Drame à Luxembourg

25 novembre 2021 07:00; Act: 25.11.2021 09:01 Print

«Nous devons des réponses à notre petit Emran»

LUXEMBOURG - Deux ans après le drame qui a coûté la vie à leur petit garçon sur le marché de Noël de la capitale, ses parents attendent toujours de connaître la vérité.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Deux ans, déjà, que le petit Emran était tué par la chute d'une sculpture de glace sur le marché de Noël de la capitale. Deux ans d'une attente insupportable pour les parents de l'enfant qui se trouvent, bien malgré eux, face à une enquête interminable. «Nous savons bien que la vie doit reprendre d'une manière ou d'une autre, confiaient-ils mercredi, mais la justice pour Emran attend». Depuis 2019, l'instruction se poursuit et aucune responsabilité n'est encore établie. «C'est vraiment étrange. Nous sommes des gens normaux, qui manquons de pouvoir pour faire avancer les choses», explique à L'essentiel Alisa, la maman.

Depuis 2019, la vie d'Alisa et de son époux est remplie de «douleur, tristesse et de larmes» sans leur fils: «Nous perdons patience et notre douleur s'accentue. Les blessures resteront ouvertes et ne cicatriseront pas tant que cette enquête ne sera pas close». Ciblant directement la Ville de Luxembourg, la famille exige enfin des réponses. «Je ne veux pas nommer les gens, je ne suis pas en colère car personne n'a souhaité ce drame, mais chacun doit prendre ses responsabilités et promettre que cela ne se reproduira plus», lance Alisa.

«Même nous, même notre avocat, n'avons pas accès au dossier»

L'an passé, au jour de la commémoration de la tragédie, le parquet avait confié espérer clôturer l'instruction «dans le courant de l'année 2021». Contacté mercredi, le porte-parole a indiqué sans plus de précisions que «l'enquête était quasiment terminée» mais que «des nouveaux éléments apparus récemment» impliquaient la poursuite de l'instruction. «Même nous, même notre avocat, n'avons pas accès au dossier», peste la jeune maman de 37 ans. «Je n'ai pas peur, quand vous perdez un enfant vous n'avez plus peur, je suis prête à affronter les responsables», dit-elle encore.

Quand l'enquête sera bouclée, Alisa souhaite fonder une ASBL qu'elle appellera «Emran» et qui viendra en aide aux familles démunies. Toute éventuelle indemnité qui pourrait lui être accordée pour la mort de son fils sera dédiée à cette cause. «Tu nous manques tellement, petit ange et tu nous manqueras pour toujours», confiaient-ils encore mercredi, au deuxième anniversaire du drame qui a fait basculer leur vie en pleines festivités de Noël. Des réponses, enfin, seraient leur plus beau cadeau.

(L'essentiel/Nicolas Chauty et Marion Chevrier)