Reconversion au Luxembourg

11 novembre 2020 09:00; Act: 11.11.2020 12:24 Print

Virée d'une banque, elle rebondit dans le toilettage

LUXEMBOURG - Longtemps assise face à un ordinateur lors d'une première longue carrière en banque, Nadia est désormais debout pour toiletter des animaux de compagnie.

storybild

Nadia Genin travaillait encore dans une banque à Luxembourg en 2015. Cinq ans plus tard, elle s'est reconvertie dans le toilettage pour animaux de compagnie. (photo: Nadia Genin)

Sur ce sujet
Une faute?

«Quand j'ai débuté ma carrière à la Citibank, à Luxembourg, il y a 25 ans, à aucun moment, je n'aurais imaginé me reconvertir dans le toilettage pour chiens, chats et nouveaux animaux de compagnie, jamais!». Et pourtant, elle l'a fait! Licenciée par cette banque américaine en avril 2015, Nadia Genin travaille désormais dans deux salons de toilettage. Le premier s'appelle Moein Mupp, dans le quartier de Merl, à Luxembourg-Ville, et c'est là où elle a pu se former, avant d'ouvrir son propre salon, Aupanana, en tant qu'indépendante complémentaire, à Chantemelle, dans la commune d'Étalle, en Belgique. Mesures sanitaires liées au Covid-19 obligent, elle n'est pour le moment autorisée qu'à travailler au Grand-Duché.

«Un deuxième confinement sur une même année, ce serait compliqué pour ma patronne au Luxembourg», reconnaît Nadia Genin. «Et pour ma part, c'est assez étrange de pouvoir exercer mon métier au Grand-Duché et plus du tout en Belgique. On peut trouver ça injuste, mais rien ne semble interdire aux animaux de compagnie de franchir la frontière pour se faire toiletter. Car pour moi, soigner son chien ou son chat au toilettage, ce n'est pas que de l'esthétique, cela reste essentiel. Le soin aux animaux, ce n'est pas que le vétérinaire. Après le premier confinement, on a retrouvé des animaux avec de très longues griffes ou de gros nœuds. On ne s'improvise pas toiletteur...».

«Les chiens nous regardent bizarrement avec le masque»

Car après une longue carrière au sein de la place financière, débutée à la Citibank, en février 1988, Nadia Genin s'est dirigée vers le toilettage, complètement par hasard. «J'ai toujours adoré les animaux», souligne-t-elle, «et un jour, sur ma tablette est apparue une publicité "comment devenir toiletteur en six mois?" et c'était le déclic, car je ne voulais plus retourner en banque et j'avais vraiment envie de faire autre chose. Je me suis donc inscrite dans une école à Paris, où j'ai suivi des cours par correspondance avant de trouver un stage à Luxembourg. J'avais peur de ne pas être à la hauteur, mais cinq ans après, je peux dire que je suis toiletteuse. Être assise face à un ordi et se retrouver debout face à un chien, ce n'était pas forcément évident...».

Et c'est d'ailleurs son ancien patron à la Citibank qui lui a trouvé son stage pratique du côté de Merl. «Sa femme sortait du salon et je me suis présentée chez Moein Mupp. L'anglais et le français étaient exigés et j'ai signé mon CDI en avril 2016. C'était très dur de quitter mes anciennes collègues à la banque, car on était très très proches, mais je sentais mon tour arriver et je me devais de rebondir. Et la belle aventure continue pour Nadia, au niveau du toilettage, «même si pour le moment, certains chiens nous regardent bizarrement avec le masque...», conclut-elle, en souriant et dans la bonne humeur.

(Frédéric Lambert / L'essentiel )

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Resident Lux Evil le 11.11.2020 09:43 Report dénoncer ce commentaire

    Très bel exemple de reconversion ! Passer des requins et hyènes aux chiens et chats a dû être très agréable

  • La Vie est ailleurs le 11.11.2020 15:12 Report dénoncer ce commentaire

    Quitter le milieu de la finance fut pour moi la découverte de la vraie Vie ; je félicite cette femme pour avoir su s'éloigner de ce milieu pour s'approcher de ces petites merveilles que sont les animaux.

  • Un autre ancien de la Finance le 11.11.2020 10:45 Report dénoncer ce commentaire

    Travailler dans la finance mène à tout .... surtout quand on la quitte (même si c'est parfois contre son gré). Je suis convaincu que cette personne est plus heureuse maintenant que dans la finance: elle fait quelque chose de concrèt et qui a bien plus de sens que "le fric pour le fric".

Les derniers commentaires

  • lapetitevoix le 12.11.2020 11:13 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi faire la pub pour la banque sachant qui l’a congédiée ? Bravo madame quand on veut on peut !!!

  • joker le 12.11.2020 08:39 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Les gens idolâtres ceux qui bossent dans la finance alors que c'est de l esclavage moderne... les pauvres

  • Henck le 12.11.2020 07:33 Report dénoncer ce commentaire

    le licenciement peut être pris comme une opportunité, bel exemple dans ce cas ci. malheureusement, cela ne se passe pas tjs de cette façon, je veux dire, la dame a certainement fait partie d un plan, avec un chèque de sortie, ce qui aide pour la suite

  • Ime le 12.11.2020 00:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Félicitation :-)

  • entre guillemets le 11.11.2020 23:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Tout simplement la vie mais bravo pour cette philosophie