Témoignage au Luxembourg

18 février 2020 07:00; Act: 18.02.2020 11:27 Print

«Nous aurions pu lui offrir six mois de congés»

LUXEMBOURG - Le personnel de la Clinique Bohler s'est mobilisé pour offrir des congés à une collègue dont l'enfant est malade. Mais la loi les a contraints à renoncer.

storybild

«La solidarité existe naturellement entre personnels soignants», estime la professionnelle.

Sur ce sujet
Une faute?

C'est l'histoire d'un élan de solidarité tué dans l'œuf en raison de la législation sur le travail au Luxembourg. À la Clinique Bohler, tout un service s'est mobilisé pour venir en aide à une collègue en proie à la maladie de son bébé. «Peu après la naissance, le nouveau-né a développé une pathologie, obligeant sa mère à rester à ses côtés pendant plusieurs mois», contextualise Nicolette Tirabasso, sa collègue infirmière. Sauf que l'enfant n'est ni atteint d'un cancer, ni hospitalisé plus de 15 jours par mois, les seules dispositions dont pourrait bénéficier la maman pour obtenir un an de congés pour enfant malade.

«Il fallait trouver une solution, c'est pourquoi nous avons pensé au don de congé», explique Nicolette, qui s'est notamment inspirée de la réglementation française pour ficeler tout un modèle et le soumettre à sa hiérarchie. La direction des Hôpitaux Robert Schuman a joué le jeu et soutenu l'initiative de ses salariés. «En deux jours, nous avons réuni 69 journées de congés et de récupération. Cela fonctionnait!».

«Que peuvent faire les parents s'il arrive quelque chose à leur enfant de plus de 18 ans»

Oui mais voilà, l'article L.233-18 du code du travail stipule très clairement qu'il est «interdit au salarié de faire abandon de congé auquel il a le droit». «Ça nous a tués, confie Nicolette, qui s'est mobilisée avec ses autres collègues Georgia, Hélène et Isabelle. Nous étions partis pour réunir six mois pleins». Bien décidé à aider leur collègue en détresse, le personnel de la Clinique Bohler a tout de même trouvé une solution de remplacement, en répartissant au maximum le temps de travail de la jeune mère sur les collègues du service.

«Un montage par défaut» pour Nicolette, qui souhaiterait voir la législation évoluer. «Il peut s'agir d'un enfant malade, d'un mari hospitalisé ou d'autres situations non couvertes par le code du travail. Que peuvent faire les parents s'il arrive quelque chose à leur enfant de plus de 18 ans?», s'interroge-t-elle. Des questions légitimes qui appellent des réponses politiques. La semaine prochaine, l'infirmière déposera donc une pétition à la Chambre des députés, avec l'espoir d'obtenir les 4 500 signatures nécessaires pour l'organisation d'un débat. «C'est un sujet qui peut concerner tout le monde», conclut-elle.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Pourquoi le 18.02.2020 07:47 Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi interdir aux gens de donner quelque chose qui leur appartient et ce sans contrainte, juste par bon coeur?

  • Grand est le 18.02.2020 07:49 Report dénoncer ce commentaire

    La société est inhumaine. Dans ce cas précis ne peut-on pas faire une entorse au code du travail ?

  • Anonyme le 18.02.2020 09:20 Report dénoncer ce commentaire

    «Aucune disposition ne prévoit le don de congé», assure le ministère du Travail. Mais «rien ne l'interdit non plus», tempère-t-il... Politique à 2 sens...

Les derniers commentaires

  • lea le 19.02.2020 12:14 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Courage a ses mère d enfants malade pourquoi le gouvernement n autorise pas les parents a rester avec leurs enfants c’est inadmissible ils sont pas dans leur cas si non ils comprendrait faites des pétitions on signe

  • oui le 19.02.2020 11:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ragnar le contrat de travail que tu signes peut tout changer . La loi c est ça aussi

  • Philippe le 19.02.2020 06:58 Report dénoncer ce commentaire

    La loi et la justice sont deux choses bien différente.......à méditer...

    • Ginette le 19.02.2020 08:31 Report dénoncer ce commentaire

      Qu'entendez-vous par "justice" ? Développez svp. Il me faut ça pour pouvoir méditer.

  • Ragnar Kok le 19.02.2020 01:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ok le débat est utile , et une pétition pour faire s’adapter la loi. Mais en attendant qui peut empêcher l’employeur et les employés de s’arranger en privé franchement ? Et même, l’employeur peut certainement les offrir ces 69 jours sans pour autant fermer la boutique sans déconner ....

  • L immortel le 18.02.2020 22:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C justement dans ces cas ou l on devrait pouvoir compter sur sa famille sinon a quoi bon?!si vraiment on parle du pire,le travail ne doit plus etre une barriere pour une survie d un enfant...