Au Luxembourg

11 novembre 2019 12:45; Act: 11.11.2019 13:27 Print

Un jeu de dés pour faire revivre l'âme des bistrots

LUXEMBOURG - Le jeu de dés «Calavera» a été élu Bistrospill 2019. Il doit aider, comme d'autres, à recréer du lien social dans les cafés du pays.

storybild

Calavera: des parties d'une vingtaine de minutes et des règles relativement faciles à apprendre. (photo: L'essentiel)

Sur ce sujet
Une faute?

«Les jeux de société dans les cafés redeviennent tendance, surtout auprès des jeunes. C'est un constat que nous faisons au Luxembourg comme à l'étranger», souligne Claude Ries, de la Fédération nationale des hôteliers, restaurateurs et cafetiers du Grand-Duché de Luxembourg (Horesca). Dans le cadre du label de qualité Wëllkom, l'Horesca veut inciter les clients des cafés à poser leur téléphone portable et à se parler.

D'où l'idée du Bistrospill, le jeu de bistrot de l'année, lancé l'an dernier. En 2019, c'est le jeu Calavera des éditions Moses qui décroche le titre.

«Quand on termine une partie, on a envie d'y rejouer»

Calavera est signé du créateur Klaus-Jürgen Wrede, déjà connu pour Carcassonne, un jeu de société très prisé des amateurs. Un jury a testé les jeux en lice. Calavera a eu leurs faveurs car, «quand on termine une partie, on a envie d'y rejouer», sourit Claude Ries. «Illusion, le Bistrospill 2018 était un jeu de cartes, cette année, nous voulions un jeu de dés», poursuit Claude Ries.

Il correspond également aux critères imposés: des parties d'une vingtaine de minutes et des règles relativement faciles à apprendre. «Des tutorials sont même en ligne sur YouTube», précise Claude Ries. Désormais l'Horesca souhaite que le maximum de cafés jouent le jeu de promouvoir le Bistrospill: «La demande de la part du public est là».

(L'essentiel/Séverine Goffin)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Drinx le 11.11.2019 14:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    c'est un jeu portugais le cavalera ?

  • BBlancM le 11.11.2019 18:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien dis c’est la vérité Luis Bravo

  • luis le 11.11.2019 15:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et et oui le temps c,est fini les bistrots.contrôle alcoolémie,interdiction, cigarettes les prix du loyer d um cafetier 3000 eu ou plus securite social électricité chauffage eau personel etc alors c,est pas le jeu machin qui vas sauvé la vie des cafetiers ,et si on regardé bien les choses a qui profite tou ca, tojours les mêmes qui a acheté la brasserie dikirch enovos etc etc réflexion faite tojours les mêmes qui contrôle tout et se renplisse les proches

Les derniers commentaires

  • Tome le 11.11.2019 19:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Des jeux qui se transforment facilement en jeux d argent!

  • BBlancM le 11.11.2019 18:07 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Bien dis c’est la vérité Luis Bravo

  • BBlancM le 11.11.2019 18:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    L’erreur c’est aussi les salaires trop élevés au Luxembourg par rapport aux voisins .. smic la vla la deuxième erreur ...et l’index ne va pas aider !!!

  • luis le 11.11.2019 15:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et et oui le temps c,est fini les bistrots.contrôle alcoolémie,interdiction, cigarettes les prix du loyer d um cafetier 3000 eu ou plus securite social électricité chauffage eau personel etc alors c,est pas le jeu machin qui vas sauvé la vie des cafetiers ,et si on regardé bien les choses a qui profite tou ca, tojours les mêmes qui a acheté la brasserie dikirch enovos etc etc réflexion faite tojours les mêmes qui contrôle tout et se renplisse les proches

  • Michel le 11.11.2019 15:16 Report dénoncer ce commentaire

    Très bon article sur ces lieux où des polytoxicomanes viennent prendre leurs doses quotidiennes de drogues dures. Soutenons les fixer stuffs et autres "bistrots" !