Rapport d'activités

04 juillet 2016 13:58; Act: 04.07.2016 18:15 Print

MSF Luxembourg, témoin d'une année mouvementée

L'association humanitaire «Médecins sans frontières» dévoile son rapport pour l'année 2015 qui a été particulièrement agitée, notamment avec le virus Ebola.

storybild

«Médecins sans frontières» a mené des recherches de terrain pour comprendre et appréhender le virus Ebola. (photo: AFP)

op Däitsch
Sur ce sujet

Au cours de l’année 2015, «Médecins sans frontières» est intervenue dans 69 pays, dans lesquels elle a développé 446 projets humanitaires. Comme elle le révèle dans son rapport d'activités de l'année passée, l'organisation a dû faire face à deux crises majeures: le virus Ebola et la guerre en Syrie.

Des leçons pour l'avenir

L’unité de recherche opérationnelle de MSF Luxembourg a participé activement à la lutte contre le virus Ebola et a poursuivi son action en 2015, apportant sa contribution au développement des connaissances sur le virus. «Nous avons été confrontés à une maladie dont nous savions peu de choses, pour laquelle nous n’avions pas de remède. Nos activités de recherches sur le terrain nous ont permis de développer une meilleure compréhension du virus. D’importantes leçons ont été tirées», explique Rony Zachariah, responsable de l’unité de recherche opérationnelle.

Cibles d'attaques

C'est en Syrie que le personnel et les infrastructures médicales sont majoritairement la cible de violences à la fois délibérées et aveugles. En 2015, «Médecins sans frontières» a recensé 94 attaques aériennes et pilonnages sur 63 structures soutenues par ses équipes dans ce pays. Dans douze cas, la structure a été entièrement détruite et 81 membres du personnel médical soutenus par MSF ont été tués ou blessés.

D'autre part, l'organisation a intensifié son programme d'appui à plus de 70 structures de soins gérées par des médecins syriens, en particulier dans les zones assiégées.

(TCL'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.