Au Luxembourg

05 août 2021 07:00; Act: 05.08.2021 09:28 Print

Sous CovidCheck, les fêtes se taillent leur petit succès

LUXEMBOURG - Les autorités ont reçu, depuis le 16 juillet, 3 000 notifications de fêtes CovidCheck. Certaines de particuliers, comme David.

storybild

Les particuliers aussi organisent des événements CovidCheck.

Sur ce sujet
Une faute?

«J'ai organisé ma soirée de plus de 30 invités à la maison sous le régime CovidCheck car je n'avais pas envie de payer une amende de 6 000 euros en cas de contrôle», relate David, résident de la capitale.

Depuis le 16 juillet, pour organiser un événement, de plus de dix personnes sans masque et sans distanciation, il faut le faire sous le régime CovidCheck. L'hôte doit s'assurer à l'entrée que ses invités et son équipe sont vaccinés, guéris ou négatifs. Et la fête doit être signalée préalablement au ministère de la Santé. Jusqu'à 300 personnes, une simple notification suffit.

«Il m'a suffi de remplir le formulaire sur la page officielle»

«Depuis l'entrée en vigueur de la loi, nous avons reçu environ 3 000 notifications», détaille-t-on au ministère, en précisant que «le système de notification ne fait pas de distinction entre les demandes qui émanent de personnes privées et celles venant d'organisations professionnelles».

David a trouvé cela très simple. «Pour déclarer l'événement, il m'a suffi de remplir le formulaire sur la page officielle. Pas besoin de réponse ou de validation. Le soir, à l'entrée, j'ai donné des autotests que j'avais reçus au travail, aux invités qui n'étaient pas entièrement vaccinés pour qu'ils se dépistent. Ainsi, on a pu passer une soirée où on a dansé et un ami DJ a mixé».

La police, pour sa part, a un accès direct à ces notifications, pour mener des contrôles aléatoires. En cas d'infraction, la note est salée, surtout pour l'organisateur.

(L'essentiel/ Séverine Goffin)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Abasourdi le 05.08.2021 07:20 Report dénoncer ce commentaire

    Et les gens sont heureux de signaler des fêtes privées... Mais dans quel monde vit-on...?

  • realite le 05.08.2021 08:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les restrictions de libertés de vie privée deviennent normales

  • luxembourgbestcountry le 05.08.2021 07:28 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    triste

Les derniers commentaires

  • Neo le 07.08.2021 21:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Inculte

  • Honnêteté radicale le 06.08.2021 22:04 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Liberté de penser de vivre et surtout la liberté d’expression voilà ce que l’on veut pour le Luxembourg

  • Honnêteté radicale le 06.08.2021 22:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    liberté de vivre et surtout la liberté d’expression

  • Que la vérité le 06.08.2021 09:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Oui oui ont va bien rigoler après ;les politiciens actuelle me font rire avec leur propos vivement les Élections pour un changement radical pour le pays !!

  • Alex le 06.08.2021 00:18 Report dénoncer ce commentaire

    Qui rappellera les bases de la biologie à ces législateurs dont le QI se situe 2 écarts-type sous la normale ? Vacciné ne signifie jamais non-porteur du pathogène, et la fiabilité des tests n'atteindra jamais 100%. Quiconque prétend le contraire mérite de repasser quelques années sur des bancs d'école. Qu'on fasse taire également ces politiques qui administrent des conseils/injonctions médicaux sans en avoir le diplôme. Contrairement à leur fonction, l'exercice de la médecine est protégé par la loi.