Emploi au Luxembourg

11 janvier 2019 09:00; Act: 11.01.2019 09:54 Print

Leur intégration peut passer par la démolition

LUXEMBOURG - En manque de main-d’œuvre, Xardel Démolition en a trouvé parmi les bénéficiaires de protection internationale.

storybild

Raad, Shmueel, Ahmed, Wahid, Vahab, Ahmad, Azmatullah, Guesh et Kirus sont prêts à travailler.

Sur ce sujet
Une faute?

L’intégration par la démolition. Neuf réfugiés débuteront lundi des travaux sur le chantier du Jean-Monnet, au Kirchberg, avec Xardel Démolition. Ils ont été sélectionnés par l’entreprise de Schifflange, qui a trouvé ainsi une réponse à son besoin de main-d’œuvre. «Nous avions lancé une opération de recrutement auprès de demandeurs d’emploi de l’Adem, sans trouver de candidats. On a eu l’idée de se tourner vers Caritas et l’ASTI, qui ont proposé des migrants en recherche d’emploi», explique Jean-Marie Becker, directeur terrassement et démolition.

Sur la quinzaine de profils retenus, neuf ont été intéressés pour suivre une formation de 160 heures à l’IFBS, entre technique de démontage, de démolition, de sciage, oxydécoupage, sécurité... ainsi qu’une mise à niveau en français. Ils ont de 18 à 46 ans, sont irakien, érythréen, afghan... Ils étaient garde du corps, ouvrier, conducteur d’engin ou de camion, agriculteur... Les voilà démolisseurs au Grand-Duché. «Nous avons décidé de tous les embaucher à l’issue de la formation, pour certains en contrats aidés, et on verra sur le chantier comment ils s’en sortent», conclut Jean-Marie Becker.

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Intégrateur le 11.01.2019 12:16 Report dénoncer ce commentaire

    N'est pas démolisseur qui veut. C'est un travail physique, en extérieur, et assez dangereux. Pas étonnant qu'ils ne trouvent pas à l'Adem: avec 5% de chômage, la plupart des inscrits à l'Adem sont âgés ou ont des problèmes physiques/psychologiques. Je travaille régulièrement avec des réfugiés, et la plupart d'entre eux sont très motivés dès qu'on leur donne une chance de montrer ce qu'ils savent faire.

  • Angelo51 le 11.01.2019 11:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Amateurisme local toujours. J’ai travaillé dans ce bâtiment et il est pourri d’amiante jusqu’à la moelle comme l’était l’ancien Berlaymont à Bruxelles mais à Bruxelles on a fait appel à de vrais spécialistes. Il est vrai que c’était avant la crise migratoire et que les opérations de communication visant à rendre les réfugiés sympathiques n’avaient pas lieu d’être. Donc ok mais pas sur le dos de la santé des gens.

  • djinn le 11.01.2019 17:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut prendre la main d’œuvre qui a besoin de travailler, pas celle qui veut chipoter. Je pense quand on traversé la mer sur des embarcations de fortune, on est prêt et motivé pour tout emploi, l’important est de subvenir à ses besoins sans être une charge pour le contribuable. Bravo à cet employeur.

Les derniers commentaires

  • butcher le 11.01.2019 23:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Quand vous cherchez personne , vous demandez à l’ADEM . Et avec l’augmentation du RMG les choses ne vont pas S’améliorer !!!

  • djinn le 11.01.2019 17:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il faut prendre la main d’œuvre qui a besoin de travailler, pas celle qui veut chipoter. Je pense quand on traversé la mer sur des embarcations de fortune, on est prêt et motivé pour tout emploi, l’important est de subvenir à ses besoins sans être une charge pour le contribuable. Bravo à cet employeur.

    • Xettoise le 11.01.2019 19:22 Report dénoncer ce commentaire

      Mais bien sûr. Bravo à l’employeur

  • yenamarre le 11.01.2019 15:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @luxembourg pourquoi cette insinuation sur les luxembourgeois ?? Sur les 5% de chômeurs je ne pense pas qu il y ai que des luxembourgeois!

  • Lestrollsrusses le 11.01.2019 12:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Mon collègue Angelo51 a raison car il nous faut toujours critiquer la migration, c'est dans notre script ici à l'usine.

  • Intégrateur le 11.01.2019 12:16 Report dénoncer ce commentaire

    N'est pas démolisseur qui veut. C'est un travail physique, en extérieur, et assez dangereux. Pas étonnant qu'ils ne trouvent pas à l'Adem: avec 5% de chômage, la plupart des inscrits à l'Adem sont âgés ou ont des problèmes physiques/psychologiques. Je travaille régulièrement avec des réfugiés, et la plupart d'entre eux sont très motivés dès qu'on leur donne une chance de montrer ce qu'ils savent faire.