Mobilisation au Luxembourg

02 décembre 2019 13:03; Act: 02.12.2019 15:38 Print

Une chaîne pour «briser le tabou des violences»

LUXEMBOURG - Ce lundi matin, des manifestants se sont vêtus en orange et ont formé une chaîne humaine, pour sensibiliser le public aux violences infligées aux femmes.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«La police est intervenue quelque 700 fois pour des cas de violences domestiques, l’an dernier. Cela fait beaucoup pour un petit pays comme le Luxembourg», explique Danielle Becker-Bauer, présidente du Conseil national des femmes de Luxembourg. Avec elle, une vingtaine de personnes se sont réunies ce lundi sur la place de l’Hôtel-de-Ville, à Luxembourg, pour former une chaîne humaine aux alentours de 12h, dans le cadre de l’Orange Week, semaine de sensibilisation contre les violences infligées aux femmes.

«Former une chaîne humaine est une manière de briser le tabou autour des violences domestiques. C’est donner de la visibilité aux victimes», poursuit Danielle Becker-Bauer, soulignant sa déception face au nombre réduit de participants. L’action était en effet prévue pour le 25 novembre, mais a dû être reportée en raison de l’accident mortel du petit enfant sur le marché de Noël.

«Nous nous attendions à bien plus de monde pour l’action de ce lundi. Mais l'Orange Week est dotée d’une programmation chargée. Nous allons quand même réussir à atteindre le grand public», conclut celle qui tient les rênes de l’organisation de la semaine de sensibilisation.

(Ana Martins/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Segueï le 02.12.2019 13:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cocou a raison et d'ailleurs on ne parle jamais des violences contre les hommes, moi j'étais battu tous les jours au sang par ma femme en Russie. Plein d'amis pareil, on ne parle jamais de ces pauvres hommes !!!

  • kika le 03.12.2019 08:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Toute violence est condamnable!!!!

  • et oui le 02.12.2019 16:42 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi elles ne manifestent pas pour dénoncer La violence psychologique menaces intimidation, harcèlement moral, mensonges, conflit d intérêts, discrimination jalousie etc des femmes envers les femmes c est grave dans le domaine du travail majoritairement de femmes ( ex socio médical éducatif )

Les derniers commentaires

  • Caty le 03.12.2019 09:30 Report dénoncer ce commentaire

    Toutes les manifestations sont très importants, moi j'ai enterré un membre de ma famille assassinée par son copain.

  • Bon sens le 03.12.2019 08:34 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi ne pas manifester contre la violence en général? Physique et morale dans sa globalité et également contre toutes discriminations

  • kika le 03.12.2019 08:02 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Toute violence est condamnable!!!!

  • MarcC le 03.12.2019 05:22 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Parlant plutôt de la violence tout court, femmes ou hommes. Le hommes ne sont pas tous des démons et les femmes ni tous des anges. Soyons quand même honnête.

  • why le 02.12.2019 21:16 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Unicorn : elle travaillait . Elle ne dilapidait l argent pas car son ex n en avait pas . Une des éducatrices était amoureuse du petit ami d une de femme au foyer. La situation était pénible pour cette femme , le monde est petit , l éduc ne savait pas qu ils étaient en couple , comme quoi au boulot il ne faut pas parler de sa vie privée )