Église au Luxembourg

13 février 2020 14:53; Act: 13.02.2020 16:48 Print

Six victimes d'abus sexuels se sont manifestées

LUXEMBOURG - L'Église catholique a recueilli en 2019 les témoignages de six victimes d'abus sexuels, âgées de 6 à 12 ans au moment des faits.

storybild

Deux des victimes étaient des filles, quatre des garçons. Tous étaient âgés de 6 à 12 ans.

Sur ce sujet
Une faute?

L'Église catholique luxembourgeoise s'était engagée à la transparence et la structure qu'elle a mis en place pour recueillir les témoignages de victimes d'abus fournit désormais chaque année des informations sur les abus signalés. Ainsi, en 2019, six personnes ont pris contact avec la structure pour témoigner de violences sexuelles subies dans l'Église, selon un communiqué publié ce jeudi.

Comme il faut parfois du temps pour trouver le courage d'en parler, les faits remontent parfois à loin. Ainsi, un cas date des années 1940, un autre des années 1960 et les quatre plus récents des années 1970. Quatre des victimes étaient des garçons, deux des filles. Toutes les victimes étaient âgées de 6 à 12 ans au moment des faits, précise la structure de contact.

Indemnisations et excuses

Ces enfants ont subi, pour quatre d'entre eux, leur calvaire dans un foyer ou un internat et pour deux d'entre eux au sein même d'une église. Quant aux auteurs des abus sexuels, les victimes ont désigné trois «prêtres ou religieux», ainsi qu'une autre personne. Tous les auteurs présumés sont morts. Les dossiers ont tous été transmis au parquet. En tout, dix personnes en 2019 ont fait appel à la structure de contact pour les victimes d'abus sexuels. Mais outre la violence sexuelle, sept personnes ont évoqué la violence physique, quatre l'abus émotionnel (une même personne pouvant être victime de plusieurs types de violences). Une autre personne a dénoncé des violences sexuelles subies à l'étranger.

Face à ces actes, l'Église fait acte de contrition. Deux victimes ont eu droit à un paiement au titre de «reconnaissance pour souffrance vécue». «Nous respectons le choix des gens», indique un porte-parole de l'Église luxembourgeoise à L'essentiel. «Nous proposons ce paiement aux victimes. Certains veulent simplement témoigner de ce qu'ils ont vécu». De son côté, l'archevêque «demande sincèrement pardon à toutes les victimes concernées pour les souffrances qu'elles ont subies et les conséquences des abus», indique le communiqué. En outre, l'Église forme ses collaborateurs au sujet.

Quatre cours de prévention ont été organisés l'an dernier pour les membres du clergé et les laïcs collaborant avec l'Église. 74 personnes y ont participé en 2019. «Cette journée de formation sera à nouveau proposée. L'idée, c'est que tous ceux qui sont concernés y participent», indique le porte-parole.

(jw/L'essentiel)