Collision à Bettembourg

22 octobre 2018 14:17; Act: 22.10.2018 16:01 Print

«On est passés tout près d'une autre catastrophe»

LUXEMBOURG - Sud Rail révèle qu’une collision s’est produite le 16 octobre, au triage de Bettembourg, avec en première ligne... le même conducteur que le 14 février 2017.

Voir le diaporama en grand »

op Däitsch
Sur ce sujet

Il est 21h, mardi 16 octobre, au triage de Bettembourg au Luxembourg. Le conducteur d’un train de fret SNCF, en partance pour Woippy en France, attend la confirmation de son départ lorsqu’il voit deux wagons chargés se diriger vers lui. Alors que le choc est inévitable, il se réfugie à l’arrière de la cabine.

«Comment un tel accident est-il possible? Nous l’avons appris au sein de la commission hygiène et sécurité mais ni les CFL ni la SNCF n’ont fait de communication officielle», s’indigne le syndicat français Sud Rail. «C’est une fois de plus un incident sur le réseau luxembourgeois qui est dramatique pour l’agent mais qui aurait pu avoir des conséquences plus graves car au triage de Bettembourg, les voies sont aussi bien utilisées pour faire circuler les trains de fret que les trains voyageurs. On est passés tout près d'une autre catastrophe».

Le traumatisme du conducteur

En France, contrairement au Luxembourg, il n’y a aucun train au départ sur les voies quand des manœuvres de triage de wagons de marchandises sont effectuées. «Surtout que les wagons chargés peuvent allègrement dépasser les 150 tonnes», ajoute un des syndicalistes, qui met en exergue la dimension accidentogène des lieux. «C’est dans ce secteur qu’avait eu lieu l’accident dramatique du 11 octobre 2006 qui s’était soldé par six morts et deux blessés graves et celui du 14 février 2017 au cours duquel un agent des CFL avait perdu la vie. Que font les CFL pour arrêter l’hémorragie?».

Selon Sud Rail, les conducteurs de la SNCF appréhendent de circuler sur le réseau luxembourgeois. Le conducteur blessé, mardi 16 octobre, était déjà dans le train de marchandises qui était entré en collision avec un train voyageurs des CFL. À l’époque, il avait déjà été arrêté huit mois. «Vous imaginez le traumatisme qu’il vient à nouveau de vivre?».

Les CFL ont indiqué qu'une enquête était en cours suite à cet incident et que des contacts avaient été pris avec la SNCF. Mais après les premières analyses, la compagnie luxembourgeoise, qui se réjouit que l'incident n'ait pas eu de conséquence sur le trafic des voyageurs, exclut d'ores et déjà un problème technique. De son côté, la SNCF s'est contentée d'expliquer que c'est l'un de ses cadres qui avait porté secours à son collègue blessé.

(Gaël Padiou/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • NoTrain NoGain le 22.10.2018 14:54 Report dénoncer ce commentaire

    >Les CFl sont un état dans l'état... il est grand temps que le gouvernement luxembourgeois mette un grand coup de pied dans la fourmillère et reprenne en main tout cela. De tels manquement à la sécurité sont indignes d'un pays "civilisé" comme le Luxembourg...

  • Unicorn le 22.10.2018 14:56 Report dénoncer ce commentaire

    Ah bon, et c'est une semaine après que les gens sont informés, indirectement ? Donc tant qu'il n'y a pas de blessés, tout est en ordre, et les enquêtes se font en interne? Et quelle publicité pour le centre logistique à Bettembourg!

  • Paradis.lu le 22.10.2018 16:10 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai entendu dire que le responsable de l'accident du 11 octobre 2006 travaille encore à la CFL.

Les derniers commentaires

  • Enzo le 23.10.2018 18:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ils ont qu'à postuler aux CFL s'ils veulent le même salaire!

  • Roby Schons le 23.10.2018 16:59 Report dénoncer ce commentaire

    Il serait temps de mettre enfin un peu de professionnalisme pour la sécurité de tous

  • David le 23.10.2018 13:35 Report dénoncer ce commentaire

    Catastrophe? Quelle catastrophe, il s'agit d'un tamponnement sur une voie de triage, certes avec une locomotive mais pas une collision frontale entre 2 trains comme le laisse sous entendre votre article. Merci de vérifier vos sources à l'avenir

  • Nikos le 23.10.2018 13:03 Report dénoncer ce commentaire

    La CFL est très bien pour donner des bouteilles d'eau pendant la période de travaux et de canicule. Pour le reste (circulation, respect des horaires, aiguillage, infrastructures) c'est catastrophique.

    • David le 23.10.2018 14:55 Report dénoncer ce commentaire

      Jamais contents, il vous reste la voiture, le bus, l'avion, la fusée ...

    • @David le 23.10.2018 15:51 Report dénoncer ce commentaire

      Pas l'hélicoptère?

  • Luxo le 23.10.2018 12:45 Report dénoncer ce commentaire

    Fonctionnaires ou pas, salaires élevés ou non, il y a un problème à Bettembourg est ce n'est pas à cause de la France. Je trouve scandaleux qu'aprés plusieurs accidents mortels que notre pays ne régle pas les problèmes de sécurité et de ponctualité des trains. Dans un petit pays comme le Luxembourg et l'un des plus riche, il n'est pas acceptable de risquer sa vie dans un train que l'on soit conducteur ou passager à cause de la vétusté des instalations ou le l'incompétance des employés. Les nombreux retards que subissent les frontaliers sont tout aussi intolérables...

    • guignol le 23.10.2018 15:38 Report dénoncer ce commentaire

      aucun problème à Bettembourg ? Vous devriez sortir de votre beau bureau CFL et venir prendre un café avec nous qui y sommes bloqués tous les matins. Mais sans doute dormez vous encore à cet heure.