libération de la parole sur un sujet qui est encore très et trop tabou. Ce ne sera pas une publication pointant du doigt les femmes. Ce n'est pas mon but. Uniquement le droit de s'exprimer enfin et faire avancer, du moins je l'espère, la prise de conscience de la société sur des tragédies qui brisent toute une vie. Les femmes osent s'exprimer sur leurs souffrances. Les enfants subissant ces traumatismes sont écoutés et aidés. Les hommes doivent sortir du placard moral dans lequel ils sont enfermés.