Au Luxembourg

08 mai 2018 17:58; Act: 09.05.2018 10:01 Print

Un lieu pour aborder la santé affective et sexuelle

LUXEMBOURG - Le Centre national de référence pour la promotion de la santé affective et sexuelle (Cesas) a été officiellement inauguré mardi.

storybild

Le centre a été inauguré par Isabelle Stourm, du ministère de l'Éducation nationale, Lydia Mutsch, ministre de la Santé et ministre de l’Égalité des chances, Corinne Cahen, ministre de la Famille et de l’Intégration, Ainhoa Achutegui, Présidente du CA du Planning Familial et Isabel SCOTT, Responsable du Cesas (de gauche à droite). (photo: MEGA)

Service du Planning familial à Luxembourg, le Centre national de référence pour la promotion de la santé affective et sexuelle (Cesas) avait été lancé il y a un an sous l’acronyme provisoire de CNR. «Une année très fertile qui nous a permis de donner forme au Cesas et d’identifier les besoins des acteurs de terrain», commente Isabel Scott, sa responsable.

Officiellement inauguré ce mardi après-midi, il s’occupera de la santé affective et sexuelle dans sa globalité et «ne se limite pas aux relations sexuelles, mais inclut l’affectivité, le respect de soi et de l’autre et les spécificités du genre et des identités sexuelles». Il doit permettre aux acteurs de terrain de travailler plus étroitement en réseau et est un instrument-clé de l’actuel Plan national, qui a été prolongé jusqu’en 2019.

Actuellement, le Cesas dispose d’un budget de 200 000 euros pour un an, somme qui servira également à lancer des projets et occupe un poste et demi. Mais il a vocation à s’agrandir. «Nous avons le soutien du ministère de la Santé et à terme notre équipe devrait se renforcer de psychologues ou encore d'éducateurs», explique Isabel Scott.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • torolkozo le 08.05.2018 18:28 Report dénoncer ce commentaire

    Le Cesas fera un travail essentiel pour les jeunes et aussi les moins jeunes mais sur la photo on voit des femmes seulement et pas d'hommes alors que l'égalité doit aller dans les deux sens et que les hommes doivent pouvoir aussi se confier à elles, enfin à eux en cas de besoin !!!

  • Sam1952 le 08.05.2018 21:19 Report dénoncer ce commentaire

    Si seulement !!!!, on apprenait aux filles et garçons de ne pas faire d’enfants , avec les premiers venus , sans réfléchir aux conséquences dramatiques , souvent pour l’enfant !!!!

  • bof le 08.05.2018 20:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Santé affective et sexuelle? Perplexe sur le sujet. 3/4 des gens ne savent pas se gérer psychiquement ou sont des sang-sues... Alors le sexe, n en parlons pas

Les derniers commentaires

  • OldSchool le 09.05.2018 11:12 Report dénoncer ce commentaire

    C'est à l'école qu'ils doivent enseigner des valeurs! On n'a pas tous la chance de l'avoir eu à la maison. Encore de l'argent gâché. La majorité des filles qui vont au planning, y vont pour récupérer des moyens contraceptifs gratuits!

  • living in a plasticworld isnot fantastic le 09.05.2018 08:36 Report dénoncer ce commentaire

    ah, maintenant ils veulent encore tout savoir sur notre sexe et vie intime! non, pas de confiance dans les psychos encadrés et formés par la politique de lobbyisme de l'industrie pharmaceutique et biotechnique destructrice de la santé et créatrice de maladies rares qui seront bientôt très fréquentes ainsi que les cancers et tumeurs qui bien nourries explosent partout dans le monde dit 'civilisé' par la manipulation de l'homme créateur de la pollution mondiale!!! ... nos enfants ne pourront plus naître et vivre en bonne santé, parce qu'on leur pollue inlassablement l'air, l'eau et la terre ...

  • Sam1952 le 08.05.2018 21:19 Report dénoncer ce commentaire

    Si seulement !!!!, on apprenait aux filles et garçons de ne pas faire d’enfants , avec les premiers venus , sans réfléchir aux conséquences dramatiques , souvent pour l’enfant !!!!

    • Unicorn le 09.05.2018 10:09 Report dénoncer ce commentaire

      Mais je crois que les jeunes filles réfléchissent beaucoup. Devant le spectre d'un travail minable de 8h, pour un salaire aussi minable, pour se loger dans un studio minable, elles cherchent celui qui peut les entretenir. Et le premier venu sans ressources convient. Elles font un bébé toutes seules, et voilà que le père providence apparaît sous la forme de l'Etat. Logement social, allocation, rmg, merci aux conseils du planning familial, merci Papa Staat.

  • bof le 08.05.2018 20:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Santé affective et sexuelle? Perplexe sur le sujet. 3/4 des gens ne savent pas se gérer psychiquement ou sont des sang-sues... Alors le sexe, n en parlons pas

  • RF le 08.05.2018 18:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Une très bonne initiative qui aura ses fruits. Félicitations!

    • Hurra le 08.05.2018 19:34 Report dénoncer ce commentaire

      Le fruit, serait ce un enfant?