Au Luxembourg

12 avril 2021 10:00; Act: 13.04.2021 09:38 Print

Une youtubeuse de 11 ans vous fait visiter le pays

LUXEMBOURG - La jeune Abigail, 11 ans, a lancé sa propre chaîne YouTube. Pour faire la présentation du Luxembourg et de ses richesses.

Sur ce sujet
Une faute?

Elle a l'air timide, au premier abord, Abigail. Mais ce n'est qu'une impression. Une fois au micro, devant la caméra, la jeune fille de 11 ans est à l'aise, dans son élément. La Luxembourgeoise, née d'une maman française et d'un père britannique (et désormais lui aussi luxembourgeois), a lancé sa chaîne YouTube il y a un an environ. «J'ai toujours regardé les autres youtubeurs», se souvient l'écolière, élève en cycle 3.1. «Je regardais par exemple Tev (NDLR: un youtubeur français vivant au Japon), ça m'a donné envie de faire la même chose. J'ai demandé à mes parents».

Au début, les parents se méfient un peu. Laisser leur fille de 10 ans se lancer sur un tel réseau social? Du coup, ils ont bien bordé les choses. «Elle fait ça en toute sécurité. On ne montre jamais où on habite, il n'est pas possible de commenter les vidéos», explique la maman, qui a pensé à tout pour que sa fille puisse se lancer sans risques. Et depuis qu'elle a diffusé sa première vidéo, Abigail «adore ça!».

Pour le thème, si elle a fait un peu de yoga, elle filme surtout le Grand-Duché. «Beaucoup de gens qui voyagent font des vidéos, expliquent bien ce qu'ils voient. J'avais envie de faire ça avec le Luxembourg. Du coup, je fais la promotion du pays, je montre les différentes régions, comme Remich, Vianden, la ville de Luxembourg...», explique la jeune youtubeuse.

«Il faut se préparer»

Sa passion lui permet aussi d'apprendre beaucoup de choses sur le pays. «J'ai visité des villes que je ne connaissais pas, par exemple Vianden. J'ai découvert des choses à Echternach...» La préparation de chaque vidéo, en effet, représente un certain travail en amont. «Ce n'est pas: "On arrive et on filme". Ce n'est pas aussi facile, il faut se préparer. J'apprends des choses sur la région, je m'entraîne avec mon père, j'apprends le texte. Une fois sur place, on répète plusieurs fois». Maman pour les recherches, papa pour filmer et faire le montage, les vidéos d'Abigail sont une affaire de famille.

Et une fois la vidéo en ligne, «je regarde combien de gens l'ont vue, combien se sont abonnés. J'en parle aussi à mes amis, ils aiment bien mes vidéos». Pour la suite, Abigail va continuer à sillonner le Luxembourg. Elle repartira en tournage dans les jours qui viennent, à l'occasion des vacances de printemps. «J'aimerais bien aller voir plus de châteaux, par exemple celui de Clervaux». En attendant de pouvoir filmer plus loin. Abigail rêve d'aller «faire des vidéos sur New York».

(jw/L'essentiel)