Société au Luxembourg

17 juillet 2019 16:45; Act: 17.07.2019 17:51 Print

Strauss-​​Kahn, témoin assisté dans l'affaire LSK

L'ancien patron du Fonds monétaire international, Dominique Strauss-Kahn (DSK) a été entendu comme témoin assisté dans l'affaire LSK, société d'investissement créée au Luxembourg.

storybild

La carrière politique de DSK a été ruinée par l'agression sexuelle dont il a été accusé, en mai 2011, par une femme de chambre de l'hôtel Sofitel de New York.

Sur ce sujet
Une faute?

Le parquet de Paris a ouvert en 2015 une enquête pour escroquerie et abus de biens sociaux à la suite de la faillite de cette société et du suicide présumé de Thierry Leyne, le partenaire de «DSK», retrouvé mort au pied d'une tour de Tel-Aviv. Cela faisait suite au dépôt de plaintes de créanciers de LSK, dont l'homme d'affaires français Jean-François Ott, qui connaissait aussi Thierry Leyne et avait investi dans LSK 500 000 euros par l'intermédiaire de sa société de droit chypriote Roxannia, précise son avocat, Me Mathieu Croizet. Selon les mêmes sources, c'est la juge d'instruction Charlotte Bilger, chargée de ce dossier, qui a entendu DSK comme témoin assisté, le 3 juillet.

LSK (les initiales des deux fondateurs) avait accumulé un passif de plus de 100 millions d'euros au moment de sa liquidation fin 2014, deux semaines après la mort de Thierry Leyne. DSK avait pour sa part démissionné de son poste de PDG de la société, trois jours avant le suicide présumé de ce dernier. Après la faillite de LSK, l'ancien ministre français des Finances avait dit au Parisien que son associé avait contracté «une série d'emprunts excessifs» et que lui-même avait «probablement perdu» son investissement dans la société, dont il détenait 15% du capital.

«J'aurais dû me méfier, j'ai été con»

Son avocat, Jean Veil, avait alors fait valoir que DSK n'avait pas exercé de fonction opérationnelle au sein de LSK et que sa signature figurait sur des procès-verbaux de conseils d'administration auxquels il n'avait pas participé. Interrogé par Reuters, Me Jean Veil a fait valoir mardi que le fait que son client ait été entendu comme témoin assisté «signifie que la juge considère qu'il n'y a pas d'élément dans le dossier qui permettrait de le mettre en examen». Le service de la douane judiciaire, qui l'avait interrogé il y a un an, «a considéré que Dominique Strauss-Kahn n'était pas responsable de la société LSK», a ajouté Me Veil.

«J'aurais dû me méfier, j'ai été con. Je me suis fait avoir comme un bleu», confiait en janvier 2017, l'ancien patron du FMI, à la revue Vanity Fair. Mais Me Mathieu Croizet pense au contraire que le statut de témoin assisté «signifie qu'il y a des indices vraisemblables qui laissent penser qu'une personne a participé à la commission d'une infraction». La carrière politique de DSK a été ruinée par l'agression sexuelle dont il a été accusé en mai 2011 par une femme de chambre de l'hôtel Sofitel de New York, ce qui l'a notamment contraint à démissionner du FMI et à renoncer à se présenter à l'élection présidentielle française de 2012.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Citoyen 57 le 18.07.2019 17:39 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a de cela quelques années certains fonctionnaires ont vu des papiers ...lors de fouilles à la frontiere. Pour éviter de finir aux oubliettes ou ailleurs.. disparus,ces fonctionnaires se turent..et ces controles d'un commun accord entre les présents furent bien vite oubliés.

  • Le Belge le 17.07.2019 21:22 Report dénoncer ce commentaire

    Le pauvre!

Les derniers commentaires

  • Citoyen 57 le 18.07.2019 17:39 Report dénoncer ce commentaire

    Il y a de cela quelques années certains fonctionnaires ont vu des papiers ...lors de fouilles à la frontiere. Pour éviter de finir aux oubliettes ou ailleurs.. disparus,ces fonctionnaires se turent..et ces controles d'un commun accord entre les présents furent bien vite oubliés.

  • Le Belge le 17.07.2019 21:22 Report dénoncer ce commentaire

    Le pauvre!