Concert à la Rockhal

23 octobre 2011 18:47; Act: 24.10.2011 11:42 Print

Tous présents pour une belle et noble cause

ESCH-BELVAL - Des dizaines de musiciens luxembourgeois se sont réunis au profit de la Fondation Thierry Van Werveke, samedi soir.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«C'est notre Coluche!». Le cri du cœur de la chanteuse Deborah Lehnen (Birdbones) résumait bien ce que représente aujourd'hui l'acteur et musicien Thierry Van Werveke, disparu il y a bientôt trois ans, dans la mémoire populaire. Programmée à la Rockhal, la soirée musicale proposait des chansons en luxembourgeois, issues du patrimoine musical. Le concert-spectacle pouvait débuter, dans une ambiance music-hall.

Accompagnés du Chicago Family Orchestra, chanteurs, rockeurs et rappeurs, plus élégants les uns que les autres, s'appropriaient les morceaux. David Moreira, le chanteur d'Eternal Tango, entamait un «Twist à Luxembourg» avec Shlomit Butbul, avant d'entonner avec Deborah Lehnen le «Ronny Roy Johnson» de son groupe, mais en version luxembourgeoise.

La chanteuse de Birdbones reprenait «Ech hu Loscht dech ze flécken», de et avec Serge Tonnar. Le public a eu également droit à l'incontournable «De Läb Dance» ou à «Verluer», de John Rech (Dream Catcher), au menu des festivités. Organisée sur le modèle des «Enfoirés» de Coluche en France, la soirée s'est déroulée dans un excellent état d'esprit, et a été un succès.

Le mot de la fin revenant à David Moreira: «Même si je l'ai peu connu, c'était un supermec, et je suis heureux d'avoir pu contribuer à cette soirée pour la fondation». Rappelons que les bénéfices sont versés à la fondation en faveur de sa mission caritative.

Cédric Botzung

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).