Exigences linguistiques

26 septembre 2017 13:01; Act: 26.09.2017 16:46 Print

«On se prive d'avocats qui ont les compétences»

LUXEMBOURG - Le barreau des avocats de Luxembourg a une nouvelle fois plaidé pour une plus grande flexibilité en ce qui concerne la maîtrise des langues.

storybild

La législation est «discriminatoire», estime François Prum. (photo: L'essentiel)

Sur ce sujet

«Le barreau a besoin de membres!», s'est exclamé François Kremer, vice-bâtonnier, à l'occasion de la conférence de presse de la rentrée judiciaire. Et la législation actuelle freine les bonnes volontés, regrette François Prum, bâtonnier. «En demandant aux candidats au barreau de maîtriser les trois langues officielles, on se prive d'avocats qui ont toutes les compétences pour exercer». Aujourd’hui, sur les plus de 2 500 inscrits au barreau, «seul un bon tiers parle les trois langues».

C'est pourquoi le barreau a pris le taureau par les cornes et soumis un projet concret de transformation de la législation au ministère de la Justice avant les vacances. Parce qu'en plus d'être contre-productive, la législation est «discriminatoire», insiste François Prum. «Comment justifier qu'aujourd'hui, un avocat inscrit dans n'importe quel barreau de l'UE peut être inscrit d'office au barreau de Luxembourg, alors que celui qui fait le choix du Grand-duché et du droit luxembourgeois à la sortie de l'Université ne le peut pas?».

Le barreau ne nie pas l'importance de la maîtrise des trois langues mais «dans les domaines et les spécialités qui l'exigent, c'est absurde de demander à un avocat de maîtriser des langues qu'il n'utilisera pas au cours de sa carrière», note le bâtonnier, qui estime que chacun doit être conscient des outils y compris linguistiques dont il a besoin pour exercer correctement son métier. «Notre demande est simplement raisonnable et réaliste», conclut François Prum, qui espère que les négociations avec le ministère aboutiront avant la fin de l'année.

(Marion Chevrier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • bof le 26.09.2017 13:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    S’il y avait que pour cette profession... l’implication exacerbée de la langue LU a un effet régressif, n’en déplaise à certains.

  • Un avocat le 26.09.2017 13:20 Report dénoncer ce commentaire

    On devrait soutenir le Bâtonnier et le Vice-bâtonnier pour leur courage, car il en faut. Merci

  • effaré le 26.09.2017 13:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Ma yo hein !! Ben alors ils sont où les Luxembourgeois ?? Bizarre dans notre secteur non plus on en trouve pas .. trop de boulot et pas assez grassement payés ..

Les derniers commentaires

  • Aristoteavéraisin le 27.09.2017 12:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est très difficile d'apprendre le luxembourgeois J'aime ce pays, j'y réside, je m'y suis marié, mes enfants sont nés ici mais c tres dur.... je je parle pas la langue nationale... dur de se faire des amis c vrai, c important de parler la langue du pays... j'en témoigne personnellement, c'est schizophrénique de vivre au Grand duché et pas parler le luxembourgeois, faut s'adapter, sinon vous serez comme moi, malheureux....

  • Hokapi le 27.09.2017 11:57 Report dénoncer ce commentaire

    C'est marrant de voir tout un tas de commentaires prendre le cas des plaidoiries, du tribunal du travail, des PV de police... Il faut juste préciser que justement dans ces domaines ci, les avocats non germanophones ou non Luxembourgeois ne sont pas la majorité. Cet assouplissement est principalement demandé pour le domaine du droit des affaires où la langue pratiquée est à 90% l'anglais (y compris dans les échanges avec l'administration)... Prennons bien ca en compte, le Luxembourg a su s'adapter pour attirer une clientèle internationale, ne gâchons pas ce potentiel de développement...

  • Avocat Plaideur le 27.09.2017 11:36 Report dénoncer ce commentaire

    Je vois régulièrement des confrères qui acceptent des dossiers sans avoir les compétences linguistiques pour les traiter. J'ai ainsi assisté à une plaidoirie entre deux avocats qui ne comprenaient pas les documents (en allemand) sur lesquels ils plaidaient. Le résultat était qu'ils contredisaient en français, ce qu'ils lisaient péniblement en allemand. Cela donne une image lamentable de la profession et pour ça il reste important que les avocats qui vont au tribunal connaissent les langues. Pour les autres on pourrait mettre en place une sorte de statut "d'avocat conseil spécialisé".

  • un autre avocat le 27.09.2017 09:07 Report dénoncer ce commentaire

    Alors, il faut aussi réformer le conseil disciplinaire de la profession également puisqu'il faut être de nationalité luxembourgeoise exclusivement pour y siéger !!!!, alors que les avocats sont de plusieurs nationalités, quelle représentativité !!!!

  • Candycrash le 27.09.2017 08:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    En tant qu'avocat je peux affirmer que dans le contentieux la maîtrise des 3 langues est incontournable si l'on veut exercer correctement. Les pv de police sont en allemand les lois et jugements en français et les plaidoiries sont en luxembourgeois (Diekirch) et en français (Luxembourg). Les témoins comme les clients souhaitent s'exprimer dans leur langue maternelle. Je suis française et j'ai préparé mon arrivée ici en apprenant l'allemand et le luxembourgeois que je maîtrisent aujourd'hui. Par contre dans les cabinets d'affaires l'anglais reste la base