Au Luxembourg

17 juin 2019 08:00; Act: 17.06.2019 10:40 Print

Valentin dénonce «un fichier bis de la police»

LUXEMBOURG - Valentin Fürst, un Luxembourgeois de 27 ans, s'apprête à porter plainte contre l'État, pour utilisation d'un casier judiciaire bis.

storybild

Le jeune juriste Valentin Fürst, qui va devenir avocat, ne se «laissera pas faire» et portera plainte.

Sur ce sujet
Une faute?

Valentin Fürst n'imaginait pas que son entretien d'embauche aurait de telles répercussions. En septembre 2018, ce Luxembourgeois de 27 ans, de parents belgo-iraniens, et diplômé d'un master de droit public, s'est présenté pour un poste de référendaire-bibliothécaire à la cité judiciaire.

À l'issue de l'entretien, le procureur lui demande s'il a eu affaire avec la justice. «Je lui ai répondu que non, jusqu'à ce qu'il me parle d'un jugement du tribunal de Strasbourg en 2015, pour un excès de vitesse, d'un outrage en 2011, et d'une affaire de coups et blessures volontaires en 2014. Des faits pour lesquels je n'ai fait l'objet d'aucune condamnation», assure Valentin, qui n'a pas obtenu le poste.

«La loi sur la protection des données a été bafouée et la police n'a pas respecté le délai raisonnable de conservation des données, assure-t-il. J'ai demandé accès à ce fichier comme la loi m'y autorise. Comment se fait-il que le procureur ait eu accès à mes données?». Le jeune homme découvre que les faits qui lui ont été reprochés ont été qualifiés d'infractions pénales. «C'est contradictoire avec le fait qu'il n'y ait eu ni condamnation, ni instruction à comparaître». Valentin Fürst a sollicité un avocat pour porter plainte contre l'État. Un tel «casier judiciaire bis» n’est pas censé exister.

(Gaël Padiou/L'essentiel)