Étudiant tué au Portugal

17 janvier 2020 14:19; Act: 17.01.2020 15:09 Print

Mort de Luís Giovani Rodrigues: 5 arrestations

BRAGANÇA/LUXEMBOURG - Cinq suspects ont été arrêtés près d'un mois après la mort de l'étudiant capverdien à Bragança, un drame qui a suscité une vive émotion au Luxembourg.

storybild

Les circonstances de la mort du jeune homme restent à clarifier.

Sur ce sujet
Une faute?

Accusée d'inaction par l'entourage de la victime et des associations capverdiennes et africaines, notamment au Luxembourg, la police portugaise a annoncé ce vendredi l'arrestation de cinq suspects. À la suite d'une série de perquisitions et d'interrogatoires menés jeudi, «cinq hommes âgés de 22 à 35 ans ont été arrêtés». Ils sont «soupçonnés d'être liés aux événements qui ont conduit à la mort du jeune homme», selon la police.

Luís Giovani Rodrigues, 21 ans, est décédé le 31 décembre, dans un hôpital de Porto (nord) où il a passé une dizaine de jours dans le coma après avoir été grièvement blessé lors d'une rixe à la sortie d'un bar de Bragança. Son père, Joaquim Rodrigues, a notamment dénoncé le fait que la police judiciaire n'a été chargée de l'enquête qu'après la mort de l'étudiant.

Une manifestation en hommage à Luxembourg

Le 5 janvier, le ministre capverdien des Affaires étrangères, Luis Filipe Tavares, avait demandé aux autorités du Portugal, l'ancienne puissance coloniale du Cap-Vert, d'élucider ce crime avec «célérité». L'association SOS Racisme s'était dite «stupéfaite par le silence quasi total» qui avait marqué les débuts de cette affaire.

Alors que les circonstances de la mort de Luís Giovani restaient à clarifier, la diaspora capverdienne avait organisé samedi dernier des manifestations à Bragança et Lisbonne, mais aussi à Luxembourg, Londres ou Paris, afin d'exprimer son «indignation contre la violence» dont il a été victime.

Rassemblement à Luxembourg, en hommage à Luís Giovani Rodrigues:

(pp/L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Paix à son âme le 17.01.2020 22:59 Report dénoncer ce commentaire

    Et bien voila l'enquête avance ... pas besoin de faire du foin à outrance ... ou alors il faut se mobiliser pour tous les crimes violents et pas être très sélectif suivant les origines. Le communautarisme est la mère de tous les problèmes d'une société.

  • Dany le 18.01.2020 14:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Luis Giovani repose en paix. Aujourd'hui part tout dans le monde le racisme la méchanceté et la violance reine, les gens n'ont plus de cœur. J'espère que ces monstres seront bien punis car ce jeune avait encore tellement à vivre.

  • luis le 17.01.2020 15:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    dans toute les discothèques du monde on se drogue et après des problèmes. dommage pour les jeunes. et toutes les victimes

Les derniers commentaires

  • Dany le 18.01.2020 14:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Luis Giovani repose en paix. Aujourd'hui part tout dans le monde le racisme la méchanceté et la violance reine, les gens n'ont plus de cœur. J'espère que ces monstres seront bien punis car ce jeune avait encore tellement à vivre.

  • Paix à son âme le 17.01.2020 22:59 Report dénoncer ce commentaire

    Et bien voila l'enquête avance ... pas besoin de faire du foin à outrance ... ou alors il faut se mobiliser pour tous les crimes violents et pas être très sélectif suivant les origines. Le communautarisme est la mère de tous les problèmes d'une société.

  • luis le 17.01.2020 15:24 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    dans toute les discothèques du monde on se drogue et après des problèmes. dommage pour les jeunes. et toutes les victimes