Attentats de Paris

18 novembre 2015 06:44; Act: 18.11.2015 22:17 Print

Le commando «pouvait passer à l'acte»

Le procureur de la République a confirmé au moins deux morts dans l'assaut de mercredi matin. On ne sait toujours pas si Abdelhamid Abaaoud était présent et s'il est mort.

Voir le diaporama en grand »

op Däitsch
Sur ce sujet

Merci d'avoir suivi ce live. L'information continue sur L'essentiel.

20h54 Le marché de Noël de Paris a finalement rouvert Le marché de Noël de Paris, situé sur les Champs-Élysées et donné pour fermé jusqu'à jeudi soir par le site internet de l'Office de tourisme de Paris, a finalement rouvert mercredi après-midi, a indiqué mercredi soir la Mairie de Paris.

20h03 Manifestations interdites en marge de la COP21 Le gouvernement français a décidé mercredi «de ne pas autoriser» les marches pour le climat prévues en France les 29 novembre, veille de l'ouverture de la COP21, et le 12 décembre, à la suite des attentats à Paris, a annoncé la présidence de la COP21.

19h57 Le marché de Noël de Paris fermé jusqu'à jeudi soir inclus Le marché de Noël de Paris, situé sur les Champs-Élysées, est fermé jusqu'à au moins jeudi soir inclus, indique mercredi le site internet de l'Office de tourisme de Paris. La Grande roue de la place de la Concorde est en revanche ouverte, ajoute l'Office.

19h30 Un SMS «on est parti, on commence» Un SMS indiquant «on est parti, on commence» a été envoyé le soir des attaques du vendredi 13 novembre à partir d'un téléphone portable découvert dans une poubelle à l'extérieur de la salle de concert du Bataclan, a également déclaré François Molins.

19h28 Abdelhamid Abaaoud et Salah Abdeslam ne figurent pas parmi les huit gardés à vue Les 3 personnes interpellées et le corps criblé de balles retrouvé dans l'appartement n'ont pas encore été identifiés. «Vers 4h45, le Raid est parvenu à interpeller trois individus, dont un était blessé par balle au bras. Ces trois hommes ont été immédiatement placés en garde à vue et leurs identités sont en cours de vérification», a-t-il ajouté.

19h22 Abdelhamid Abaaoud a-t-il été tué? Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats de Paris, est mort, rapporte mercredi le Washington Post citant deux sources des services de renseignement. Le quotidien ne livre aucun détail supplémentaire.

19h20 Un convoi de trois voitures Les auteurs des attentats de Paris sont arrivés en convoi de Belgique dans trois voitures le 12 novembre, explique le procureur de la République.

19h11 Début de la conférence de presse du procureur de la République de Paris «Tout laisse à penser» que le groupe de personnes arrêtées ou abattues mercredi matin lors de l'assaut d'un appartement à Saint-Denis, au nord de Paris, «pouvait passer à l'acte» pour un nouvel attentat, a déclaré le procureur.

18h57 Une adoption «rapide» d'une résolution contre le terrorisme?

François Hollande et le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon ont évoqué lors d'un entretien téléphonique mercredi l'adoption «le plus rapidement possible» d'une résolution contre le terrorisme au Conseil de sécurité, a indiqué la présidence française. «François Hollande a rappelé sa volonté de voir adoptée le plus rapidement possible une résolution pour renforcer les moyens de la lutte contre le terrorisme et contre Daesh (acronyme arabe de l'organisation Etat islamique) et Ban Ki-moon l'a assuré de son soutien», a indiqué l'Elysée.

18h50 Jugement pour apologie du terrorisme

Un habitant de Romilly-sur-Seine, considéré comme proche de la famille d'Omar Ismaïl Mostefaï, l'un des assaillants du Bataclan, sera jugé à Troyes le 11 décembre pour apologie du terrorisme, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Il encourt jusqu'à sept ans d'emprisonnement.

18h34 Un homme recherché pour «préparation d'acte terroriste» en Suède

Un homme suspecté de «préparation d'acte terroriste» était recherché mercredi par toutes les polices de Suède, où le niveau d'alerte contre le risque d'attentats a été relevé d'un cran, ont annoncé les services de sécurité. Cet homme dont l'identité n'a pas été révélée fait l'objet d'un «mandat d'arrêt dans le cadre d'une enquête ouverte pour préparation d'acte terroriste», a indiqué le chef des services de renseignement intérieur et du contreterrorisme, Anders Thornberg, au cours d'une conférence de presse. Aucun lien n'est établi pour l'heure avec les attentats du 13 novembre à Paris, a-t-il ajouté.

