«De manière permanente»

31 août 2021 12:34; Act: 31.08.2021 15:14 Print

Pommade fiscale pour les frontaliers de Belgique

LUXEMBOURG - Belgique et Luxembourg ont décidé mardi d’accorder dès 2022 une tolérance de 34 jours de télétravail par an aux 49 000 frontaliers belges, une rallonge de dix jours.

Sur ce sujet
Une faute?

Au gré des déclarations, le chiffre de 48 avait été avancé à un moment de la crise sanitaire. Finalement, les exécutifs belge et luxembourgeois se sont accordés mardi sur un total de 34 jours annuels de télétravail tolérés pour les travailleurs frontaliers venant de Belgique, et ce, dès le 1er janvier 2022. «C’est un compromis belgo-luxembourgeois», sourit le Premier ministre belge, Alexander De Croo, visiblement très satisfait du résultat.

Pour le ministre des Finances luxembourgeois, Pierre Gramegna, «c’est une hausse très appréciable, qui représente plus de 40%» par rapport aux 24 jours en vigueur jusqu’à présent, et qui «permettra une plus grande flexibilité dans l’organisation du travail». Ce nouveau seuil «sera aussi précieux au niveau de la mobilité entre les deux pays, avec, ici aussi, une plus grande flexibilité».

«Tolérance»

Pierre Gramegna ajoute, comme une évidence que «la pandémie qui a boosté le télétravail a joué un rôle prépondérant pour renforcer la tolérance existante». Concrètement, cela signifie que le travailleur transfrontalier pourra travailler 34 jours en dehors du Luxembourg, tout en restant soumis au régime d’imposition grand-ducal.

Mais, comme le souligne le ministre des Finances, cette règle n’interdit pas aux travailleurs de télétravailler davantage, «mais alors il basculera dans la fiscalité belge pour toute journée télétravaillée au-delà des 34 jours: il sera redevable auprès des contributions belges pour cette fraction-là». Pour rappel, cette tolérance en matière de télétravail est actuellement de 29 jours pour les frontaliers français et de 19 jours pour les frontaliers allemands.

Fiscalité

En matière de fiscalité toujours, la rencontre belgo-luxembourgeoise de ce mardi matin a accouché d’un autre accord, au niveau du cadre particulier des recettes communes de l’Union économique belgo-luxembourgeoise (UEBL). «En l’état actuel, a précisé Xavier Bettel, le Premier ministre luxembourgeois, ces recettes s’élèvent à 5,5 milliards d’euros, qui se répartissent comme suit: 4,5 milliards pour la Belgique, et 1 milliard pour le Luxembourg».

D’après le «Fonds Reynders», une somme annuelle de 34 millions était jusqu’ici déduite de ce qui revient au Luxembourg dans les accords sur les accises. «Dès 2022, ce montant passera à 48 millions et sera majoré de 5% chaque année pendant une période de dix ans, au terme de laquelle une clause de rendez-vous est prévue», a annoncé Pierre Gramegna. Ce montant sera réparti entre les communes frontalières en guise de compensations financières sur leurs pertes fiscales.

Afghanistan

Parmi la kyrielle des autres sujets abordés lors de cette rencontre bilatérale, Belges et Luxembourgeois se sont notamment félicités de la parfaite collaboration militaire et logistique – avec l’utilisation de l’Airbus A400M dans une unité binationale – lors des récents événements en Afghanistan. «On a travaillé ensemble de manière très intense», a rappelé Alexander De Croo, «cela montre comment l’Europe doit fonctionner».

Quant aux potentiels ayants droit au rapatriement qui seraient toujours aujourd’hui sur le sol afghan, les deux Premiers ministres se sont voulus très prudents. «Il va s’agir de bien identifier si des gens sont toujours en Afghanistan en demande d’assistance de notre part», explique Alexander De Croo. «L’analyse est toujours en cours, mais la situation à l’aéroport de Kaboul n’est pas du tout claire. Restera-t-il un aéroport international après le retrait des troupes américaines ? Deviendra-t-il un endroit fermé ? Existe-t-il d’autres endroits d’évacuation de personnes?» Autant de questions qui demeurent, en l’état, sans réponse…

(Jean-François Colin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • dubitatif le 31.08.2021 13:04 Report dénoncer ce commentaire

    "Par ailleurs, les deux pays vont travailler ensemble pour élaborer une connexion ferroviaire plus rapide et plus efficace entre Bruxelles et Luxembourg" ... on en reparle dans 10 -15 - 20 ans?

  • Xdrive le 31.08.2021 13:58 Report dénoncer ce commentaire

    Les frontaliers peuvent aussi payer des impôts en Belgique s'ils veulent faire plus de télétravail... Mais évidemment, ils veulent le beurre et l'argent du beurre, le gros salaire mais avec les frais belges, la voiture en leasing pour rester à la maison et les impôts luxembourgeois.

  • Vince le 31.08.2021 13:38 Report dénoncer ce commentaire

    C'est mieux que rien. Ni le Luxembourg, ni la Belgique ne nous ont imposés de passer de longues heures sur la route (coucou les liégeois ;) ) pour gagner très bien notre vie. Celui qui veut un meilleur équilibre vie privée/vie professionnelle doit soit se rapprocher du Luxembourg soit faire une croix sur ses revenus lux et retravailler sur le sol belge... C'est un choix à faire

Les derniers commentaires

  • lea le 01.09.2021 21:25 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Le gouvernement belge se bat pour des travailleurs frontaliers c’est très bien. La France ferait bien d’en faire autant. Les frontaliers français ne sont pas bien représentés et défendus

    • Previsible le 02.09.2021 11:33 Report dénoncer ce commentaire

      Les négociations étaient biaisées. Qui a envoyé un avions en Afghanistan pour ramener le personnel en place ? Un prêté pour un rendu.

    • justice le 02.09.2021 12:15 Report dénoncer ce commentaire

      en france impossible avec tous se maire fraudeurs socialiste et de lerm qui se font du frik a gogo avec les frontaliers ,

  • yepp le 01.09.2021 19:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est pas de la pommade mais de la vaseline …

  • Jerome le 01.09.2021 15:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @seb il me semble que le problème c est que si vous faites + de 25%, vous ne perdez pas l aff au Luxembourg mais vous devez vous affilier en Belgique, donc il y aura double affiliation!

  • Duchesse de Montmiraille le 01.09.2021 13:49 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    La pommade c’est comme la vaseline, ça permet de faire passer ce qui est trop gros

  • zouzou le 01.09.2021 13:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @livingMan si on enlève la voiture aux frontaliers comme avantage, ça nous va. Par contre, il serait bien pour la planète que les frontaliers laisse la somme de leur avantage en nature pour le climat. Ça ferait des heureux mdr

    • @zouzou le 02.09.2021 11:36 Report dénoncer ce commentaire

      Le problème est là. On croit qu avec l argent on va régler le problème climatique. Avec de l argent on achète pas du temps et c est ce qui nous manque désormais. La question n est plus si ça va arriver mais quand. New York c est pas un bidon ville et bien on voit comment ça se passe en quelques heures.