BANQUES AU LUXEMBOURG

20 avril 2018 15:56; Act: 20.04.2018 16:25 Print

Un secteur bancaire solide, mais moins rentable

LUXEMBOURG - Le coût de la réglementation et de la digitalisation pèsent sur le résultat des banques, selon l'ABBL, qui a fait le point sur la situation du secteur, ce vendredi.

storybild

Guy Hoffmann a été élu président de l'Association des banques et banquiers, Luxembourg (ABBL).

Sur ce sujet
Une faute?

Guy Hoffmann a été élu président de l'Association des banques et banquiers, Luxembourg (ABBL), lors d'une assemblée générale qui s'est tenue ce vendredi. Il remplace pour un mandat de deux ans renouvelable, Yves Maas, qui devient vice-président. Nouvellement installé, le CEO de la banque Raiffeisen a présenté des résultats mitigés pour le secteur bancaire en 2017, constatant que «la tendance croissante des coûts des dernières années se poursuit».

Les frais de personnel ont progressé de 1,5% sur un an, et les frais administratifs de 4,9%, des dépenses liées essentiellement à la réglementation (458 millions d'euros en 2016 soit 1% du PIB) et aux investissements dans la digitalisation.

Malgré la progression de la marge sur intérêt (4,877 milliards d'euros, +3,4%) et des commissions (4,727 milliards, +3,4%), les autres revenus régressent de 35%. Le résultat net, selon les estimations de l'ABBL, s'établit à 3,768 milliards d'euros, en recul de 21%.

Perte d'emplois

Pour autant, «les banques restent solides, mais il faut s'attendre à une rentabilité moindre à l'avenir», résume Guy Hoffmann, qui assure que, grâce à leur solvabilité croissante, le financement de l'économie nationale continuera d'être assuré. Quelque 33 milliards d'euros de crédits pour les ménages au Luxembourg et 24 milliards pour les entreprises ont ainsi été accordés, l'an dernier. Dans les deux cas, c'est deux fois plus qu'il y a dix ans.

Autre constat fait par l'ABBL, le ralentissement de la création d'emploi dans le secteur bancaire. «On ne retrouvera pas le niveau d'avant la crise financière. En back office notamment, les tâches sont de plus en plus automatisées, et on atteint une masse critique», relève Serge de Cillia, CEO de l'ABBL.

Depuis 2008, la perte nette d'emplois a été de 1 231 postes, pour un effectif total de 26 111 salariés en 2017. Un ralentissement qui impacte surtout les emplois les moins qualifiés, pendant que des créations de postes continuent de se faire, mais principalement pour des diplômés supérieurs à bac +3. Un des défis importants pour le futur de la Place, selon Guy Hoffmann, sera ainsi de continuer à attirer des talents, et d'accentuer la formation continue.

Le coût de la réglementation et de la digitalisation pèsent sur le résultat des banques, selon l'ABBL, qui a fait le point sur la situation du secteur ce vendredi.

(Mathieu Vacon/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • artemis le 20.04.2018 16:39 Report dénoncer ce commentaire

    moins rentable pour nous mais toujours très juteux pour eux.

  • lespauvres le 21.04.2018 07:03 Report dénoncer ce commentaire

    On va les plaindre... Le système bancaire, et oui, est devenu une "association de malfaiteur". Par la violence de ce mot, je précise que les banques dirigent le monde et ont remplacé les impots des rois depuis longtemps. Il se gavent sur les particuliers, les entreprises et surtout les états. La crise de 2007, et leur soi-disant sauvetage nécéssaire... En seulement 12 mois ils renouaient avec des bénéfices record... Allez demander cela à une entreprise normale, qui met des années si elle y arrive. Regardez aussi ce que coute un prêt... Vous payez deux fois votre bien... une hérésie...

  • wawa le 20.04.2018 20:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pour nous aussi la vie est moins rentable .les frais de fonctionnements du ménage à la hausses mais pas les rentrées

Les derniers commentaires

  • luxo le 21.04.2018 10:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Avec tout ce qu’on fait via ebanking, les frais devaient être offerts.

  • lespauvres le 21.04.2018 07:03 Report dénoncer ce commentaire

    On va les plaindre... Le système bancaire, et oui, est devenu une "association de malfaiteur". Par la violence de ce mot, je précise que les banques dirigent le monde et ont remplacé les impots des rois depuis longtemps. Il se gavent sur les particuliers, les entreprises et surtout les états. La crise de 2007, et leur soi-disant sauvetage nécéssaire... En seulement 12 mois ils renouaient avec des bénéfices record... Allez demander cela à une entreprise normale, qui met des années si elle y arrive. Regardez aussi ce que coute un prêt... Vous payez deux fois votre bien... une hérésie...

  • anal le 20.04.2018 22:37 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Investissez dans les crypto monnaie il en est encore temps

  • Paul b le 20.04.2018 22:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    attention au nouveau quinquagénaire dans les banques, votre fauteuil de bureau c'est transformé en siège éjectable. rentabilité oblige

  • wawa le 20.04.2018 20:55 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    pour nous aussi la vie est moins rentable .les frais de fonctionnements du ménage à la hausses mais pas les rentrées