18h25 Un troisième terroriste tué?

Le ministère de l'Intérieur n'a «pas exclu» qu'un «troisième terroriste» ait pu être tué dans l'assaut policier donné mercredi avant l'aube contre un appartement de Saint-Denis, au nord de Paris, à la recherche de l'organisateur présumé des attentats du 13 novembre.

Deux personnes sont mortes dans l'opération, avait dit à la mi-journée le procureur de Paris, François Molins: «Une jeune femme en cours d'identification qui s'est fait exploser en déclenchant sa charge explosive» et un homme «retrouvé à l'issue de l'opération atteint par des projectiles et des grenades».

18h09 Manifestation de soutien à Molenbeek

Dans la commune bruxelloise de Molenbeek en Belgique, près de 2 500 personnes se sont réunies en mémoire des victimes des attentats de Paris. Plusieurs suspects seraient originaires de cette entité.

18h Les images de l'extérieur de l'appartement

L'AFP a publié peu avant 18h, les images de l'appartement après l'intervention des forces de police. Pour rappel, des policiers lourdement armés ont mené un assaut mercredi matin sur un appartement de Saint-Denis, aux portes de Paris, ciblant l'organisateur présumé des attentats du 13 novembre, une opération qui a fait deux morts, dont une femme kamikaze.

17h50 Le gouvernement demande aux réseaux sociaux de censurer une photo du Bataclan

Le ministère français de l'Intérieur a demandé lundi à Twitter et Facebook, par réquisition judiciaire, de retirer de leur réseau une photo prise au Bataclan après l'attentat, montrant des corps jonchant le sol, a-t-on appris mercredi de sources concordantes. Les deux réseaux ont appliqué cette requête, mais uniquement sur le territoire français.

17h30 Opération policière à Anvers Selon le site belge de L'avenir.net, le ring d’Anvers (Belgique) a été fermé dans les deux sens à partir du viaduc de Merksem, en raison d’une opération policière liée à un véhicule suspect. Le quotidien «La Libre» ajouté quelques minutes plus tard, qu'un véhicule avait ignoré un contrôle de police avant d'être immobilisé et ses trois occupants interpellés. Selon le parquet fédéral, il n'a pas encore été établi si cette action avait un lien avec les attentats de Paris. La circulation a été rouverte peu avant 18h.

17h18 Les écoles de Saint-Denis vont rouvrir L'ensemble des établissements scolaires de la ville de Saint-Denis rouvriront leurs portes jeudi, indique le rectorat de l'académie de Créteil, quelques heures après la fin de l'opération antiterroriste qui avait provoqué la fermeture des écoles au coeur de cette ville du nord de Paris.

17h10 «Vive la musique, vive la France» Le groupe Eagles of death metal, qui se produisait sur la scène du Bataclan vendredi au moment des attaques, a publié ce mercredi sur Facebook sa première réaction depuis le début des événements.

While the band is now home safe, we are horrified and still trying to come to terms with what happened in France. Our...

Posted by Eagles Of Death Metal on Wednesday, 18 November 2015

17h05 Deux otages de l'EI exécutés Le magazine du groupe État islamique (EI) a annoncé l'exécution de deux otages chinois et norvégien détenus par l'organisation jihadiste. L'EI affirme aussi avoir réussi à introduire une bombe à bord de l'avion russe au départ de Charm el-Cheikh dans le Sinaï égyptien le 31 octobre, causant son explosion.

16h55 Juncker solidaire avec la France Le président luxembourgeois de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a indiqué que «les dépenses de sécurité de la France devraient être exclues des calculs entrant dans le champs des règles de l’Union européenne sur les déficits.»

16h46 Réseau démantelé en Israël La police israélienne a annoncé avoir démantelé un réseau de jihadistes arabes israéliens qui voulaient rejoindre les rangs du groupe État islamique (EI) après le passage de l'un d'eux en parapente en Syrie. Six hommes, tous du secteur de Jaljoulia (centre), ont été mis en examen.

Rappel des faits

-Plusieurs attaques ont eu lieu vendredi soir à Paris et à Saint-Denis, revendiquées par l’État islamique. Au total ce sont six sites qui ont été touchés. 129 personnes sont mortes.

