Frédéric de Radiguès

28 février 2019 10:00; Act: 28.02.2019 12:31 Print

«Mes plans B? Créateur de mode ou agriculteur»

LUXEMBOURG - Jean-Luc Bertrand a reçu Frédéric de Radiguès, directeur général de la Brasserie nationale (Bofferding et Battin), dans le «Speed Dating» de «L'essentiel Radio».

storybild

Frédéric de Radiguès, directeur général de la Brasserie nationale, au micro de «L'essentiel Radio». (photo: L'essentiel )

Sur ce sujet
Une faute?

Directeur général de la Brasserie nationale depuis 2006, Frédéric de Radiguès a répondu aux questions de Jean-Luc Bertrand, dans la séquence «Speed Dating», diffusée tous les jours sur L'essentiel Radio. «L'année 2018 a été excellente pour "la grande maison", stimulée par de nombreuses innovations», affirme-t-il d'emblée. «Avec un été très chaud et une Coupe du monde, tous les ingrédients étaient au rendez-vous».

Depuis le début des années 90, dans le monde brassicole, Frédéric de Radiguès a reconnu avoir deux plans B au cas où sa carrière n'aurait pas décollé dans ce secteur. «J'adore le terre, la nature et j'aurais pu devenir agriculteur. C'était une passion d'enfance», avoue-t-il. «Le 2e plan, c'était de devenir créateur de mode, car pour moi, la mode exprime les besoins et la sophistication d'une société.

Pour celui qui se souvient de ses 18 ans comme «une période d'insouciance où l'on ne pense pas trop aux lendemains», une situation étonnante est survenue lorsqu'il a dû, à Chicago, en tant que «responsable mondial marketing d'un de nos grands concurrents», faire un briefing créatif à une agence de publicité. «Je m'attendais à trouver une dizaine de personnes autour d'une table et puis dans la salle réunion, il y avait 200 personnes et 100 «team créatif», se souvient Frédéric de Radiguès. «Cela montre toute la démesure du monde publicitaire de l'époque et des États-Unis».

(fl/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.