Au Luxembourg

02 février 2018 10:00; Act: 02.02.2018 14:25 Print

Regain d'optimisme pour le secteur de l'intérim

LUXEMBOURG - Le nombre d'heures prestées par les salariés en intérim a bondi de 7,53% sur un an.

storybild

Un peu plus de 11 millions d'heures prestées ont été enregistrées en 2017 par la Fédération.

Sur ce sujet
Une faute?

Tertiaire, BTP, industrie, Horesca, l'emploi intérimaire au Luxembourg a comptabilisé 870666 heures prestées en décembre 2017, tous secteurs confondus. C'est 2,38% de moins par rapport au mois de décembre 2016. «Le fait est que le congé collectif du bâtiment a débuté plus tôt en 2017», dit Marc Kieffer, secrétaire général de Fedil Employment Services. «Tous les secteurs ont fait preuve de dynamisme», ajoute Adecco.

Un peu plus de 11 millions d'heures prestées ont été enregistrées en 2017 par la Fédération. «C'est 7,53 % de plus que l'année précédente», se réjouit Marc Kieffer. Les derniers chiffres disponibles, datant de juin 2017, font état de 38930 contrats de mission. Ce qui fait 9080 personnes (soit 2,23% de l'emploi salarié total) occupées en intérim à la même période, selon le Statec.

L'industrie manufacturière a totalisé, à elle seule, 23% des heures payées en intérim en juin 2017. Elle arrive en tête devant le secteur du bâtiment, qui reste fort malgré la météo parfois délicate. «Pour l'Horesca, la demande devrait repartir de plus belle dès la mi-mars», conclut Manpower.

(Pierre François/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Helmutheimat le 02.02.2018 10:31 Report dénoncer ce commentaire

    C'est bien l'intérim, ça permet de faire des contrats de semaine en semaine et quand un férié tombe un lundi ou vendredi, vous signez un contrat de 4 jours et le férié ne vous est pas payé, on vous appelle quand on a besoin et vous dit merci quand plus besoin et pour ce qui est d'un prêt à la banque vous pouvez vous asseoir dessus. En terme de précarité et d'emploi "kleenex", on a rien trouvé de mieux, même si parfois mais rarement cela aboutit à une embauche.

  • effaré le 02.02.2018 16:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Triste monde

  • Ouvrier le 02.02.2018 10:46 Report dénoncer ce commentaire

    Genial! On félicite le travail précaire! @Helmutheimat : et si vous tombez malade le weekend de fin de contrat ..baam pas de securité sociale. Les jeunes du secteur construction meme formés et motives se voient dans une impasse. Contrats interimaires par ci par la...et aucune stabilité pas de proposition CDD ni CDI. Elle est belle la vie du batiment hein Mr Kieffer? Venez voir les chantiers ;)

Les derniers commentaires

  • Baron Rouge le 02.02.2018 17:23 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’intérim c’est la cuvette des wc une honte de laisser ce système exister dans des pays civilisés ! c’est une situation où l’employeur peut tyranniser le travailleur qui fera tout dans l’espoir de décrocher une place à durée indéterminée !

  • effaré le 02.02.2018 16:30 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Triste monde

  • Toxik le 02.02.2018 15:54 Report dénoncer ce commentaire

    Oulala, HoD passe par là, il va vous expliquez que seul le fouet, la préssion et 12 heures par jour sont les seules lois acceptables dans le travail ! Il faut en pendre un comme lui tous les matins.

    • LiNh le 03.02.2018 09:12 Report dénoncer ce commentaire

      Cloué au lit avec une bonne grippe ou burn out ???

  • josy le 02.02.2018 11:06 Report dénoncer ce commentaire

    le nouvel esclavagisme ou le prix loué a l entreprise est plus rentable quun licenciement, et occupé un meme poste pendant des mois et des mois au lieu d embaucher ou mieux 2 contrats d e suite puis 1 mois sans rien et hop encore le droit de faire 2 contrats et ainsi de suite.Il suffit de voir le nombre de boites d 'intérim au luxembourg et ailleurs pour se demander ce que sont vraiment des besoins ponctuels.Et en prime ils affichent sur leurs vitrines cdd/cdi.

  • Ouvrier le 02.02.2018 10:46 Report dénoncer ce commentaire

    Genial! On félicite le travail précaire! @Helmutheimat : et si vous tombez malade le weekend de fin de contrat ..baam pas de securité sociale. Les jeunes du secteur construction meme formés et motives se voient dans une impasse. Contrats interimaires par ci par la...et aucune stabilité pas de proposition CDD ni CDI. Elle est belle la vie du batiment hein Mr Kieffer? Venez voir les chantiers ;)

    • Helmutheimat le 02.02.2018 11:12 Report dénoncer ce commentaire

      Eh oui Ouvrier, vous avez raison aujourd'hui l'intérim = contente toi de ce qu'on te donne et si t'es pas content, d'autres attendent ta place. Quand les syndicats auront-ils le courage d'interdire des contrats de semaine en semaine reconduits durant des mois sans obligation d'embauche. Si une entreprise arrive "utiliser" un ou plusieurs intérims pendant plus de la moitié de l'année voire plus, c'est qu'il y a du boulot. L'intérimaire est un employé prêté à une société utilisatrice ni plus ni moins.

    • Ouvrier le 02.02.2018 14:35 Report dénoncer ce commentaire

      Tout a fait d'accord. Je garde espoir que l'on se révolte un jour et que ca change...mais on n'est pas sortis de l'auberge. Il faut se manifester, mais beaucoup s'en fichent car ils veullent juste rammener de l argent hors frontières et donc cela ne les affecte pas. Pour ceux comme moi qui souhaiteraient evoluer et faire sa vie au Luxembourg...laissez tomber quoi.