Brexit

12 février 2019 08:42; Act: 12.02.2019 10:30 Print

Michel Barnier exhorte Londres à «bouger»

LUXEMBOURG - En visite à Luxembourg, Michel Barnier a une nouvelle fois prévenu que l'accord de retrait négocié pendant près de 18 mois n'était «pas ouvert à une renégociation».

storybild

Michel Barnier était en visite à Luxembourg lundi. (photo: Editpress/Tania Feller)

Sur ce sujet
Une faute?

Le négociateur en chef de l'UE pour le Brexit, Michel Barnier, a appelé lundi à Luxembourg à du «mouvement» côté britannique pour éloigner le spectre d'un divorce sans accord. Il a qualifié à ce titre d'«intéressante» la position de l'opposition travailliste. «Il faut que quelque chose bouge du côté britannique, c'est la clarté ou le mouvement qui doit avoir lieu au Royaume-Uni», a exhorté M. Barnier. Il s'exprimait devant la presse à l'issue d'une rencontre avec le Premier ministre Xavier Bettel.

À 46 jours de la date prévue du Brexit, le Français devait rencontrer lundi soir à Bruxelles le ministre britannique chargé du Brexit Stephen Barclay pour de «nouvelles discussions», après que le parlement britannique a rejeté mi-janvier l'accord scellé entre Mme May et l'UE. «Il est clair de notre côté que nous n'allons pas rouvrir l'accord de retrait, mais nous allons poursuivre nos discussions dans les jours à venir», a affirmé le Français à l'issue de cette rencontre. Il a évoqué des échanges «constructifs».

«Pas le courage»

Bien que soucieux que Mme May puisse obtenir une majorité parlementaire, M. Barnier a une nouvelle fois prévenu que l'accord de retrait négocié pendant près de 18 mois n'était «pas ouvert à une renégociation». Il a toutefois rappelé que l'UE était prête à des modifications de la «déclaration politique» qui accompagnera le traité de retrait du Royaume-Uni.

Le négociateur européen a notamment qualifié d'«intéressante» une lettre envoyée par le chef de l'opposition travailliste à la Première ministre britannique Theresa May. Jeremy Corbyn y indique que son parti soutiendrait l'accord de divorce sous certaines conditions, notamment que le pays reste dans l'union douanière.

Xavier Bettel a lui aussi renvoyé Londres à ses responsabilités. «Aujourd'hui, pour résumer, le discours des Brexiters, c'est: Non, non, non», a dit M. Bettel, déplorant que «ces mêmes protagonistes» n'aient «pas le courage de se soumettre au suffrage du peuple».

(L'essentiel/nxp/ats)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Le Suisse le 12.02.2019 09:32 Report dénoncer ce commentaire

    Connais pas ce gars!

  • Jorel le 12.02.2019 09:23 Report dénoncer ce commentaire

    Avec la certitude d'être désavoués, les conservateurs ne se soumettront au suffrage du peuple que contraints et forcés.

  • pier le 12.02.2019 10:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @ le Suisse... il faudrait peut-être suivre au chose que l’actualité politique suisse...

Les derniers commentaires

  • Luxbasher le 13.02.2019 11:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En fait, ça ne sert à rien toutes ces entrevues entre technocrates inutiles et chef de gouvernements incompétents en tout ! on aurait pu économiser beaucoup d'argent en se parlant au téléphone... et respecter l'environnement par la même occasion !

  • M Khron le 12.02.2019 14:28 Report dénoncer ce commentaire

    J'aime le sondage avec des questions bien dirigées, après le journal pourra affirmer sondage à l'appui... en fait quoi? Les anglais font des caprices?? Et pourquoi ça ne serait pas l'UE ?? L'UE a commencé à crier haut et fort que l'UK paierait cher à peine le résultat du réferendum publié... La peur est chez les eurocrates : si l'UK s'en sort bien ou mieux que les pays membres ça va être un raz-de-marée "d'articles 50" l'UE se réduira comme peau de chagrin.

  • Anonyme le 12.02.2019 10:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le peuple Anglais doit revoter :-)

    • JustMe le 12.02.2019 11:00 Report dénoncer ce commentaire

      Mais pourquoi, s'ils ont déjà voté et la plupart d'entre eux n'ont pas changé d'avis??

    • yves le 12.02.2019 11:28 Report dénoncer ce commentaire

      Pourquoi accorderait-on plus de crédit à un 2ème referendum qu'au premier? Ca ne ferait que d'ajouter encore du chaos et de l'incertitude. C'est peut-être la manière européenne: on revote jusqu'à ce que le choix soit le bon .

  • Lol le 12.02.2019 10:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C est le negociateur en chef chargé des negociations brexit

  • pier le 12.02.2019 10:19 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @ le Suisse... il faudrait peut-être suivre au chose que l’actualité politique suisse...