En région parisienne

16 octobre 2020 18:55; Act: 16.10.2020 21:18 Print

Un professeur décapité: le parquet antiterroriste saisi

Un prof d'histoire ayant montré les caricatures de Mahomet en classe a été décapité, et son agresseur présumé est décédé après s'est fait tirer dessus par la police.

storybild

Sur place, les policiers ont découvert la victime et, 200 mètres plus loin à Eragny, ils ont tenté d'interpeller un homme armé d'une arme blanche qui les menaçait et ont fait feu sur lui. (photo: AFP/Abdulmonam Eassa)

Sur ce sujet
Une faute?

Un enseignant a été décapité vendredi à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) et son agresseur présumé tué par la police, dans la ville voisine d'Eragny (Val-d'Oise), trois semaines après l'attaque au hachoir perpétrée par un jeune Pakistanais près des ex-locaux de Charlie Hebdo à Paris. Selon une source policière, la victime, un professeur d'histoire du collège du Bois-d'Aulne à Conflans Sainte-Honorine, avait montré récemment à ses élèves des caricatures de Mahomet en cours. Le parquet national antiterroriste a annoncé à l'AFP s'être immédiatement saisi de l'enquête, ouverte pour «assassinat en relation avec une entreprise terroriste» et «association de malfaiteurs terroriste criminelle».

Les investigations ont été confiées à la Sous-direction antiterroriste (Sdat) de la police et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Les faits se sont déroulés vers 17h, près d'un établissement scolaire, selon une source policière. Les policiers de la brigade anticriminalité de Conflans Sainte-Honorine ont été appelés pour un individu suspect rôdant autour d'un établissement scolaire, selon cette source. Sur place, les policiers ont découvert la victime et, 200 mètres plus loin à Eragny, ils ont tenté d'interpeller un homme armé d'une arme blanche qui les menaçait et ont fait feu sur lui. L'agresseur présumé, dont l'identité n'a pas été immédiatement établie, est décédé, a-t-on indiqué de source judiciaire. Un périmètre de sécurité a été installé et le service de déminage appelé, en raison d'une suspicion de gilet explosif.

«La volonté de frapper l'Occident est intacte»

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, en déplacement au Maroc, est aussitôt rentré à Paris et a ouvert une cellule de crise «en lien avec le président de la République et le Premier ministre», a-t-il tweeté. Le chef de l'Etat se rendait à la cellule de Beauvau pour l'y rejoindre, a annoncé l'Elysée.Cette attaque survient trois semaines jour pour jour après l'attentat au hachoir perpétré par un jeune Pakistanais de 25 ans devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, qui avait fait deux blessés graves.

L'auteur de cet attentat islamiste avait déclaré aux enquêteurs avoir agi en réaction à la publication et la republication par Charlie Hebdo début septembre des caricatures de Mahomet, qui avaient fait de l'hebdomadaire satirique une cible des jihadistes. Cette republication avait eu lieu à l'ouverture le mois dernier du procès des attentats de janvier 2015, qui doit se tenir jusqu'au 10 novembre. En réaction, des milliers de manifestants avaient protesté dans plusieurs villes du Pakistan contre Charlie Hebdo et la France. Al Qaïda avait également menacé d'attaquer de nouveau la rédaction de l'hebdomadaire satirique.

«C'est la republication des caricatures plutôt que le procès qui a joué dans l'aggravation des menaces», expliquait récemment à l'AFP une source sécuritaire. «La volonté de frapper l'Occident est intacte», mais «entre ceux qui sont décédés, ceux qui sont incarcérés», la capacité d'action des groupes terroristes est «très réduite», avait-elle ajouté. Depuis la vague d'attentats jihadistes sans précédent amorcée en 2015 en France, qui avait fait 258 morts, plusieurs attaques ont été perpétrées à l'arme blanche, notamment à la préfecture de police de Paris en octobre 2019 ou à Romans-sur-Isère en avril dernier.

(L'essentiel / AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • nj le 16.10.2020 19:47 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pauvre professeur, paix à son âme ! je suis choquée et les larmes aux yeux! c'est ça notre société ! et dire que nos grands parents se sont battus pendant la guerre...pour enfin vivre dans des pays libres!!! on va laisser nos gosses grandir dans ces actes de barberie...mais il y a urgence à faire passer des messages forts dans nos démocraties !

  • Europe en danger le 16.10.2020 20:55 Report dénoncer ce commentaire

    Encore une victime à cause d'une politique sans courage et sans dignité.

  • Yann L le 16.10.2020 21:00 Report dénoncer ce commentaire

    La diversité commence à couter cher.

Les derniers commentaires

  • le rebelle le 18.10.2020 17:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    il faut tous les éliminés la solution est la pas de pitie

  • joe le 18.10.2020 00:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Si je savais l’adresse de ce policier je lui enverrai le chèque parce que c’est super ce qu’il a fait voilà il mérite une médaille

  • Guy Fawkes le 17.10.2020 17:08 Report dénoncer ce commentaire

    Et voilà la raison purquoi il y a des groupes de suprématie blanche. C'est un cercle vicieux qu'il faut stopper de suite au risque de voir une guerre civile dans les rues des pays de l'occident. A ce moment les terroristes auront gagné, car c'est le but recherché.

  • xcalet le 17.10.2020 13:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Vive le multi

  • popol le 17.10.2020 10:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    mais ou allons nous on a plus le droit à la liberté d'expression dans quel monde nous vivons