Agriculture au Luxembourg

04 septembre 2019 13:26; Act: 04.09.2019 14:21 Print

Une récolte «correcte», des prix un peu en baisse

LUXEMBOURG - La sécheresse et les épisodes de canicule ont eu un impact différent selon les régions du pays.

storybild

Jean Muller (à gauche), directeur des Moulins de Kleinbettingen et Romain Schneider, ministre de l’Agriculture (photo: L'essentiel/PP)

Sur ce sujet
Une faute?

«La récolte 2019 a été correcte, avec des disparités selon les régions du Grand-Duché», a indiqué ce mercredi, Romain Schneider, ministre LSAP de l’Agriculture. Confronté à la sécheresse et à plusieurs épisodes de canicule, l’ouest du pays s’en est mieux sorti que l’est, où les pluies ont été plus faibles et où les sols sont moins profonds.

«Le rendement global se situe néanmoins dans une bonne moyenne, avec quelque 7 tonnes récoltées par hectare, que ce soit pour l’orge, le froment, le seigle, l’avoine et le triticale», a expliqué Steve Turmes, directeur de la Coopérative des producteurs luxembourgeois de semences (LSG). La qualité et la quantité de l’orge, en particulier, ont été au rendez-vous, car cette céréale est la première à être récoltée. Elle n’a donc pas subi les effets négatifs de la sécheresse. Le colza, en revanche, a eu un rendement plus faible que les années précédentes (entre 3 et 3,5 t/ha), à cause des températures élevées. «Les prix sont trop bas parce que les stocks sont élevés un peu partout, a souligné de son côté Klaus Palzkill, de la coopérative Versis (groupe Verband). Par conséquent, les revenus des agriculteurs ont souffert, les ventes couvrant souvent à peine les coûts d’exploitation».

Des plantes plus résistantes à la chaleur

«Les agriculteurs peuvent souscrire à une assurance - financée à hauteur de 65% par l’État - pour couvrir les pertes de production liées aux intempéries», a rappelé Romain Schneider. Une bonne partie des quelque 1 900 agriculteurs du pays y ont déjà recours, histoire de limiter les risques.

Comme dans de nombreux pays, le ministère luxembourgeois de l’Agriculture s’est fixé pour objectif de développer à l’avenir de nouvelles plantes - ou versions de plantes - plus résistantes à la chaleur et au manque d’eau. Une initiative qui tombe à pic compte tenu du réchauffement climatique...

(Pascal Piatkowski/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Cocaïnoman le 04.09.2019 15:42 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis certain que ce tracteur est un Transformeur !!!

  • philippe le 04.09.2019 13:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Avec des prix en baisse va quand même falloir rembourser le Fendt à 300k € qui est payé à moitié par l’état (donc nous) :)

  • Nico57 le 04.09.2019 13:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cette année les récoltes sont abondantes et de qualité c’est pour sa que les prix baisse alors monsieur les agriculteurs jamais content toujours quelque chose à trouver penser plutôt au vigneron qui eux vont souffrir

Les derniers commentaires

  • Cocaïnoman le 04.09.2019 15:42 Report dénoncer ce commentaire

    Je suis certain que ce tracteur est un Transformeur !!!

  • philippe le 04.09.2019 13:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Avec des prix en baisse va quand même falloir rembourser le Fendt à 300k € qui est payé à moitié par l’état (donc nous) :)

  • Nico57 le 04.09.2019 13:41 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Cette année les récoltes sont abondantes et de qualité c’est pour sa que les prix baisse alors monsieur les agriculteurs jamais content toujours quelque chose à trouver penser plutôt au vigneron qui eux vont souffrir