Viticulture au Luxembourg

09 juin 2021 10:00; Act: 09.06.2021 08:19 Print

Un drone pour traiter les vignes de la Moselle

WORMELDANGE - L’avenir est en marche et les drones sont de plus en plus présents dans notre quotidien. Démonstration au cœur des vignes de la Moselle.

storybild

Les équipes de AMX Future Solutions en place dans les vignes de Wolmerdange de bon matin. (photo: L'essentiel/Frédéric Lambert)

Sur ce sujet
Une faute?

Tradition multiséculaire au Luxembourg, la culture de la vigne s’adapte aux nouvelles technologies. Alors que les vignerons traitaient encore les vignes à l’aide de tracteurs, voire d’hélicoptères, il y a quelques années, c’est désormais au tour des drones de venir s’attaquer aux maladies, aux petits ravageurs ou aux herbes indésirables.

La société AMX Future Solutions, basée à Gonderange, nous en a fait la démonstration, ce mardi 8 juin 2021, de très bon matin, sur les coteaux en pente de Wormeldange. «Les drones vont changer nos vies dans de multiples secteurs d’activités comme l’agriculture, la photographie ou encore la construction», prévoit Majid Maki, managing director qui emploie déjà huit personnes après une seule année d’activité.

La sécurité au centre des préoccupations

«Le début du mois de juin est la période recommandée pour l’épandage de pesticides dans les vignes», souligne-t-il encore, «et nous nous y employons avec un drone de 42 kg en respectant toutes les mesures de sécurité. On espère que notre travail permettra de produire du bon vin avec les raisins qui vont grandir grâce à notre intervention».

«Concrètement, nous sommes d’abord venus dans les vignes pour faire du «mapping» avec un plus petit drone et ainsi envoyer ces données cartographiques à nos clients», détaille Majid Maki. «Ensuite, avec les autorisations de la Direction de l’aviation civile (DAC), nous sommes revenus sur site avec un très grand drone pour effectuer la pulvérisation avec un véritable pilote de Cesna. Nous volons durant huit minutes et le drone opère à maximum trente mètres de haut avec précision et efficacité».

D’agriculteur à pilote de drone

Par le passé, compte tenu des fortes pentes entre les vignes, ce type d’intervention avec des tracteurs était tout simplement très risqué pour le personnel des vignerons. «Et le drone est plus précis et moins cher qu’un hélicoptère», ajoute Majid Maki. «Ici, notre précision se chiffre en centimètres. C’est très efficace et c’est automatique. Le drone peut théoriquement traiter un hectare en dix minutes. Ce type d’intervention coûte moins de 10 000 euros et notre principal drone, avec les batteries, coûte déjà près de 7 000 euros».

Pilote en chef chez AMX Future Solutions, Marteen Suijlen a pour mission que «tout se passe bien et que les drones volent à merveille». «Nous apportons un service aux viticulteurs et avec un drone de 42 kg, la sécurité prime sur tout le reste. Avant je pilotais des petits avions privés et cette formation est très utile pour piloter des drones. Quelle est la météo? Où est le drone? Où va-t-il? Que va-t-il faire? Voilà toutes les questions que l’on se pose. Il y a dix ans, je n’aurais jamais imaginé tout ça. Pendant 23 ans, j’étais agriculteur en France et me voici désormais en train de piloter un drone dans les vignes au Luxembourg».

(Frédéric Lambert / L’essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Wasserbillig. le 09.06.2021 10:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Traitement avec l'hélicoptère pour Mertert il y a 10 jours avec les maisons collées au vigne. Une honte ! Message de la commune "couvrez vos plantations du jardin"....

  • Au nom de l'abeille ! le 09.06.2021 11:07 Report dénoncer ce commentaire

    Sans oublier que le 20 mai a été décrété comme la journée mondiale des abeilles ... N'oublions pas que notre vie dépend de la pollinisation et que l'abeille est en voie de disparition du fait (entre-autre) de l'utilisation de pesticides comme le souligne cet article ... Bientôt les drones remplaceront les abeilles ??? En Chine l'abeille a disparue et la polinisation des arbres fruitiers se fait à la main ... Pour l'image, on nous dit que c'est pour démontrer que l'homme est proche de la nature ...

  • LuxThill le 09.06.2021 15:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On retrouve tout ca sous une forme ou une autre dans le raisin et dans le vin.

Les derniers commentaires

  • LuxThill le 09.06.2021 15:44 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Peut-être pour le gain en CO2 des travailleurs de la vigne qui resteront chez eux.

  • LuxThill le 09.06.2021 15:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On retrouve tout ca sous une forme ou une autre dans le raisin et dans le vin.

  • À l'ouest... le 09.06.2021 14:36 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    C'est une technique de gestion des cultures qui utilisée et bien maîtrisée en Afrique du Sud à grande échelle depuis déjà quelques années, ils se servent en particulier de l'intelligence artificielle pour traiter les données extraites des drones. C'est extrêmement positif dans la mesure où cela permet d'être exceptionnellement précis pour la prévision et la planification des cultures.

  • veritis le 09.06.2021 13:50 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ptdr. et si on arrêtait et passait au bio?

  • Dépité le 09.06.2021 13:04 Report dénoncer ce commentaire

    Ne vaudrait il pas mieux dépenser de l'argent dans le développement de traitement non nocif / bio ? Quelle tristesse. Le changement n'est vraiment pas pour maintenant.