Selon une enquête

29 avril 2015 12:56; Act: 29.04.2015 15:26 Print

Un quart des étudiants galèrent financièrement

LUXEMBOURG - Présentée mercredi matin, l'enquête TNS-ILReS sur le budget de l'étudiant 2015 révèle de larges disparités financières entre les jeunes universitaires.

storybild

Au Luxembourg, un étudiant dépense en moyenne 564 euros par mois.

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

Selon l'enquête TNS-ILReS réalisée, en mars-avril, auprès de 2 839 étudiants ayant déposé une demande d'aide financière au Luxembourg, 65% des étudiants bénéficient du soutien de leur famille (435 euros par mois en moyenne) pour financer leurs études. Un quart des étudiants interrogés sont obligés de travailler, mais leurs revenus demeurent peu importants. 65% gagnent ainsi moins de 500 euros par mois. Tout élément pris en compte, la majorité des répondants (57%) disent ne plus avoir d'argent à la fin du mois. Près d'un quart ont régulièrement des difficultés financières. Sans surprise, ces problèmes touchent d'abord les jeunes des familles modestes. 43% des étudiants dont les parents gagnent moins de 1 921 euros par mois peinent à joindre les deux bouts.

L'enquête a été pilotée conjointement par le ministère de l'Enseignement supérieur et les associations d'étudiants. Une collaboration qui s'est effritée avant même la présentation des résultats. Reprochant au ministère une analyse visant «à montrer que les étudiants ont suffisamment d'argent», l'UNEL (Union nationale des étudiants du Luxembourg) a décidé de boycotter la conférence de presse organisée mercredi. «Beaucoup de chiffres manquent par ailleurs, notamment sur le niveau d'étude des parents ou encore l’accès à la bourse de famille lié au nombre de frères et sœurs», regrette Pol Reuter, porte-parole de l'UNEL.

La réponse du secrétaire d’État à l'Enseignement supérieur, Marc Hansen, ne s'est pas fait attendre. «Peut-être que les résultats ne leur plaisent pas. Ils ont pourtant largement participé à la rédaction des questionnaires. Ici, personne ne comprend leur absence».

(Thomas Holzer / L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • 656d6 le 29.04.2015 14:24 Report dénoncer ce commentaire

    Ceci n'est que la face visible de l'iceberg, parce que pour ceux qui n'ont pas encore entr'aperçu la partie immergée... J'ai bénéficié de bourses au moment où celles-ci n'étaient pas encore généralisées et ne concernaient que les personnes en difficulté entre 1995/2000. J'ai du déposer un recours en demande de délai de remboursement. en 2013. Mon dossier était je pense fort étayé. J'ai tout subi, le refus d'application du salaire minimum, le salariat déguisé, les employeurs qui payent le 19 voire 37 du mois quand tout va bien et ceux qui ne payent pas aussi.

  • Nicolas le 29.04.2015 14:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @ jeanaimarre : tu ne travail pas en France et donc ne contribue à aucun enrichissement donc non !

  • Réaliste le 29.04.2015 14:06 Report dénoncer ce commentaire

    Cela a toujours été le cas... Cela le sera toujours....

Les derniers commentaires

  • elgatonero le 01.05.2015 09:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Peut être est ce vrai pour les étudiantes en France mais ici aLuxembourg ceux sont de vrais sacs Vuitton le "Speedy" .non 99/100 c'est faux cela doit être 20/100 de faux c'est plus juste

  • Gritti Elise le 30.04.2015 09:45 Report dénoncer ce commentaire

    Notre fille qui est inscrit dans une école de Mode à Paris ne touche aucun centime car la nouvelle loi sortie le 1 août 2014 n'accepte plus ce genre d'école . Que faire puisque jusqu'à cette date cette école était acceptée . Est-ce normal que cette loi peut être appliquée lorsque l'étudiante a déjà commencé ses études

    • chevalmaniasndfr le 24.03.2017 11:06 Report dénoncer ce commentaire

      elle est admissible en douanes tt mieux

  • esteban le 30.04.2015 09:16 Report dénoncer ce commentaire

    Les étudiants galèrent à Luxembourg ? Qu'ils aillent voir les étudiants en France ou ceux d'autres pays. Ils vont voir ce qu'est la galère. Pâtes tous les jours et chambre universitaire de 9m² avec toilettes et douches communes, déplacement en bus... Doit pas y en avoir beaucoup qui vivent comme ça à Luxembourg.

  • elgatonero le 30.04.2015 08:00 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi je n'ai jamais vu autant d'étudiantes avec sac Vuitton minimum 600€ smartphone et vêtements de marques faites en tour en ville c choquant a 16 ans voir moins

    • Rien de bien sérieux. le 30.04.2015 21:19 Report dénoncer ce commentaire

      @elgatonero. D'accord pour le smartphone mais pas pour le sac Vuitton, 99% d'entre elles se baladent avec des répliques achetées sur internet ou dénichées dans certains commerces à l'étranger.

  • Tartiflette le 30.04.2015 07:47 Report dénoncer ce commentaire

    Ah bon ils galèrent! C'est marrant parce que le sondage (ILRES) fait et que l'article ne cite pas, contrairement à d'autres médias, donne une moyenne de 963€/mois par étudiant. Pauvres petits choux!

    • fabilux le 01.05.2015 10:17 Report dénoncer ce commentaire

      ah bon, c'est une bourse alors? Je m'informe car je ne connais pas bien le sujet. Merci.