Soupçons de blanchiment

05 février 2018 15:23; Act: 05.02.2018 18:36 Print

Une visite pour lever le doute sur le Freeport

LUXEMBOURG – Des membres du Parlement européen, qui soupçonnaient le Freeport de servir à du blanchiment, ont visité le lieu lundi. Sans obtenir de réponse précise.

storybild

«La transparence, c'est vital. Nous voulons savoir s'il est possible de cacher des richesses ici», glisse la députée autrichienne, Evelyn Regner. (photo: Editpress/Tania Feller)

op Däitsch
Sur ce sujet
Une faute?

«Le Freeport est l'un des lieux les mieux surveillés du Luxembourg», se vante le président de son conseil d'administration Robert Goebbels. Le lieu de 11 000 m², qui ressemble à une prison depuis l'extérieur, avec ses hauts murs et ses barbelés, est aussi sécurisé qu'un aéroport. Les rares visiteurs ne peuvent pas apercevoir les œuvres d'art, les montres, les bouteilles de vin, les outils informatiques et même les voitures de luxe qui sont entreposés dans des espaces de stockages de 50 à 250 m².

Ce secret n'avait pas plu à plusieurs députés européens, qui ont publié en décembre un rapport exprimant des doutes sur la finalité des ports francs, ces espaces bénéficient d'une fiscalité particulière. Ils les accusaient de favoriser le blanchiment d'argent. D'où la visite des parlementaires européens ce lundi. «C'était important de voir le lieu par nous-mêmes», explique la Portugaise Ana Gomes, qui a notamment travaillé sur une commission d'enquête des Panama Papers. «La transparence, c'est vital. Nous voulons savoir s'il est possible de cacher des richesses ici», renchérit sa collègue autrichienne Evelyn Regner.

«Il y a d'autres lieux pour frauder!»

Malheureusement pour le groupe de députés européens, les réponses attendront. «Pour la plupart de nos questions, nous devons nous adresser aux douanes ou aux autorités, explique Ana Gomes. Nous leur demanderons comment sont effectués les contrôles pour comprendre les plans du Luxembourg en matière de transparence». Des séries de questions vont donc être adressées au Luxembourg dans les prochaines semaines.

Robert Goebbels se défend de tout laxisme. Le Freeport respecte la législation luxembourgeoise et européenne, a rappelé l'ancien député européen socialiste à plusieurs reprises. «De plus, Luxembourg Freeport est une entreprise privée qui loue un espace. Nous ne sommes pas responsables de ce qui se passe dans cet espace». Mais il explique aussi que chaque objet qui entre et sort fait l'objet d'une notification auprès des douanes, qui peuvent transmettre les informations à l'étranger. Mais les trois douaniers présents en permanence au Freeport «n'ont pas toujours l'expertise requise et doivent parfois travailler avec des experts».

Selon Robert Goebbels, le Freeport n'est pas un lieu de fraude: «80% des marchandises viennent de l'UE. Il y a de nombreux endroits moins onéreux et moins bien contrôlés pour ceux qui veulent truander!», tonne-t-il. Il reconnaît que le lieu «n'a pas pris l'envol espéré lors de l'ouverture» en 2014. En cause selon lui, les ennuis judiciaires de l'actionnaire majoritaire Yves Bouvier, qui a affaire à la justice monégasque. «Même si le Freeport n'a rien à voir avec l'affaire, cela nous a fait une mauvaise publicité», concède-t-il.

(Joseph Gaulier/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Question le 05.02.2018 16:53 Report dénoncer ce commentaire

    Je parle sur base du peu d'info que j'ai mais je ne pense pas que ce genre de business cree des richesses substantielles pour le pays mais il cree certainement des grands risques de reputation pouvant impacter les activites soutenant l'econimie Luxembourgeoise. A suivre

  • sagga le 06.02.2018 08:36 Report dénoncer ce commentaire

    «De plus, Luxembourg Freeport est une entreprise privée qui loue un espace. Nous ne sommes pas responsables de ce qui se passe dans cet espace» ahah

  • Frisquounette le 05.02.2018 16:30 Report dénoncer ce commentaire

    Je sais pas, c'est pas moi.... Visite inutile, qui a permis aux parlementaires de faire un petit voyage au frais des européens...

Les derniers commentaires

  • Unicorn le 06.02.2018 11:02 Report dénoncer ce commentaire

    Un M.Ruling aux Contributions, et bientôt aux Douanes? Il ne manque plus que de déclarer cette zône extraterritoriale pour empêcher même la Justice d'y aller enquêter.

  • sagga le 06.02.2018 08:36 Report dénoncer ce commentaire

    «De plus, Luxembourg Freeport est une entreprise privée qui loue un espace. Nous ne sommes pas responsables de ce qui se passe dans cet espace» ahah

  • Stefbot le 06.02.2018 07:53 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    personne n'est choqué qu'un ancien député dirige la boutique

  • Léon le 06.02.2018 07:43 Report dénoncer ce commentaire

    Faudrait peut-être d’abord contrôler les députés et on aurait de belle surprise.

  • JeanPascal le 06.02.2018 01:41 Report dénoncer ce commentaire

    Des députés socialistes très grassement payés s'inquiètent ..., bon ça veut tout dire.