Concert au Luxembourg

20 juin 2015 16:52; Act: 21.06.2015 17:57 Print

Près de 300 fans ont vu la «tempête» Nekfeu

LUXEMBOURG - Le rappeur français s'est fendu d'un showcase énergique, suivi d'une séance de dédicaces dans le magasin Saturn de la capitale, samedi après-midi.

Voir le diaporama en grand »

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

La nouvelle star du rap français créé des étincelles. Sans frôler l'émeute comme aux Halles, à Paris, le 10 juin dernier, le passage du rappeur Nekfeu dans la capitale a transformé le Saturn-Luxembourg en véritable bouilloire ce samedi après-midi. Près de 300 fans surchauffés sont venus s'égosiller sur chaque morceau de l'artiste. Peu avare en punchlines, énergique à souhait, le Niçois d'origine leur a bien rendu, dégainant ses tubes les uns derrière les autres.

La «Tempête» a duré père d'une demi-heure, le temps d'envoyer quelques rafales sur «Martin Eden» ou «Nique les clones Part. II», titre évocateur symbolisant la popularité du membre du collectif 1995, qui vient de sortir son premier album «Feu». Car Ken Samaras ne ressemble à aucun autre rappeur français. C'est en tout cas ce que racontent ses supporters, adolescents pour la plupart.

«Feu, feu, feu», crient les fans

«Il a de vraies références. Ses sons ne sont pas vénères, il est sain», explique Cédric, 15 ans. «Il parle de la vie de tous les jours, des problèmes qui nous touchent», renchérit Lucas, 18 ans. Signe d'une vraie particularité, son audience dépasse le cadre du public rap traditionnel. «C'est mon chanteur préféré et pourtant je n'écoute pas beaucoup de rap français. Mais il est moins dur que les autres. Je l'ai découvert il y a trois ans, et depuis je le suis», raconte Mara, 14 ans.

Comme ses camarades, la jeune fille ne s'est pas fait prier pour faire dédicacer son album quelques minutes après le showcase. Moins embrasé, le moment s'est avéré bon enfant et intimiste. Certains fans demeuraient pourtant très chauds. «Feu, feu, feu» hurlaient-ils dans les allées du Saturn!

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.