Emploi au Luxembourg

01 mars 2018 06:55; Act: 01.03.2018 10:32 Print

Mahle va licencier deux tiers de ses effectifs

FOETZ - Stupeur à Fœtz, où les 90 salariés de la société Mahle viennent d'apprendre que 63 d’entre eux risquaient de perdre leur emploi.

storybild

La société Mahle avait déménagé au début de l'année à Fœtz. (photo: Editpress)

Sur ce sujet

Installée depuis le début de l’année sur son nouveau site de Fœtz, la société Mahle, spécialisée dans la réalisation de pièces détachées pour l’automobile, va se séparer d’une très grande partie de son personnel. La nouvelle a été annoncée en début de semaine aux salariés et confirmée à L’essentiel mercredi, par la maison mère située à Stuttgart.

«En raison d’un environnement hautement concurrentiel dans le domaine de la gestion thermique, le groupe Mahle va se consolider et ajuster ses capacités dans ses différents centres européens de recherche et de développement. Une partie de nos activités s’arrêteront à Fœtz au plus tard fin 2019», avance un porte-parole de Mahle, Ruben Danisch.

En tout, ce sont 63 postes sur les 90 que compte la société sur son site luxembourgeois qui sont menacés. Parmi eux, des profils aussi variés que des chercheurs, des ouvriers ou encore des ingénieurs. «Nous sommes choqués par l’ampleur de cette restructuration. D’autant qu’il y a quelques mois, lorsque nous étions en train de négocier une nouvelle convention collective, il n’a jamais été question de suppressions d’emplois», explique pour sa part Julie Roden, secrétaire centrale adjointe du syndicat services et énergie de l’OGBL. «Notre priorité sera de maintenir le plus d’emplois possible», ajoute-t-elle.

Un premier tour de négociations du plan social est d’ores et déjà prévu pour le 12 mars prochain.

(Patrick Théry/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Justme le 01.03.2018 07:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les incompétents de dirigeants qui n ont pas su anticiper ces problèmes vont être virés aussi? Que l on commence par eux...

  • Mahle le 01.03.2018 18:12 Report dénoncer ce commentaire

    Apres lecture des commentaires, je voulais partager l'opinion d'une des personnes concernées. Mahle a subi des issues de garanties et a perdu beaucoup de projet. Le fait étrange est que ces problemes provenaient de la maison mere allemande et n'avaient aucun lien avec le site du Luxembourg. Ce site est par consequent sacrifié selon un plan voulant optimizant l'ingénie pour revenir au profit. Apres les multiples plan sociaux de Delphi, la vente, ce nouveau plan social, juste après l'investissement dans un nouveau site, est considéré comme une trahison.

  • finette le 01.03.2018 07:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Au secours l’état , Protégez les PME du Luxembourg .... il n’y a pas que les multinationales !!!! Nous mourrons tous si vous ne faites rien

Les derniers commentaires

  • Mahle le 01.03.2018 18:12 Report dénoncer ce commentaire

    Apres lecture des commentaires, je voulais partager l'opinion d'une des personnes concernées. Mahle a subi des issues de garanties et a perdu beaucoup de projet. Le fait étrange est que ces problemes provenaient de la maison mere allemande et n'avaient aucun lien avec le site du Luxembourg. Ce site est par consequent sacrifié selon un plan voulant optimizant l'ingénie pour revenir au profit. Apres les multiples plan sociaux de Delphi, la vente, ce nouveau plan social, juste après l'investissement dans un nouveau site, est considéré comme une trahison.

    • Pepe le 01.03.2018 23:22 Report dénoncer ce commentaire

      Il va partir en Pologne...

  • figa le 01.03.2018 10:43 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le chomage besse et les sociétés ferment... cherchez l'erreur

    • @figa le 01.03.2018 12:23 Report dénoncer ce commentaire

      Facile, les frontaliers ne sont pas dans les chiffres du luxembourg

    • Helmutheimat le 02.03.2018 08:18 Report dénoncer ce commentaire

      @figa. Les chiffres, on les manipule comme on veut et on leur fait dire ce que l'on veut. On préfère entendre des paroles positives même quand tout va mal car ça nous remonte le moral et nous laisse entrevoir une lueur d'espoir. Pour les chiffres c'est pareil et ils ne reflètent en rien la réalité sur le terrain et sont bien trop souvent aux antipodes de cette dernière.

  • Goebbels Robert le 01.03.2018 10:26 Report dénoncer ce commentaire

    Chaque fois qu'une entreprise licencie ou ferme, c'est un drame national. Mais quand une nouvelle entreprise veut venir, ne fut-ce qu'un producteur de Yaourts ou de matières isolantes, on n'en veut pas, parce que cela consomme de l'énergie, de l'eau, des terrains et produit du trafic...

    • Création le 01.03.2018 13:32 Report dénoncer ce commentaire

      200% d'accord !

  • 20-100 le 01.03.2018 10:22 Report dénoncer ce commentaire

    Ce n'est même pas de la faute de la direction mais d'un "environnement hautement concurrentiel". Lisez : l'Europe et l'ultra-libéralisme. Récemment un service à la TV française vantait la reprise miraculeuse au Portugal. Dans un zoning industriel tout neuf, une entreprise hyper moderne, le journaliste interview un ouvrier, il est payé 550 euros/mois... voilà tout. Tous les emplois disparaîtront pour cet "environnement" tant que nous ne coûterons pas 550 euro/mois, à bon entendeur, c'est le destin du capitalisme quand la main d'œuvre est abondante.

  • Jacques le 01.03.2018 10:05 Report dénoncer ce commentaire

    Le problème des bouchons sur les routes est en train de se résoudre. Comme les paies que les firmes peuvent payer aux employés, vu la concurrence internationale, ne sont pas suffisantes pour permettre une vie décente au Luxembourg et aux frontaliers et qu’en plus les avantages fiscaux se rétrécissent les firmes décident d’arrêter.

    • porcinet le 01.03.2018 23:08 Report dénoncer ce commentaire

      Ces derniers jours c'était bien calme sur l'autoroute de Esch vers Lux. J'ai bien apprécié. J'ai mit 10 minutes pour aller travailler