Couvre-feu au Luxembourg

31 octobre 2020 00:49; Act: 31.10.2020 12:02 Print

«Vite, nous devrions déjà être à la maison!»

LUXEMBOURG - La première véritable soirée de couvre-feu a débuté ce vendredi soir. Il a fallu se dépêcher de rentrer avant 23h. Reportage.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Quelle heure est-il? 22h59! Bon ben voilà on est hors la loi. On devrait déjà être à la maison. Désolé on doit vraiment vous laisser». Sur la Place d'armes à Luxembourg-ville, Juliette, Arthur et Lucas sont presque les derniers. Avec quelques restaurateurs qui sont en train de fermer. Ils auront poussé leur soirée jusqu'à la dernière minute. Car le Luxembourg est entré pour un mois sous couvre-feu.

Et si quelques exceptions sont prévues pour des raisons professionnelles, pour prendre soin d'une personne fragile ou pour promener son chien dans un rayon d'un kilomètre autour de chez soi, tout le monde doit être à la maison de 23h à 6h. Sinon, l'amende est salée: 145 euros.

Dès 22h15 dans la capitale, certains pressaient le pas. Peur de rater son bus et de se retrouver hors délai. «On est allés manger et on rentre, lance Christian de Grevenmacher. On sort mais on fait attention. Certains beaucoup moins donc ça nous énerve un peu», poursuit-il.

«Même pas un quart de la clientèle»

Un peu plus loin Claudia, Rose et Béatrice ont changé leur programme. «On a tout avancé. On s'est retrouvé à 19h au lieu de 21h d'habitude. Si c'est pour le bien de tout le monde et que ça peut améliorer la situation pour Noël, on est prêtes à faire l'effort», expliquent les jeunes femmes venues d'Espagne, qui jugent les restrictions au Luxembourg «équilibrées».

Ce vendredi soir, ce n'est pas grande affluence en Ville. Les restaurateurs de la Place d'armes en témoignent. «Nous avons commencé depuis lundi à appliquer le couvre feu, raconte Hugo, employé de la Brasserie du Cercle. Nous fermons à 22h. Pour que le personnel ait le temps de rentrer. Il y a quand même des gens dans la rue. Peut être qu'ils profitent en se disant qu'il ne pourront bientôt plus du tout sortir. Mais on n'a même pas un quart de la clientèle qu'on devrait avoir. Nous faisons comme nous pouvons avec ce que nous avons».

«On sent le confinement venir»

«On a beaucoup moins de monde. Pour un vendredi soir faire une dizaine de couverts c'est difficile. Les gens viennent un peu plus tôt mais on ferme plus tôt», abonde un salarié d'un restaurant voisin. «C'est très dur. Pour les restaurants, le couvre-feu ne change pas grand chose. On perd quelques cafés et digestifs. Mais il n'y a plus de touristes, on souffre du télétravail. On ne reconnaît plus la ville», ajoute Alberto de la Bodega.

Attablés devant un bar plutôt animé près du Palais, Pierre, Sabry et Mandy savourent le fait de pouvoir encore aller boire un verre, rencontrer des gens. «Mais on accepte qu'il faut rentrer pour 23h pour le bien de tout le monde». La soirée se termine aussi pour Justine, Vanessa, Louane et Susana qui ont plutôt l'habitude de rentrer à 1h ou 2h du matin. «Mais là tout ferme à 22h. On a déjà de la chance par rapport à la France, on a encore un peu de liberté mais on sent le confinement venir».

Il est passé 23h. La police patrouille, les sirènes retentissent de temps en temps dans la ville haute. Il ne reste plus grand monde dans les rues. Quelques employés de bar qui rentrent et des sans domicile fixe qui ont trouvé le sommeil.

(Nicolas Martin/ L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Sof le 31.10.2020 07:52 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Et moi je vais aller manifester contre le 12h de travaille pour les métiers dans le domaine des soins. Après tout à qoui ça sert si certaines personnes prennent le virus à la légère, se sentent privé de leur liberté, ne peuvent plus faire la fête. Etant infirmière ça fait depuis mars que je suis privé de beaucoup de choses. Notamment de ma famille car je vois ce que le virus fait tout les jours. Nos hôpitaux sont pleins, ils doivent ouvrir des services covid, delaisser d'autre maladies qui sont tout aussi importantes que le covid, des patients ayont besoin de traitements n'ont pas pu les avoirs à cause du lockdown hospitalier en mars et risque de revivre à nouveau cela. Vous voulez faire la fête? Allez-y mais ne venait pas remplir un lit covid à l'hôpital quand vous serez malade. Il faut qu'on soit tous responsable. Oui je sais c'est un sacrifice mais si nos hôpitaux tombent c'est tout un pays qui tombe aussi. Soyons tous solidaires et plus vite on pourra retourner à une vie "normale"

  • A&E le 31.10.2020 10:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    @Super. Je pense que t'as mal compris la situation, ce n'est pas que puisse rester au restaurant jusqu'à 22h59 et puis en sortir (à part si tu habites l'immeuble à côté) 1 minute avant. Tu dois d'organiser de façon à ne plus avoir à traverser la ville, à ne plus être dans les rues à 23h. Ça, c'est le couvre-feu.

  • Karo le 31.10.2020 17:38 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Je suis toute à fait d'accord avec vous Sof ,je travailles pas dans un hôpital mais dans une maison de soins et depuis mars les conditions de travail sont très durs et on se bat tous les jours pour protéger au maximum les parents,grand-parents,frère ou soeur de chaqun.Aidez nous à maintenir cette barrière et protection, tous ensemble on sera encore plus efficace!!

Les derniers commentaires

  • Pierre eau le 02.11.2020 09:11 Report dénoncer ce commentaire

    Dans cette absurdité de couvre feu, il y en a une autre. C'est de laisser toutes ces lumières de facades allumées. en plus de tout ces panneaux publicitaires qui sont des pollueurs lumineux

  • maman le 02.11.2020 07:44 Report dénoncer ce commentaire

    Rentrer tôt ou rester chez soi sans sortir pendant 1 ou 2 mois ne devrait pas être un probléme pour qui que ce soi! Ce qui est un probléme, cést la situation en sortant...Qui aura un travail??? Alors respecter les gestes barriéres, 1 par sièges ds les bus, masques...Evitons le confinement!

  • rebecca le 01.11.2020 23:48 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J’ai connu le couvre feu dans un pays en guerre. Je peux vous dire que celui qui était dans la rue a partir de 20h l’armé ouvre le feu sans sommation. Je vous garantis personne dans les rues...

  • superpapa le 01.11.2020 17:11 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    y'a un couvre-feu au Luxembourg, c'est une blague ??? ces gouvernements n'ont donc aucune limite à la soumission des peuples..? ce covid n'est qu'une mascarade pour masquer leur inefficaces actions contre le terrorisme islamiste. Sinon ils feraient pareil contre la grippe et pourquoi n'ont t'ils pas fait pareil il y'a +/-6 ans quand monseigneur Ebola était était à notre porte...

  • red taz on le 01.11.2020 12:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    vous avez du bol moi, j'aurais instaurer a 21h la fermeture.