Suppression des cours

09 mai 2014 16:20; Act: 09.05.2014 19:38 Print

Que vont devenir les enseignants de religion?

LUXEMBOURG - Bientôt les cours de religion seront remplacés par un cours de valeurs. Se pose alors la question de l'avenir des enseignants de religion...

storybild

Selon le ministère il y a 250 enseignants de religion dans le fondamental et 50 dans les lycées. (photo: AFP)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

«Les enseignants de religion ne seront pas obligés de reprendre leurs études», affirme Claude Meisch dans une réponse parlementaire publiée ce vendredi. Quand les cours de religion auront disparus, et qu'ils seront remplacés par des cours de valeurs, «ils se verront proposer une réorientation professionnelle dans un secteur en relation avec l'école».

Une réponse un peu vague qui risque de déplaire aux 300 enseignants concernés, inquiets pour leur avenir. Contacté par L'essentiel, le ministère de l'Éducation nationale, se veut pourtant rassurant. «On ne peut pas dire de manière générale. Les réorientations seront étudiées au cas par cas», explique Myriam Bamberg, porte-parole du ministère.

Enfin, pour ce qui est du cours de valeurs, Myriam Bamberg précise que «les discussions ne sont pas assez avancées pour savoir qui va les assurer». D'ailleurs, Claude Meisch précise dans cette réponse parlementaire que «dans une prochaine étape, des enseignants de religion ainsi que des enseignants de formation morale et sociale seront impliqués dans la discussion concernant les aspects pédagogiques et didactiques du cours commun».

(FR/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • sylvie le 09.05.2014 23:49 Report dénoncer ce commentaire

    vivement le temps où l'Etat sera enfin délivré d'une main-mise religieuse qui brille par son manque de valeurs réelles..... ouverture d'esprit? transparence? modernisme? tolérance? partage?

  • Lucien le 09.05.2014 17:38 Report dénoncer ce commentaire

    probablement les mêmes enseignants de religions donneront les cours de valeurs et donc de religion sous la main.??????

  • Jeff le 10.05.2014 07:48 Report dénoncer ce commentaire

    Demandez à dieu ce qu'il en pense et si il vous répond de continuer les cours de religion alors faites une conférence de presse avec lui pour l'annoncer à tout le monde. Cela serait bien d'avoir des nouvelles de lui parce que depuis 2014 ans c'est plutôt maigre....

Les derniers commentaires

  • herve le 20.06.2014 17:35 Report dénoncer ce commentaire

    mdr, Ici Dieu bosse chez ING...

  • Gast.56 le 12.05.2014 08:25 Report dénoncer ce commentaire

    Bien que vous avez un nom venant d'un compte de fées, il ne faut pas croire tout ce que l'église communique sur leur situation financière - Ils sont riches. Autre exemple : Mon voisin est Musulman (sans barbe ni bourka) et il emmêne ses trois enfants chaque samedi à Mamer pour qu'ils apprennent le Coran (a ses propres frais et au dépit du temps libre de ses enfants) - et lui n'est pas si riche que le clergé (fabriques d'église, parroisses etc) .

    • Cinderella le 12.05.2014 09:26 Report dénoncer ce commentaire

      En fait la rédaction a enlevé une partie de ma réponse. Je ne parlais pas de l'église, je ne parlais pas non plus du cours en soi. J'ai parlé d'une certaine catégorie de gens qui sont les plus religieux et qui sont parmi les plus pauvres. Je ne répéterai pas de qui il s'agit puisque la rédaction le censurera! Amicalement

  • lucien le 11.05.2014 12:01 Report dénoncer ce commentaire

    autre question :... que deviennent ces travailleurs qui perdent leur emploi

  • T. Pimentel le 10.05.2014 21:45 Report dénoncer ce commentaire

    Cette décision aurait du déjà être prise depuis long temps, car les ‘valeurs’ sont (ou devaient) être prioritaires à la religion (…que devait être un cours comme tout autre discipline [philosophie, histoire…] de connaissance générale, c. à d. l’information et l’étude pour la connaissance de toutes les religions existantes). Mais... va savoir qui sera à la hauteur de les exposer, voir enseigner. En tout cas... ma (long) "carrière catholique" m'a laissé un goût amer en ce que concerne la morale.

  • Le Lion du Nord le 10.05.2014 13:13 Report dénoncer ce commentaire

    Le cours de religion fiat partie de l'école depuis une éternité. On peut bien l'enlever, pourquoi pas, mais il faut quand même le faire suivant, disons une feuille de route. La suite doit être planifiée. Or nos ministres n'ont aucune plan, ils "verront" au fur et à mesure. Pas seulement pour la religion mais pour tout! Pour un gouvernement qui veut un renouveau c'est quand même un peu triste, non très triste. C'est même une honte.