Homme retranché à Esch

04 juin 2020 20:10; Act: 05.06.2020 12:03 Print

«Mais que fais-​​tu avec ce flingue, tu es fou?»

ESCH-SUR-ALZETTE - Un homme s'est retranché avec une arme dans son logement, ce jeudi sur la place Boltgen. Un cafetier, qui a assisté à la scène, raconte.

storybild

D'après le cafetier, qui réside dans le même immeuble, l’homme, âgé d'une quarantaine d’années, y habite seul depuis 6 mois. (photo: Mobile Reporter/L'essentiel)

Sur ce sujet
Une faute?

«Une de mes serveuses m’appelle et me dit: "Il y a des clients qui crient qu’il y a un homme avec un pistolet", confie ce jeudi le propriétaire de deux cafés sur la place Boltgen, à Esch-sur-Alzette où un homme retranché avec une arme a été arrêté. «L’homme est ensuite parti vers l’hôtel de ville. Il a tiré sur le pare-brise d’une camionnette d’un ouvrier, rue du Commerce. Il est ensuite revenu sur la place», poursuit-il.

Après avoir appelé la police vers 17h, le propriétaire des cafés, explique avoir tenté de contenir l'homme, qui se débattait. «Je lui ai dit: "Que fais-tu avec ce flingue, tu es fou? La police va venir, reste là"». Mais l'individu a réussi à fuir chez lui, au deuxième étage de l’immeuble, raconte le témoin.

«Tout est allé très vite»

«Quand la police est arrivée, ils ont fait évacuer tout le monde des cafés et de la place et ont bloqué tous les accès, note-t-il. Les policiers ont ensuite appelé l'homme, qui est descendu. Ils l’ont menotté et emmené au poste, tout est allé très vite». Son arme a été confisquée. Personne n'a été blessé, a indiqué la police à L'essentiel.

D'après le cafetier, qui réside dans le même immeuble, l’homme, âgé d'une quarantaine d’années, y habite seul depuis 6 mois. «Je l’avais ajouté sur Facebook puis supprimé car il publiait des trucs bizarres», confie-t-il.

L'homme n'en serait pas à son premier incident. «Il avait été impliqué dans une altercation il y a deux jours, je lui avais interdit de revenir dans le café», conclut-il.

(ol/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • non au bruit le 05.06.2020 11:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on étais bien tranquille sans de bruit des clients des cafés.... c'est une honte de les voir dehors entrain de faire la fête, et nous devons aller travailler tôt et on peut même pas avoir une nuit tranquille de sommeil .....la honte inacceptable ????????????????

  • ocean le 04.06.2020 22:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Merveilleux esch bientôt ville culturelle

  • Bigbill le 04.06.2020 21:04 Report dénoncer ce commentaire

    Bienvenue à Esch à nouveau !

Les derniers commentaires

  • luis le 05.06.2020 14:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    esch__alzette et audin le tiche aucune différence. la seule chose de différent les prix des logements.

  • bob le 05.06.2020 11:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Esch bien raisonnable ?

  • non au bruit le 05.06.2020 11:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    on étais bien tranquille sans de bruit des clients des cafés.... c'est une honte de les voir dehors entrain de faire la fête, et nous devons aller travailler tôt et on peut même pas avoir une nuit tranquille de sommeil .....la honte inacceptable ????????????????

  • Doum le 05.06.2020 10:17 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ça n'arrive pas qu'à Esch.

  • caroline le 05.06.2020 09:50 Report dénoncer ce commentaire

    Le Luxembourg se dégrade comme la France, vive l'Europe