-Dimanche soir, la France a répliqué aux attaques de Paris en bombardant la ville de Raqqa, fief de l'Etat Islamique, en Syrie.

- Ce mercredi vers 4h du matin, une opération du RAID a été menée à Saint-Denis. Elle s'est terminée vers 12h. Cet assaut s'est soldé par deux morts et sept interpellations.

- Cet opération visait le jihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, l'organisateur présumé des tueries qui ont fait 129 morts. On ignore pour le moment s’il se trouvait dans les appartements ciblés par l'assaut.

16h22 La femme kamikaze serait la cousine d'Abdelhamid Abaaoud Selon les informations d'iTELE, la femme qui a actionné sa ceinture d'explosifs ce mercredi à Saint-Denis, est la cousine d'Abdelhamid Abaaoud. Ce djihadiste belge est soupçonné d'être l'un des commanditaires des attentats de Paris.

16h15 Conférence de presse à 19h

Le procureur de la République de Paris, François Molins, tiendra une conférence de presse mercredi à 19h au palais de Justice de la capitale, après l'assaut de Saint-Denis.

15h40 «Les tirs ont duré longtemps, c’était violent»

Un Luxembourgeois qui habite à Saint-Denis, tout près de là où l'assaut a eu lieu ce mercredi matin, livre son témoignage. À lire ici.

15h29 L'homme qui dit avoir prêté l'appartement à des gens venant de Belgique en garde à vue

L'homme qui aurait hébergé les terroristes sans le savoir a été placé en garde à vue. «On m'a demandé de rendre service, j'ai rendu service, je n'étais pas au courant que c'étaient des terroristes», avait expliqué le trentenaire, très agité, avant d'être menotté et emmené par les policiers.


Le logeur des terroristes interpellé: "On m'a demandé de rendre service, je n'étais pas au courant"

Selon le parquet de Bobigny, Jawad Bendaoud a été condamné pour «coups mortels» à huit ans de prison par la cour d'assises de Seine-Saint-Denis en novembre 2008. Il était sorti en septembre 2013.

15h18 Plus de 110 perquisitions dans la nuit

Les forces de l'ordre françaises ont procédé, pour la troisième nuit consécutive, à «118 nouvelles perquisitions» dans le cadre de l'état d'urgence décrété après les attentats de Paris, a annoncé mercredi le ministre de l'Intérieur. Depuis les attaques de vendredi, 118 assignations à résidence ont également été prononcées au total, a ajouté Bernard Cazeneuve dans un communiqué. «Trente-quatre armes ont été saisies et 16 découvertes de stupéfiants ont été opérées, a-t-il ajouté.

15h00 Les frères Abdeslam interrogés avant les attentats

La police belge avait interrogé avant les attentats de Paris les deux frères Abdeslam, dont l'un s'est fait exploser vendredi à Paris et l'autre est toujours recherché, a indiqué mercredi le parquet fédéral.

Brahim Abdeslam, 31 ans, est l'un des kamikazes des attentats de vendredi. Il s'est fait exploser devant un bar dans l'Est parisien. Il «a essayé d'aller en Syrie mais il n'a réussi à aller qu'en Turquie», a déclaré le porte-parole du parquet Eric Van Der Sypt. «Il a été interrogé à son retour, et son frère aussi», a ajouté M. Van Der Sypt, en parlant de Salah Adbeslam, 26 ans, soupçonné d'avoir également participé aux attentats et activement recherché par la police. Il n'a pas précisé de dates concernant ces interrogatoires. «Nous savions qu'ils étaient radicalisés et qu'ils pourraient se rendre en Syrie (mais) ils ne montraient pas de signe d'une possible menace. Même si nous les avions signalés à la France, je doute qu'on aurait pu les arrêter», a poursuivi le magistrat.

La police néerlandaise a pour sa part annoncé ce mercredi que Salah Abdeslam avait été arrêté en février aux Pays-Bas lors d'un contrôle routier de routine, pour possession de cannabis. Il apparaît aussi dans les archives d'un contrôle routier en septembre dans l'ouest de l'Autriche, alors qu'il venait de franchir la frontière depuis l'Allemagne.

14h50 L'état d'urgence durera jusqu'à fin février

L'état d'urgence, annoncé vendredi soir par François Hollande juste après les attentats et décrété samedi, sera prolongé trois mois «à compter du 26 novembre», soit jusqu'à fin février, selon le projet de loi présenté ce mercredi matin en Conseil des ministres. C'est la première étape avant une réforme constitutionnelle espérée dans les trois mois.

