Conflit social au Luxembourg

20 octobre 2020 11:33; Act: 20.10.2020 15:52 Print

Plan social chez Luxguard, 49 emplois menacés

BASCHARAGE - L'OGBL et la délégation du personnel ont été informés, lundi, par la direction de Luxguard II, de son intention de procéder à un plan de licenciement collectif.

storybild

Les salariés sont mobilisés contre leur direction depuis cet été. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

La direction de Luxguard n'aura finalement patienté qu'un mois et demi: après avoir consenti à un plan de maintien de l'emploi début septembre, afin de trouver une solution pour l'ensemble des salariés concernés, elle a informé, lundi, l'OGBL et la délégation du personnel de son intention de mettre en place un plan social qui prévoit la suppression de 49 postes sur les 300 restants au Luxembourg.

L'OGBL dénonce un «véritable affront envers la délégation du personnel et l'OGBL, qui ont tout mis en œuvre au cours des derniers mois pour faire en sorte qu'aucun salarié concerné par le plan de maintien de l'emploi, conclu fin août, ne voie son existence menacée».

«Modèle social luxembourgeois littéralement piétiné»

Le syndicat estime que Luxguard «remet tout simplement en cause le dialogue social, principe sur lequel repose le modèle social luxembourgeois (...) littéralement piétiné» et annonce qu'«un conflit social est devenu désormais inévitable». «Le syndicat Chimie de l’OGBL et la délégation du personnel de Luxguard II refusent ce plan social et recourront à tous les moyens syndicaux à leur disposition pour que la direction le retire».

Contactée, la direction de Luxguard a confirmé le plan social et mis en avant les efforts fournis: «Le nombre d'emplois impactés par la réorganisation est de l'ordre de 200 (...) mais grâce à la mise en place d'un plan de retraite anticipée, de départs volontaires et autres dispositions prévus par le plan de maintien de l'emploi, ce chiffre a pu être ramené à 49», a-t-elle indiqué dans un communiqué, précisant que les négociations du plan social avaient commencé le 19 octobre.

(mc/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Helmut le 20.10.2020 12:18 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout le monde sait que les syndicats au Luxembourg ne servent, malheureusement, qu’au folklore !

  • Angelo51 le 20.10.2020 14:12 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    A partir du moment où la plupart des gouvernements choisissent de détruire le lien social et d'opposer les générations pour lutter contre une maladie pourquoi s'étonner que certains patrons s'engouffrent dans la brèche pour que la casse sociale soit complète.

  • Hegel le 20.10.2020 16:58 Report dénoncer ce commentaire

    Que les européiste comprennent enfin que la délocalisation au sein des pays membres et bientot membres (albanie par exemple) est une manne pour les patrons, encouragé et promu par l'UE. Pareil pour les travailleurs détachés (salaires minimums luxo et charges sociale a hauteur du pays des travailleurs, donc quasi 0 ) Merci Bruxelles hein. A coté de ça, les résidents galèrent pour trouver un job (hors communes et fonction publique) et n'ont d autre choix que de quitter leur pays. Scandaleux.

Les derniers commentaires

  • Bubba le 20.10.2020 21:23 Report dénoncer ce commentaire

    C'est vraiment triste. C'est le résultat de décennies d'utilisation d'une usine sans jamais investir dans les outils de prod. Résultat, une usine du siècle dernier à bout de souffle qui coute trop chère à moderniser. Voilà quand les barons locaux préfèrent leur bonus à l'investissement pour le futur. Les principaux responsables sont ceux qui ont dirigé cette usine depuis 20 ans. Pas les propriétaires d'Amérique ni les travailleurs.

  • Spike le 20.10.2020 17:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est bien connu que au début les Patrons promettent tous et au final c’est comme à chaque fois ils licenciés. C’est triste

  • Hegel le 20.10.2020 16:58 Report dénoncer ce commentaire

    Que les européiste comprennent enfin que la délocalisation au sein des pays membres et bientot membres (albanie par exemple) est une manne pour les patrons, encouragé et promu par l'UE. Pareil pour les travailleurs détachés (salaires minimums luxo et charges sociale a hauteur du pays des travailleurs, donc quasi 0 ) Merci Bruxelles hein. A coté de ça, les résidents galèrent pour trouver un job (hors communes et fonction publique) et n'ont d autre choix que de quitter leur pays. Scandaleux.

  • honte le 20.10.2020 16:57 Report dénoncer ce commentaire

    Normal, tous ces syndicalistes sont des planqués, juste nommés pour préserver leurs places

  • Balade inutile le 20.10.2020 16:13 Report dénoncer ce commentaire

    Nous avions fait aussi une manifestation pour le groupe Dexia.. Nous savons tous que cela absolument n'a rien donné.