Procès au Luxembourg

21 novembre 2013 21:37; Act: 22.11.2013 12:00 Print

Seul un mort connaît le nom du Bommeleeër?

LUXEMBOURG - Le procès se poursuivait ce jeudi, avec le témoignage de l'ancien chef des opérations de la police qui a fait une révélation surprenante.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Charles Bourg, ancien officier et directeur des opérations à la Gendarmerie, a fait une étonnante révélation à la barre, lors de la journée du procès Bommeleeër, ce jeudi. Devant la chambre criminelle, Bourg a affirmé que Jos Steil, le chef adjoint de la «Brigade Mobile de la Gendarmerie» (BMG) lui avait révélé, peu avant sa mort, qu’il connaissait l’identité du Bommeleeër, lors d’une soirée arrosée. Mais Charles Bourg ne lui aurait pas demandé le fameux nom. Cette déclaration a provoqué un certain émoi à la cour.

Les juges, les procureurs et les avocats de la défense ont tenté de trouver des réponses à ce témoignage. Pourquoi Bourg n’avait-il pas transmis l’information dès 2003, lorsqu'il avait pris conscience de cette information? Déjà interrogé par les enquêteurs en 2004, il n'avait pas parlé de cette rencontre. De plus, l’ancien officier a dû s’expliquer sur ses contradictions, parlant tour à tour du Bommeleeër mais aussi «des auteurs» de l’attentat. Le juge lui a alors rappelé les conséquences juridiques s’il ne disait pas la vérité. Le procureur Georges Oswald a sermonné: «Personne ne vous croit dans la salle, vous devez dire la vérité!». Les auditions de Charles Bourg se poursuivront lundi.

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

Les commentaires les plus populaires

  • Thorgal le 22.11.2013 10:22 Report dénoncer ce commentaire

    Cette affaire devient une pantalonade comme ont le dit dans le midi! voire pire une gendarmerie incapable, les services secrets qui font marrer tout le Luxembourg il ne reste plus cas faire un téléfilm d'une centaine d'épisodes!

  • Coeur révélateur le 22.11.2013 16:29 Report dénoncer ce commentaire

    Qui sont accusés implicitement de complicité passive des Bommeléer par la juge. Drôle de juge, qui a un parti pris sans attendre la fin des témoignages et qui n'a pas de comportement équitable envers les témoins. Attendons voir si elle fera preuve d'autant d'intransigeance face au témoin Santer, qui dans l'affaire SREL s'est déjà moqué de l'enquête parlementaire en déclarant qu'il ne fallait pas s'attendre à la vérité dans certaines affaires d'Etat.

  • romain le 22.11.2013 08:21 Report dénoncer ce commentaire

    Tout le luxemboug connait l'un des participants de cette affaire, mais, chutt (...) affaire d'état ! On créé des alibis... on fait des jeux de piste... et on fait "parlé" les morts d'une d'une soirée où ce n'était pas les tables qui tournaient mais, les têtes... Bref : tous les ingrédients pour faire un excellent polar ...

Les derniers commentaires

  • Coeur révélateur le 22.11.2013 16:29 Report dénoncer ce commentaire

    Qui sont accusés implicitement de complicité passive des Bommeléer par la juge. Drôle de juge, qui a un parti pris sans attendre la fin des témoignages et qui n'a pas de comportement équitable envers les témoins. Attendons voir si elle fera preuve d'autant d'intransigeance face au témoin Santer, qui dans l'affaire SREL s'est déjà moqué de l'enquête parlementaire en déclarant qu'il ne fallait pas s'attendre à la vérité dans certaines affaires d'Etat.

  • Cosmo le 22.11.2013 15:58 Report dénoncer ce commentaire

    Heureusement qu'on met toujours l'article "de" (le). Parce que sans cela au lieu de Bommléer (poseur de bombes) on pourrait lire Bommel Éer (des œufs de Bommel), ce qui finalement revient au même.

  • Thorgal le 22.11.2013 10:22 Report dénoncer ce commentaire

    Cette affaire devient une pantalonade comme ont le dit dans le midi! voire pire une gendarmerie incapable, les services secrets qui font marrer tout le Luxembourg il ne reste plus cas faire un téléfilm d'une centaine d'épisodes!

    • Mike d'elle le 26.11.2013 04:53 Report dénoncer ce commentaire

      De quoi parle-t-on ? Le G D L n'a t -il pas d'autres préoccupations que d'essayer de savoir qui a fait exploser un pylône de télécommunication , il y a presque 20 ans ... J'ai personnellement connu pratiquement tous les protagonistes impliqués dans ce dossier qui heureusement n 'a pas fait couler une goute de sang (mais bien un premier ministre, un chef de la police et quelques officiers et sous off. de la police , de la brigade mobile ou de la gendarmerie.). Le décès de Jos Steil , gendarme aux compétences remarquables , semble arranger beaucoup de monde, les absents ont toujours tort...

  • romain le 22.11.2013 08:21 Report dénoncer ce commentaire

    Tout le luxemboug connait l'un des participants de cette affaire, mais, chutt (...) affaire d'état ! On créé des alibis... on fait des jeux de piste... et on fait "parlé" les morts d'une d'une soirée où ce n'était pas les tables qui tournaient mais, les têtes... Bref : tous les ingrédients pour faire un excellent polar ...