Au Luxembourg

11 octobre 2021 11:00; Act: 11.10.2021 11:13 Print

Un clip de rap pour alerter sur la maladie mentale

LUXEMBOURG - «Net Aleng»: c'est avec ce titre que les jeunes rappeurs U.Nique et Nuxx abordent le thème des maladies mentales.

Sur ce sujet
Une faute?

«Ressaisis-toi!» Combien de fois les personnes souffrant d'une maladie mentale ont entendu cette phrase? «Que les gens fassent plus attention aux personnes autour d'eux, les amis, la famille qui vont mal et les aider», voilà le but de la chanson «Net Aleng», explique l'artiste U.Nique, 26 ans. Avec Nuxx, 18 ans, - tous les deux rappeurs luxembourgeois - ils ont été sollicités par le Centre hospitalier du Nord (CHdN) pour participer à sa campagne sur la santé mentale qui a débuté dimanche.

«On a tout de suite dit oui. C'est bien qu'il y ait des gens qui pensent aux jeunes. Pendant la crise, ils étaient les mauvais, à ne pas être à la maison. Mais ce n'est pas ça. Les jeunes aussi ont des problèmes, ont le droit de ne pas être bien et il faut les aider», ajoute U.Nique.

«Qu'ils trouvent la force de demander de l'aide»

Même si les jeunes sont les premiers visés par la chanson, elle s'adresse aussi à ceux «qui sont mal, pour qu'ils trouvent la force de parler, de demander de l'aide». Les paroles ont été écrites en un jour, la chanson enregistrée en trois heures et le clip tourné en une demi-journée. Il n'a pas fallu plus de deux semaines en tout à ce duo pour mener à bien ce projet. Le vidéo-clip a été diffusé dimanche à midi, sur la page Facebook du CHdN.

Lançant ainsi la campagne #WéigeetetDir, qui durera jusqu'au 1er novembre. D'autres vidéos seront publiées sur les réseaux sociaux de l'hôpital.

(L'essentiel/Marion Mellinger)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Prof le 11.10.2021 11:57 Report dénoncer ce commentaire

    Correcte: Alleng, 2 l,

  • Miss57 le 11.10.2021 12:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Une Honte je suis d accord avec vous..trop facile de les ramener en hôpital psychiatrique et aucune surveillance !! ils faut leur donner les médocs obligatoires.

  • SOS le 11.10.2021 12:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est terrible comme, lorsque quelqu'un contracte une maladie mentale, le vide de créé autour de cette personne. Du jour au lendemain, les amis sont souvent "occupés" puis ne décrochent plus le téléphone (quant aux medias sociaux, "you can kiss your ass") et, le pire, parce que je l'ai vu, les gens changent de trottoir... Sans le soutien de la famille les malades mentaux sont réduits à néant, des nains sociaux. Et ne croyez pas que les gens en ont honte.

Les derniers commentaires

  • Baron Rouge le 12.10.2021 08:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C’est dingue !

  • Gonzzo001 le 11.10.2021 17:45 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et à quand pour l'addiction aux réseaux sociaux et smartphone ???

  • rassurant le 11.10.2021 13:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pédopsychiatres sont nombreux, depuis le début de l'épidémie, à alerter sur la hausse de jeunes patients reçus pour dépression, au point de tenter de mettre fin à leurs jours. Les chiffres sur les tentatives de suicide des adolescents et jeunes adultes, rendus confirment désormais ces remontées de terrain. Violence, Mobbing, difficulté à suivre les cours, Mobbing au travail ,logement trop cher, vie trop chère.Les jeunes ont peur de l avenir.De ne Pas réussir l école,pas trouver de job,logement

  • Miss57 le 11.10.2021 12:15 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Une Honte je suis d accord avec vous..trop facile de les ramener en hôpital psychiatrique et aucune surveillance !! ils faut leur donner les médocs obligatoires.

  • SOS le 11.10.2021 12:03 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est terrible comme, lorsque quelqu'un contracte une maladie mentale, le vide de créé autour de cette personne. Du jour au lendemain, les amis sont souvent "occupés" puis ne décrochent plus le téléphone (quant aux medias sociaux, "you can kiss your ass") et, le pire, parce que je l'ai vu, les gens changent de trottoir... Sans le soutien de la famille les malades mentaux sont réduits à néant, des nains sociaux. Et ne croyez pas que les gens en ont honte.