Au Luxembourg

20 novembre 2019 07:00; Act: 20.11.2019 11:52 Print

Les violences sexistes sont aussi psychologiques

LUXEMBOURG - L'Orange Week aura pour objectif de faire reculer les violences à l'égard des femmes.

storybild

L'an dernier, la Marche de la solidarité a réuni 600 participants. (photo: Editpress/Hervé Montaigu)

Sur ce sujet
Une faute?

Depuis sa création à l'été 2018, le service umedo du Laboratoire national de santé (LNS) a examiné 28 victimes de violences. Le service s'adresse à tous les adultes victimes de violences physiques ou sexuelles souhaitant documenter leur cas sans porter plainte. «La grande majorité ont été des femmes victimes de la violence de leur conjoint ou ex-conjoint», souligne le LNS.

Les violences domestiques restent donc un des thèmes d'actualité de l'Orange Week, du Conseil national des femmes du Luxembourg (CNFL) et de la section luxembourgeoise du Zonta International, qui a débuté mardi. Un des points forts de ces journées d'activisme pour faire reculer la violence à l'égard des femmes et des filles sera la Marche de la solidarité de samedi au départ du Glacis, à 11 h. Cette année, elle pourra compter sur la présence de la Grande-Duchesse.

Au niveau des ministères, la lutte contre les violences conjugales fait l'objet de réflexions, avec des suggestions comme le bracelet électronique pour certains auteurs. «Des statistiques seraient nécessaires, estime Anik Raskin, chargée de direction au CNFL. Les violences conjugales justifient deux interventions policières par jour, mais il ne s'agit que des cas déclarés. Et il nous manque encore un arsenal spécifique pour identifier et lutter contre les violences psychologiques».

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • veridiquee le 20.11.2019 11:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J ai été dans une formation et là on accusait les femmes de mettre du rouge à lèvre Chanel . Qu elles pouvaient attisaient l envie et la jalousie donc qu il faut venir bosser «  moche » pour ne pas froisser les frustrées . 18e siècle

  • Le Belge, une fois le 20.11.2019 10:45 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi seulement à l'égard de femmes? Dans l'autre sens cela existe aussi!

  • Marc le 20.11.2019 09:42 Report dénoncer ce commentaire

    Les violences psychologiques sont souvent, aussi, envers les hommes...

Les derniers commentaires

  • stttt le 20.11.2019 21:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cette aprèm midi je téléphone à mon travail et la réceptionniste très mal polie m envoie balader méchamment . Aucun respect

  • Sowat le 20.11.2019 17:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Stephanie : bien d'accord avec vous

  • parlons le 20.11.2019 17:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est ce qu on veut ? Qu elles puissent se débrouiller ? La loi doit sanctionner les personnes( femmes et hommes ) qui violentent les femmes et les hommes . Je suis une femme les hommes étaient beaucoup plus sympas que certaines femmes frustrées méchantes dans le monde du travail.

  • et si le 20.11.2019 16:01 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Clara : il faut aussi balayer devant sa porte , même si tu as raison la violence existe partout dans le monde , mais aussi ici et ce sont aussi des femmes qui abusent comme ces hommes violents , et qui savent s’y prendre en « public » pour montrer une apparence collégiale alors que par derrière elles martyrisent les plus fragiles , gentille,   vulnérables etc .les plus faibles doivent partir malheureusement pour « survivre »

  • et si le 20.11.2019 15:54 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Clara : vient faire un tour dans le monde (de femmes en majorité)socio médical éducatif et tu verras de la violence beaucoup sont des « voyons »crient pour rien sur les clients , parlent et rigolent fort sans gêne ni respect et critique celles qui sont plus réservées et bien éduquées