Jeune Luxembourgeoise

01 octobre 2020 09:00; Act: 01.10.2020 10:17 Print

À 24 ans, Liz Breuer mène son «rêve américain»

LUXEMBOURG/NEW YORK – Une jeune Luxembourgeoise est installée aux États-Unis, où elle gère une agence de marketing pour le développement durable.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

C'est l'histoire d'un rêve devenu réalité: celui d'une petite Luxembourgeoise au grand flair, devenue entrepreneuse à New York. À 24 ans, Liz Breuer y a ouvert sa propre agence de marketing, New Normal Bureau, en compagnie de son associée suédoise, Elina Carle Montenegro. Une société qui met l'accent sur le développement durable et qui s'est fixé pour objectif de redonner espoir, en pleine période de pandémie.

Après avoir décroché son diplôme au Lycée de garçons de Luxembourg en 2015, la jeune femme a décidé de partir seule vers la mégalopole américaine. Elle a étudié quatre ans au «Fashion Institute of Technology», afin de mettre toutes les chances de son côté pour réaliser son rêve. Au cours de cette période, la Luxembourgeoise a obtenu son diplôme en «International Trade and Marketing», enchaîné les stages pratiques, puis trouvé un premier poste au sein d'une société de marketing, avant de se mettre à son compte pour créer sa propre société dans son pays d'adoption. Et ce, en plein coronavirus.

«Les marques durables souvent trop haut de gamme ou pas sérieuses»

La crise n'a pas empêché Liz Breuer de mener à bien son «rêve américain» très personnel. Chaque jour, elle est confrontée à la situation hors du commun de New York: des masques partout, des troubles politiques, des manifestations «Black Lives Matter». Cependant, la situation paraît, selon elle, bien pire pour les personnes de l'extérieur que pour les habitants: «Les New-yorkais sont un peuple fort et ont une attitude complètement différente de la nôtre. Pour eux, la situation actuelle n'est qu'un obstacle de plus sur la route», a expliqué à L'essentiel Liz Breuer, qui a manifestement adopté la mentalité locale. Elle reste néanmoins prudente, portant toujours son masque à l'extérieur, mais conserve un regard plein d'espoir sur l'avenir.

D'autant plus qu'elle a lancé le 14 août dernier sa start-up, qui soutient les marques durables. Avec sa société de marketing, la jeune femme entend rompre avec l'image parfois négative associée aux produits écologiques. «Les marques durables sont souvent trop haut de gamme ou pas assez sérieuses», dit-elle. Elle aimerait donner des conseils sur la façon de vivre consciemment, sans rentrer dans des extrêmes.

Voir cette publication sur Instagram

I look like a mix of Madeline and Paddington Bear

Une publication partagée par Liz Breuer (@lizbreuer) le

Sieh dir diesen Beitrag auf Instagram an

Today’s the day: We’re officially launching New Normal Bureau into our resilient Earth. We are excited to welcome you onboard our mission to tell stories and amplify actions that ignite a future where conscious choices become the baseline: The New Normal. To us, sustainability is a journey, a means to an end rather than the end itself. While recognizing that the direction is more important than the speed, we aim to create a safe space for both brands and consumers that value progress over perfection. As a purpose-driven marketing agency, we wanted to share this film entitled #Decelerate, set around bustling New York City’s natural oases to inspire you to slow down, reflect and embrace your surroundings. We look forward to sharing our journey with you and are excited about what’s to come! Stay tuned for additional updates on us, our work and efforts. x Elina and Liz

Ein Beitrag geteilt von New Normal Bureau (@newnormalbureau) am

(Liz Mikos/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Leon le 01.10.2020 09:58 Report dénoncer ce commentaire

    Merci papa

  • luxo le 01.10.2020 12:17 Report dénoncer ce commentaire

    @SCM: Bien vu, sur son compte instagram, j'ai comptabilisée plus de 60 sacs différents et je me suis arrêtée de compter. Cette fille à Papa est plutôt une sacrée fashion victime. Je ne vois rien de durable ni d'écologique dans son entreprise. Comment une entreprise de marketing peut elle se prétendre durable?

  • Swen le 01.10.2020 11:07 Report dénoncer ce commentaire

    Suffit de voir sa collection de sacs pour mieux comprendre ce qu'est le "développement durable" à la luxembourgeoise.

Les derniers commentaires

  • dede le 02.10.2020 05:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien voilà la vrai image de Luxembourg. Passer de mille euros l'hectare à 10 millions en 30 ans ça à fabriquer beaucoup d'autodidacte! Et voici donc un échantillon de la descendance.

  • veritis le 01.10.2020 20:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    une belle blague

  • J'aime ces jeunes différents le 01.10.2020 19:57 Report dénoncer ce commentaire

    Liz, je ne te connais pas, mais t'as bien fait de partir pour une nouvelle vie. Rien qu'à lire les commentaires, ces personnes ne doivent certainement pas te manquer..

    • Milos le 01.10.2020 21:47 Report dénoncer ce commentaire

      Elle compensera avec un nouveau sac, sans aucun doute.

  • Max le 01.10.2020 14:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Louis, bah écoutez tant mieux, vous êtes sans doute pas fait pour cela. La Question est pourquoi?

  • Princess le 01.10.2020 14:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je parie qu'elle a un dressing ultra chargé de choses superflues mais elle nous dit œuvrer pour la planète...