Formation

15 mai 2018 09:00; Act: 15.05.2018 09:24 Print

Mieux appréhender le traitement des données

LUXEMBOURG - Le 25 mai, l’UE devra s’habituer à repenser la manière dont sont traitées les données personnelles. Chacun est concerné.

storybild

La CNPD et sa présidente, Tine Larsen, organisent des formations. (photo: Editpress/Ifinzi)

Sur ce sujet
Une faute?

Avec la digitalisation de la société, de plus en plus d’entreprises, administrations publiques, associations et autres professionnels peuvent être amenés à collecter, échanger et traiter des données à caractère personnel.

Or, les organismes qui utilisent ces données seront soumis à des règles encore plus strictes à compter du vendredi 25 mai, et cela à travers toute l’Union européenne.

Des traitements tels que la vidéosurveillance, la géolocalisation, la gestion des ressources humaines (conservation des CV, par exemple), la biométrie ou encore le transfert vers des pays tiers vont tous devoir se faire dans le respect de ces règles.

Un séminaire organisé par le CNPD

Afin de respecter les droits des citoyens et leurs propres obligations, il est important que les acteurs (intéressés, responsables de traitement, sous-traitants…) comprennent la protection des données.

«L’objectif du RGPD est double. D’une part, il vise à redonner le contrôle sur les données qu’il partage au particulier. D’autre part, il doit permettre de faire circuler les données au sein de l’UE», explique la présidente de la Commission nationale de protection des données (CNPD), Tine Larsen.

Administration de contrôle sur l’application du RGPD, la CNPD organise un séminaire destiné aux «débutants» pour les familiariser avec les notions de base essentielles. Il aura lieu le lundi 11 juin, à Esch-Belval (1, avenue du Rock’n’Roll). Une session en français est prévue de 9 à 12h, une autre en anglais de 14 à 17h.

Inscription avant le 4 juin à communication@cnpd.lu

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Kafka le 15.05.2018 10:00 Report dénoncer ce commentaire

    Honnêtement je n'ai jamais vu une usine a gaz pareille. Il y a des choses qui se conçoivent pour les géants d'internet du type Google et cie mais qui ne devraient quand même pas être imposées à votre peintre en bâtiment ou à votre garagiste tout de même... Un peu de bon sens ferait du bien. C'est trop facile de succomber à la folie règlementaire et technocratique.

  • Unicorn le 15.05.2018 10:31 Report dénoncer ce commentaire

    Qui contrôle le respect de ces règles? Qui en a les moyens? Qui s'en donne les moyens, p.ex. judiciaires? Je ne crois pas un seul instant au respect de la protection des données. On emballe en papier cadeau un produit pourri, les entreprises font du profit en échangeant nos données, et on veut faire croire à l'individu qu'il a des droits, pendant que les serveurs font des "backups" au quotidien et même internet est archivé en permanence.

Les derniers commentaires

  • Unicorn le 15.05.2018 10:31 Report dénoncer ce commentaire

    Qui contrôle le respect de ces règles? Qui en a les moyens? Qui s'en donne les moyens, p.ex. judiciaires? Je ne crois pas un seul instant au respect de la protection des données. On emballe en papier cadeau un produit pourri, les entreprises font du profit en échangeant nos données, et on veut faire croire à l'individu qu'il a des droits, pendant que les serveurs font des "backups" au quotidien et même internet est archivé en permanence.

    • Sophie le 15.05.2018 13:10 Report dénoncer ce commentaire

      La CMPD s'en occupera, et s'en donne les moyens. Ils ont triplé leurs effectifs (seront à +/-35 d'ici peu). Sur plainte d'une personne, la CNPD agira. N'oubliez pas que les amandes prévues sont énormes, ca devrait en calmer plus d'un. D'ailleurs des actions sont déja prévues.

    • Merci Sophie le 15.05.2018 14:16 Report dénoncer ce commentaire

      Kafka et Uniform devraient peut être s'inscrire à la formation du 11 juin pour se renseigner. Cela ressemble peut-être à une usine à gaz. Mais aucune société, ni club n'est à l'abri d'un contrôle.

    • Unicorn le 15.05.2018 16:18 Report dénoncer ce commentaire

      Une personne s'est plainte de voir pendant dix ans ressurgir une information exacte sur le net, mais qui lui faisait du tord. Il a eu droit à l'oubi sur le net. Curieux, il m'a fallu 5 minutes pour tout savoir sur cette info et l'individu. Il aurait mieux fait de se faire oublier...que de porter l'affaire en avant.

  • Kafka le 15.05.2018 10:00 Report dénoncer ce commentaire

    Honnêtement je n'ai jamais vu une usine a gaz pareille. Il y a des choses qui se conçoivent pour les géants d'internet du type Google et cie mais qui ne devraient quand même pas être imposées à votre peintre en bâtiment ou à votre garagiste tout de même... Un peu de bon sens ferait du bien. C'est trop facile de succomber à la folie règlementaire et technocratique.

    • Sophie le 15.05.2018 13:12 Report dénoncer ce commentaire

      Parceque le medecin travaille seul, il a le droit de publier dans le journal votre état de santé? Parceque le boulanger vous voit avec une autre femme que la votre, il peut vous prendre en photo et l'aficher sur tout les lampadaires? En quoi des petits artisants auraient plus le droit de divulguer des données que des grands? De plus, pour les sociétés de moins de 250personnes, certaines requis ne sont pas applicables. Faut se renseigner un peu hein, avant de faire la leçon et parler de bon sens.

    • Kafka le 15.05.2018 14:39 Report dénoncer ce commentaire

      Mais de quoi parlez-vous? Selon vous, avant le RGPD il n'existait aucune réglementation concernant le secret professionnel ou le respect de la vie privée? Si le sujet vous intéresse lisez les recommandations de la CNIL concernant le nouveau RGPD et demandez-vous si une PME doit réellement faire tout ceci a un moment ou on parle de simplification administrative:

    • Sophie le 16.05.2018 08:36 Report dénoncer ce commentaire

      @ Kafka: je n'ai pas dit qu'il n'existait rien avant, j'ai répondu sur le fait que selon toi, il n'est pas concevable que le GDPR s'applique a des petites structures. Tout le monde est concerné, avant comme après.