11 septembre 2001

11 septembre 2021 07:53; Act: 11.09.2021 12:42 Print

Que faisiez-​​vous? Nos lecteurs se souviennent

NEW YORK/LUXEMBOURG - Vous êtes 54 000 à avoir répondu à notre appel à témoignages concernant vos souvenirs du 11 septembre 2001. Vos histoires dans l'Histoire.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Il y a quelques jours, en marge des commémorations du 20e anniversaire des attentats du 11 septembre, nous avions lancé un appel à témoignages. L'idée était simple, chacun se souvient où il était et ce qu'il faisait au moment où il a appris l'information et vu les premières images à la télévision. Nous avons donc souhaité vous donner la parole et cet événement historique a retenu toute votre attention.

Vous avez été plus de 50 000 à nous livrer vos souvenirs. Toujours avec précision et une émotion à l'état brut. «J’étais dans un avion pour Zaventem et nous avons dû atterrir d’urgence à Johannesburg», raconte Nathalie. Josée, elle, était «en train de faire une prise de sang» à une patiente dont le fils travaillait au World Trade Center. Pour tous, le temps s'est figé à 8h46, heure de New York (14h46 au Luxembourg) ce mardi 11 septembre 2001.

«L'odeur de tissu brûlé m'a sortie de la torpeur»

À l'horreur de cette série d'attaques et à la tristesse ressentie dans chacun de vos messages, s'ajoutent des histoires dans l'Histoire. Pour certains, un décès survenu le même jour dans la famille, pour d'autres, une grossesse ou même une naissance. «Enceinte de quatre mois, au deuxième avion, je me suis demandé dans quel monde j'accueillais mes enfants», se souvient Kathy. Avec les collègues dans un bureau, avec d'autres clients autour des écrans de télévision d'un grand magasin, à la radio dans la voiture... À la maison, aussi, pour beaucoup. «J'étais en train de repasser, j'ai posé mon fer sur la chemise et je suis restée figée. L'odeur de tissu brûlé m'a sortie de la torpeur», glisse Annie.

Ce qui revient le plus? L'incrédulité, l'impression première de voir «un film catastrophe» sur les écrans et le besoin de rester connecté aux informations jusque très tard. Nous avons sélectionné, dans notre diaporama, un grand nombre de citations marquantes, dans lesquelles vous pourrez sans doute vous retrouver et qui vous replongeront dans ces moments qui ont bousculé nos vies.

(L'essentiel/Sara Lima)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.