Politique au Luxembourg

06 décembre 2018 06:57; Act: 06.12.2018 09:59 Print

La Chambre va compter à peine un quart de femmes

LUXEMBOURG - La nouvelle composition de la Chambre des députés se présente ce jeudi après-midi, pour la première fois. Tour d’horizon des nouveaux élus.

storybild

La Chambre des députés new-look compte douze députés qui vont découvrir la fonction ce jeudi. (photo: Editpress)

Sur ce sujet
Une faute?

Avec Sam Tanson au gouvernement, Djuna Bernard fera sa première apparition à la Chambre des députés, jeudi après-midi, sous les couleurs des Verts. À 26 ans, elle sera la plus jeune parlementaire de la législature. Elle détrône Sven Clement (29 ans), qui défendra le pavillon des Pirates pour la première fois de l’histoire du jeune parti. Chez les Verts toujours, Stéphanie Empain (34 ans) apportera sa jeunesse, alors que Carlo Back (65 ans) et Marc Hansen (50 ans) découvriront eux aussi la Chambre. Henri Kox, quant à lui, retrouvera son siège.

Chez les libéraux, l’avocate née à Echternach, Carole Hartmann (30 ans), va découvrir les arcanes du pouvoir aux côtés des expérimentés Joëlle Elvinger, Eugène Berger, Guy Arendt, Gusty Graas et Frank Colabianchi, qui reprendront leur place à la Chambre des députés grâce aux nominations au gouvernement. Il en va de même pour Lydia Mutsch, pas reconduite comme ministre, mais qui siégera au Parlement avec ses camarades socialistes Yves Cruchten, Franz Fayot, Claude Haagen et Tess Burton, à laquelle Nicolas Schmit a choisi, mardi, de laisser sa place.

Avec ce jeu des chaises musicales, la Chambre des députés compte quinze femmes pour 45 hommes, à peine un quart des effectifs. Entre le doyen Gast Gibéryen (68 ans) et la cadette Djuna Bernard (26 ans), il y a 42 ans d’écart. Toute une carrière.

(Patrick Théry/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • bonne question le 06.12.2018 07:26 Report dénoncer ce commentaire

    Et alors? Même les voteurs féminins ne votent pas pour des députées de leur propre sexe. Alors pour quel motif?

  • Fatiguant le 06.12.2018 10:58 Report dénoncer ce commentaire

    Et donc, à part faire de la victimisation à pas chère, qu'est-ce que cela peu faire? Se plait-on car il n'y a pas de femmes ouvrières du bâtiment ou pour manœuvrer dans les fourneaux en sidérurgie, ou plus généralement pour les métier très difficiles ou très risqués?

  • Roxio le 06.12.2018 12:19 Report dénoncer ce commentaire

    Oui à la parité homme-femme dans tous les domaines mais moyennant les compétences (pour les deux sexes). Vouloir à tout prix mettre des femmes juste pour atteindre un quota, non.

Les derniers commentaires

  • Bellucci Christian le 06.12.2018 15:29 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    un quart non ?

  • Nénette le 06.12.2018 13:27 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    On voit le résultat...

  • Roxio le 06.12.2018 12:19 Report dénoncer ce commentaire

    Oui à la parité homme-femme dans tous les domaines mais moyennant les compétences (pour les deux sexes). Vouloir à tout prix mettre des femmes juste pour atteindre un quota, non.

    • ..!!.. le 06.12.2018 15:53 Report dénoncer ce commentaire

      Certaines listes avaient des problèmes pour trouver des candidates

  • Le Belge le 06.12.2018 11:23 Report dénoncer ce commentaire

    Dans la mienne il y en a 50%...

  • Fatiguant le 06.12.2018 10:58 Report dénoncer ce commentaire

    Et donc, à part faire de la victimisation à pas chère, qu'est-ce que cela peu faire? Se plait-on car il n'y a pas de femmes ouvrières du bâtiment ou pour manœuvrer dans les fourneaux en sidérurgie, ou plus généralement pour les métier très difficiles ou très risqués?