Au Luxembourg

27 février 2020 22:35; Act: 28.02.2020 11:33 Print

Mieux encadrer la privation de la liberté des mineurs

LUXEMBOURG - Suite au placement d'un mineur dans le centre pénitentiaire de Schrassig, la ministre de la Justice annonce une réforme.

storybild

Un mineur a été placé dans le centre pénitentiaire de Schrassig, fin janvier. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

La ministre de la Justice, Sam Tanson, en réponse à une question parlementaire des députés CSV Gilles Roth et Laurent Mosar, sur le mineur placé dans le Centre pénitentiaire de Schrassig, fin janvier, a estimé aujourd'hui qu'il «ne saurait jamais être dans l'intérêt supérieur d'un mineur de se retrouver enfermé dans une telle structure, tout à fait inadaptée à ses besoins particuliers». Ce milieu carcéral, a-t-elle poursuivi, n'est pas propice «à l'encadrement qu'il devrait recevoir à son âge, notamment parce que le rythme imposé en prison est d'une lenteur qui ne correspond pas au rythme de développement d'un mineur».

En ce qui concerne la possibilité de trouver une structure adéquate pour le mineur en question, le gouvernement se heurte à plusieurs difficultés. D'abord l'absence d'une telle structure au Luxembourg, ensuite l'absence de convention dans le domaine avec les pays voisins, qui rend plus difficile le placement du jeune dans un centre compétent à l'étranger. Le gouvernement est actuellement en contact avec des structures en Allemagne.

Un projet de loi au courant de l'année 2021

L’Unité de sécurité du centre socioéducatif, à Dreiborn, peut servir de centre pénitentiaire pour mineurs, a encore précisé la ministre. Mais il convient «de procéder à une évaluation de son utilisation actuelle ainsi que des possibilités d'utilisation future. Cette évaluation pourra servir de fondement pour l'identification des autres structures, semi-fermées ou fermées, qu'il échet de prévoir».

De plus, Sam Tanson a annoncé que la privation de la liberté des mineurs sera confrontée «de façon plus large dans le cadre d'une refonte de notre législation». Le calendrier prévisionnel prévoit le dépôt du projet de loi devant la Chambre des députés au courant de l'année 2021, a conclu Sam Tanson.

(mau/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Malvoisin le 27.02.2020 13:17 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut recruter des prêtres pour réconforter ces brebis égarées.

  • Unicorn le 28.02.2020 03:45 Report dénoncer ce commentaire

    Quand des avocats deviennent Ministre de la Justice, qui réforme les lois, c'est comme si un boursier a accès au trésor public. Il doit y avoir des incompatibilités entre certaines professions agissant à différents niveaux de la séparation des pouvoirs.

Les derniers commentaires

  • Unicorn le 28.02.2020 03:45 Report dénoncer ce commentaire

    Quand des avocats deviennent Ministre de la Justice, qui réforme les lois, c'est comme si un boursier a accès au trésor public. Il doit y avoir des incompatibilités entre certaines professions agissant à différents niveaux de la séparation des pouvoirs.

  • Malvoisin le 27.02.2020 13:17 Report dénoncer ce commentaire

    Il faut recruter des prêtres pour réconforter ces brebis égarées.