Maladies au Luxembourg

23 mars 2021 11:54; Act: 23.03.2021 13:16 Print

Une «chance» sur 20 d'être infecté à l'hôpital

LUXEMBOURG - En moyenne, sur 100 malades admis à l'hôpital chaque jour, cinq contracteront une infection nosocomiale.

storybild

Le lavage des mains est plus que jamais primordial.

Sur ce sujet
Une faute?

C'est dans un coin de la tête de tous les patients qui passent la porte de l'hôpital: vais-je repartir avec une autre maladie que celle avec laquelle je suis entré? L'infection nosocomiale est par définition (nosos, maladie et komein soigner en grec ancien) celle que l'on contracte lors d'un séjour dans un établissement de santé et qui se déclenche généralement dans les 48 heures après l'admission.

Si toutes les infections ne sont pas enregistrées, a indiqué la ministre de la Santé, dans une réponse parlementaire au député Gusty Graas et Carole Hartmann, une étude européenne réalisée en 2016/2017 permet d'obtenir un aperçu de la situation au Luxembourg. Ainsi, selon les données transmises au Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, «la prévalence nosocomiale était de 5,1% dans les hôpitaux du pays».

C'est-à-dire qu'en 2017 (derniers chiffres disponibles), sur 100 patients hospitalisés, 5 ont contracté une maladie nosocomiale. C'est un peu moins que la moyenne des 35 pays européens participant à l'étude (5,5). Le risque est globalement moindre au Grand-Duché que chez ses voisins (5,8% en France et 7,3% en Belgique), sauf en Allemagne (3,6%).

Résistance aux antibiotiques

Selon les estimations, ce sont ainsi près de 2 569 personnes qui, chaque année, seraient touchées au Luxembourg. Globalement, les infections les plus fréquentes sont les infections urinaires, les pneumonies, les infections du site opératoire (partie opérée) et les infections bactériennes (présence de germe dans le sang comme Escherichia coli, Staphylococcus aureus ou staphylocoque doré et Pseudomonas aeruginosa ou pyo).

Pour lutter contre ces infections, les établissements luxembourgeois peuvent compter sur 21 postes équivalents temps plein d'infirmiers hygiénistes (dont 5 au CHL, 5 aux HRS et 4,5 au CHEM). Des personnels «fortement mobilisés pour la gestion de l'épidémie», a salué la ministre de la Santé, qui a également évoqué la question des antibiotiques dans sa réponse parlementaire, de nombreuses infections nosocomiales y étant résistantes.

Elle s'est d'abord félicitée que la consommation d'antibiotiques en ambulatoire ait baissé de 9% entre 2014 et 2019. Elle a ensuite indiqué que le Plan national antibiotiques (PNA) 2018-2023 en cours continuait de mettre l'accent - auprès de la population et des professionnels de santé - sur le bon usage des antibiotiques.

(mc/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Revolté le 23.03.2021 13:34 Report dénoncer ce commentaire

    c'est tout de même énorme 5%. Se satisfaire d'un chiffre aussi élevé, cela montre les objectifs sur la santé de la population. Ces infections nosocomiales sont souvent des infections longues à guérir completement. A quand des budgets vraiment important dans la santé et l'éducation et ne plus se satisfaire de statistiques qui ne veulent pas dire grand chose.

  • Maryvonne le 23.03.2021 16:38 Report dénoncer ce commentaire

    Une "chance" sur 20 ? Bravo, et quelle chance surtout ! Ne doit-on pas dire un "risque" sur 20 plutôt ???

  • Vérité le 23.03.2021 17:14 Report dénoncer ce commentaire

    Augmenter le nombre de chambres à un seul lit, ça éviterait de mettre un patient sain à côté d'un patient contaminé! avec une toilette pour deux, bien sûr!!! Super pour les infections urinaires ! Les chambres à un lit ne sont pas du luxe mais de l'hygiène. Et, il y en a de moins en moins et, même dans le nouveau CHL ....., je me suis laissée dire qu'il n'y en aurait pas plus ! Honte aux pays riches.

Les derniers commentaires

  • ocean le 24.03.2021 09:56 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les infirmières hygiénistes sont dans leurs bureaux toute la journée aucun risque d infections nosocomiales pour ells

  • châtaigne le 24.03.2021 08:46 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    attraper mais pas reconnue .je fait inflammation sur inflammation depuis apres interventions. quand je vais chez mon médecin. car je suis toujours en état grippal .on vous répond virus sur un autre virus .

  • jeff le 24.03.2021 08:42 Report dénoncer ce commentaire

    et on nous casse les pieds avec la Covid ???!!!!

    • @jeff le 24.03.2021 10:23 Report dénoncer ce commentaire

      Le covid fait partie des infection nosocomiales.

  • jklm le 24.03.2021 07:12 Report dénoncer ce commentaire

    J'ai toujours pensé que l'hôpital était un endroit très dangereux : plein de gens y meurent !

  • attaquée le 23.03.2021 23:17 Report dénoncer ce commentaire

    Je me suis choppé la rubéole après ma rhinoplastie à l'hopital. 7 jours horribles

    • @attaquée le 24.03.2021 10:24 Report dénoncer ce commentaire

      Il y a un vaccin contre la rubéole....