Éducation au Luxembourg

18 avril 2018 13:42; Act: 18.04.2018 18:12 Print

Mieux encadrer les enfants en difficulté

LUXEMBOURG – Le gouvernement souhaite adapter l'encadrement des enfants qui ont des difficultés scolaires. Le ministre de l'Éducation nationale a fait le point, mercredi.

storybild

Trois nouveaux centres permettront notamment d'encadrer les enfants qui souffrent de dyslexie. (photo: AFP)

op Däitsch
Sur ce sujet

«Il faut que l'école soit capable de suivre tous les élèves, notamment ceux qui ont des difficultés», a souligné Claude Meisch, mercredi. En 2017, 72 demandes d'encadrements spécialisés pour des enfants ou adolescents âgés de 4 à 20 ans ont été enregistrées par la commission médicopédagogique nationale.

Pour encore mieux aider ces jeunes, le ministre de l'Éducation nationale a avancé plusieurs mesures. «150 instituteurs spécialisés viendront renforcer les enseignants des écoles fondamentales en l'espace de quatre ans. Parmi eux, 59 sont déjà entrés en fonction, tandis qu'un appel à candidatures a été lancé pour 61 postes à pourvoir à la rentrée 2019 et une trentaine suivront avant la fin de l'année 2019», explique Claude Meisch.

Par ailleurs, trois nouveaux centres de compétences, qui doivent apporter des réponses aux troubles du comportement, à la dyslexie ou encore à la dyscalculie, seront créés. Encadrer les enfants en difficulté dépasse aussi le cadre scolaire. Ainsi, des centres psychothérapeutiques, aussi appelés «centres d'encadrement socioéducatif intensifs», devraient être mis en place. Ils proposeront à la fois un accueil de jour et un hébergement.

Les explications de Claude Meisch, ministre de l'Éducation nationale.

(Pierre François/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Elsa le 18.04.2018 16:10 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Enfin, il était temps ! Mais ceux qui ont des enfants de 20 ans et qui n'ont pas reçu d'aide sont exténués et n'en peuvent plus! Toutes les institutions d'aide aux enfants et jeunes avec des problèmes de comportement sont tabous ici au Luxembourg. Aucune aide ! Je me bats depuis des années et toutes les portes se ferment !

  • alleluia le 18.04.2018 16:35 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Elsa je suis bien d accord avec vous et je vous soutiens ! La tâche est immense !

  • gucci le 19.04.2018 21:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Mr Tu n’as pas à me plaindre, vraisemblablement je suis plus à jour que toi, et ma vision n’est pas la vision d’un parent égocentrique!!! oui je le mets dans un centre spécialisé à l’étranger, et je ne me plains pas des éducateurs luxembourgeois ni des institutions de l’État qui ne sont pas en mesure d’accueillir ces enfants à besoins spécifiques...C’est facile de les mettre au monde et puis par après demander aux autres de s’en occuper. Tu arrête ta carrière professionnelle et tu pourras t’occuper de ton gosse si tu trouves que les éducateurs, professeurs etc...sont si mauvais que ça...

Les derniers commentaires

  • gucci le 19.04.2018 21:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @tabasco Je ne pourrai jamais me retrouver dans une situation pareil parce que le jour où j’ai un enfant avec ces difficultés je le mets dans une institution, je le fais avorter, ou simplement l’adoption... Et oui ça choque peut etre mais moi par contre je suis conscient de mes capacités autant que parent ET la plupart des parents actuels je ne suis pas certain qu’ils sont conscients de leurs aptitudes.... donc c’est facile de critiquer ceux qui s’occupent de vos enfants ;) Parce que toi qui va les chercher à 18h à la maison relais ou ailleurs, tu fais quoi??? bisou douche manger bisou dodo!!! Trop facile

  • gucci le 19.04.2018 21:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Mr Tu n’as pas à me plaindre, vraisemblablement je suis plus à jour que toi, et ma vision n’est pas la vision d’un parent égocentrique!!! oui je le mets dans un centre spécialisé à l’étranger, et je ne me plains pas des éducateurs luxembourgeois ni des institutions de l’État qui ne sont pas en mesure d’accueillir ces enfants à besoins spécifiques...C’est facile de les mettre au monde et puis par après demander aux autres de s’en occuper. Tu arrête ta carrière professionnelle et tu pourras t’occuper de ton gosse si tu trouves que les éducateurs, professeurs etc...sont si mauvais que ça...

  • Unicorn le 19.04.2018 15:28 Report dénoncer ce commentaire

    C'est quoi cette tendance à appeler l'Etat à l'aide. Peut-il fournir une meilleur aide que les parents. Un proche avait des problèmes d'apprentissage, et les prétendus spécialistes soucieux l'ont maintenu dans l'incapacité. On avait plus de problèmes de le sortir des effets de cette assistance pour l'intégrer professionnellement. Un de mes proche est psychothérapeute, attentionnée, mais derrière ses mots technocrates aucune compétence. Un boulot bien payé, plus de thérapeute produiront plus de cas scolaires, qui demanderont plus de thérapeutes. Il faut bien un cadre pour les universitaires.

  • petitevoix le 19.04.2018 13:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Merci M le Ministre pour votre écoute et vos réformes !!!

  • M.R le 19.04.2018 10:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Gucci votre commentaire est complètement insense parce que sachez que certains handicaps ne se voient pas pendant la grossesse mais dans le cas de l’autisme qu’à partir de l’âge de 2 ans alors vous faites quoi vous l’abandonnez dans un orphelinat où alors vous l’envoyer dans un centre à l’étranger pour que vous puissiez continuer votre vie sans devoir subir les conséquences d’avoir un enfant avec handicap, je vous plein