Au Luxembourg

13 novembre 2019 09:00; Act: 13.11.2019 10:02 Print

Votre vieille huile de friture fait rouler des camions

COLMAR-BERG - Grâce à sa collecte d'huiles usagées, la SuperDrecksKëscht fait produire du biodiesel pour sa flotte de véhicules.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Dans l'entrepôt à Colmar-Berg, des seaux jaunes de 5 et 30 litres garnissent des rangées entières d'étagères. Ils contiennent de la vieille huile végétale provenant de ménages privés et de petites firmes de restauration. Parfois, la SuperDrecks-Këscht récupère même l'huile usagée encore dans sa friteuse.

L'initiative de gestion des déchets utilise ce brouet peu ragoûtant, où flotte parfois un fragment de frites, pour chauffer son site et faire rouler ses voitures et camions. En 2018, via son service mobile et son parc de conteneurs, elle a ainsi collecté plus de 546 tonnes de graisses et huile de cuisine, dont 91,2% ont servi à produire du biodiesel.

82 000 litres en 2018

Elle les filtre sur son site, puis elles partent en Autriche, où une entreprise les transforme en biodiesel. «Nous leur rachetons à un prix avoisinant celui du carburant standard, explique Thomas Hoffmann, de la SuperDrecksKëscht. En 2018, nous en avons ainsi racheté plus de 82 000 litres». Si les véhicules tournent uniquement au biodiesel, le chauffage, lui, est en partie alimenté avec de l'huile non transformée.

Quant aux seaux après usage, ils sont nettoyés consciencieusement grâce à un «lave-vaisselle» géant, alimenté à l'eau de pluie, puis réutilisés. Et quand ils sont cassés, la SuperDrecksKëscht les recycle.

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • nico le 13.11.2019 10:59 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    ça fait des années que ça existe...

  • lacoco le 13.11.2019 09:20 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    et après on nous demande de ne plus rouler au Diesel! c'est polluant ou pas?

  • Josy Thunberg le 13.11.2019 11:48 Report dénoncer ce commentaire

    "Elle les filtre sur son site, puis elles partent en Autriche, où une entreprise les transforme en biodiesel. «Nous leur rachetons à un prix avoisinant celui du carburant standard, explique Thomas Hoffmann, de la SuperDrecksKëscht." Juste brillant. On transporte des huiles, pondéreuses, jusqu'en Autriche. Voilà une idée merveilleuse qui démontre l'application locale des principes de l'économie circulaire. L'intelligence aussi est circulaire...

Les derniers commentaires

  • Victot Hugo le 17.11.2019 15:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourquoi aller recycler l’huile des friteuses en Autriche ????????.... pourquoi ne pas le faire au pays donneur de leçons...?

  • lynn le 13.11.2019 17:57 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Pourtant, ça ne sent pas la frite quand on est derrière un camion!

  • Une fois le 13.11.2019 13:29 Report dénoncer ce commentaire

    Conclusion: Mangez des frites

  • Recycler le 13.11.2019 13:09 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Recycler l'huile au Luxembourg c'est une possibilité ?

  • Rudolf Diesel le 13.11.2019 13:06 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    "on envoie l'huile se faire recycler en biodiesel en...Autriche et donc voyage retour au Luxembourg, pas écolo tout ça ! !