Menstruations et travail

06 octobre 2021 07:00; Act: 06.10.2021 09:14 Print

«Ma douleur est réelle, il faut lever le tabou des règles»

LUXEMBOURG - La pétition réclamant deux jours de dispense pour les femmes qui ont des règles douloureuses sera débattue ce mercredi, à la Chambre.

storybild

«Ma douleur est réelle et je veux qu'on la prenne en considération», explique Kelly. (photo: Image d'illustration)

Sur ce sujet
Une faute?

Quand le premier jour de ses règles arrive, Kelly n'a envie que d'une chose: «Me rouler en boule sous ma couette avec une bouillotte». La faute à des douleurs très vives. «J'ai des migraines, des diarrhées et des crampes comme des contractions qui durent plusieurs secondes». Et cela ne date pas d'hier: «J'ai commencé à prendre la pilule à 15 ans parce que je tombais dans les pommes tellement la douleur était forte». L'assistante sociale de 29 ans «se force» aujourd'hui à aller travailler malgré tout et fait bonne figure «alors que je serais bien mieux à travailler depuis la maison par exemple».

«Ma douleur est réelle, il faut lever le tabou des règles», insiste-t-elle. «Plus de femmes qu'on ne le pense souffrent de la même manière que moi et j'aimerais qu'on le prenne en considération». Elle témoignera mercredi lors du débat à la Chambre des députés aux côtés d'Ornella Romito, qui a lancé une pétition sur le sujet. La jeune femme de 28 ans a été surprise de l'engouement autour de sa démarche (4 805 signatures en quelques semaines) mais elle l'explique: «J'ai sans doute dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas».

«Ce n'est pas une maladie»

L'idée de lancer cette pétition vient aussi de la douleur, qui revient inlassablement tous les mois. «Je faisais des infections urinaires chroniques alors j'ai décidé d'arrêter la pilule et j'ai redécouvert des règles extrêmement douloureuses qui empiraient mois après mois». Elle se défend de demander des «congés menstruels»: «Je n'ai pas utilisé ce terme, je dirais plutôt "dispense", "aménagement", "réorganisation de planning"», assure-t-elle. «Pour celles qui souffrent, et il y en a beaucoup».

À ceux qui lui rétorquent que les femmes ne sont pas les seules à souffrir de maux récurrents, migraines, mal de dos... La jeune femme rétorque: «Ici, on parle des règles, ce n'est pas une maladie», s'emporte-t-elle un peu. Mercredi, à la Chambre, elle veut «ouvrir le débat et lever le tabou, c'est déjà une petite victoire».

(Marion Chevrier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Télétravail ponctuel le 06.10.2021 08:33 Report dénoncer ce commentaire

    Pour ma part j'autorise le télétravail ponctuel à la demande, pour les femmes comme pour les hommes. Que ce soit pour un problème de règles, un enfant malade ou qui n'a pas école, une livraison d'un frigo ou des ouvriers qui refont la salle de bains. Il suffit d'envoyer un mail pour prévenir, sans spécialement rentrer dans les détails. Ca n'a pas d'impact sur la productivité car c'est un avantage apprécié que personne ne veut perdre. Après, c'est sûr que pour certains métiers ce n'est pas possible.

  • prune53 le 06.10.2021 09:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On peut toujours rester à la maison si on est malade, quelle que soit la cause de la maladie. Je ne vois pas pourquoi ce sujet vient sur la table du gouvernement.

  • Anabelle le 06.10.2021 10:32 Report dénoncer ce commentaire

    Faut pas non plus exagérer ! De moins en moins de patrons vont embaucher de femmes !

Les derniers commentaires

  • Bouba le 07.10.2021 05:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et les hommes? Ont-ils aussi droit à deux jours de congé, du fait qu‘ils souffrent aussi pendant cette semaine (règle).

  • PiPa le 06.10.2021 17:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On veut l égalité quand ça arrange mais après on revient sur la spécificité d être une femme faudrait savoir

  • Mag le 06.10.2021 15:31 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On exagère pas et ça ne serait pas correct si pour cette raison les patrons emboucherait des hommes. On a les mêmes droits et on va parfois très mal pendant les règles. Je ne veux pas que mon travail soit mal jugé parce que on ne sais pas que parfois je me sens vraiment terriblement mal. J’ai pas choisi d’avoir des règles et parfois c’est plus douloureux que d’habitude. Je ne suis pas une feniane et je suis une bosseuse mais quand j’ai très mal j’ai mal. On devrait faire quelque chose c’est tout

  • anne le 06.10.2021 15:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c est un appel à la discrimination à l embauche. en tant que femme, on est déjà limité à cause des soucis que peuvent provoquer un congé maternité... mais là ça devient grave!!!!

  • ciccio le 06.10.2021 15:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis ballonné 3 jours par mois, je peux rester à la maison patron?