14h30 Femme-kamikaze: une nouvelle ère du jihad en France

En déclenchant sa ceinture d'explosifs plutôt que d'être capturée vivante, la femme qui a péri ce mercredi lors de l'assaut à Saint-Denis a ouvert une nouvelle ère en France. À l'aube, alors que les policiers d'élite défoncent la porte de l'appartement où elle se trouve en compagnie de quatre hommes, la jeune femme choisit de se faire exploser. Plus d'informations dans cet article.

Rappel des faits

Deux morts, sept interpellations

- Des policiers lourdement armés ont mené un assaut ce mercredi à Saint-Denis, aux portes de Paris, ciblant Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attentats de vendredi. Cet assaut s'est soldé par deux morts et sept interpellations. L'un des deux morts est une femme, qui a déclenché son gilet explosif au début de l'assaut, un acte sans précédent en France. Six policiers ont été légèrement blessés dans l'opération.

- Trois personnes ont été interpellées et aussitôt placées en garde à vue. En plus de la femme kamikaze, un homme a été retrouvé mort «à l'issue de l'opération, atteint par des projectiles et des grenades». Deux autres personnes ont été interpellées alors qu'elles étaient en train de se cacher dans les gravats.

- Deux personnes ont été arrêtées à proximité et placées en garde à vue. Il s'agit d'un homme qui a dit avoir hébergé deux personnes «qui venaient de Belgique», à la demande d'un ami, et d'une de ses connaissances.

- Une perquisition a également eu lieu dans un autre logement du quartier, qui était vide. Les personnes tuées et arrêtées dans l'appartement sont en cours d'identification.

14h10 Merkel défend l'annulation du match Allemagne-Pays-Bas

«Comme des millions de fans, j'étais triste que cette annulation ait dû être décidée», a expliqué Mme Merkel lors d'une déclaration à la mi-journée. «Les autorités ont pris une décision difficile, peut-être la décision la plus difficile (...) Mais (mardi) soir, il y avait des risques pour la sécurité», a encore insisté la dirigeante, alors que son ministre de l'Intérieur essuie critiques et quolibets pour avoir refusé d'expliquer les causes de cette annulation.

13h35 «Nous sommes dans la guerre»

François Hollande s'est exprimé sur les télévisions nationales françaises. Il a salué les forces de l'ordre qui sont intervenues à Saint-Denis. «Ces actions nous confirment une fois encore que nous sommes dans la guerre, une guerre contre le terrorisme qui lui-même a décidé de nous mener la guerre», a déclaré le chef de l’État devant le rassemblement des maires. «La France est fière de disposer de forces de cette qualité pour protéger nos concitoyens», a-t-il dit.

13h30 L'aéroport de Copenhague évacuée

L'un des deux terminaux de l'aéroport de Copenhague a été évacué mercredi à la mi-journée après la découverte d'un bagage suspect. «Nous nous dirigeons vers une situation suspecte à l'aéroport Kastrup. Le terminal 3 est évacué», a écrit la police de Copenhague sur Twitter. «Un bagage suspect a été signalé», a confirmé une porte-parole de l'aéroport. «La police enquête (...) Nous avons déplacé les embarquements vers le terminal 2», a-t-elle expliqué.

13h26 Perquisitions en cours à Roissy

Deux perquisitions étaient menées ce mercredi sur la plateforme aéroportuaire de Roissy dans le cadre de l'état d'urgence.

Selon une source aéroportuaire, l'une d'elles vise la branche cargo du groupe Air France. «Elles n'ont pas de lien direct avec les attentats mais relèvent de plusieurs objectifs, notamment la recherche d'éléments en lien avec des phénomènes de radicalisation», a indiqué la préfecture déléguée à la Sécurité et la Sûreté des aéroports de Paris-Charles de Gaulle et du Bourget.

Depuis l'instauration de l'état d'urgence après les attentats meurtriers de Paris et Saint-Denis, plus d'une centaine de perquisitions administratives sont menées chaque jour sur le territoire français par les forces de l'ordre.

13h20

Les vérifications sont toujours en cours pour déterminer l'identité des personnes tuées et interpellées lors de cet assaut et les enquêteurs ne peuvent «en l'état» se prononcer sur la présence de l'organisateur présumé des attentats parisiens Abdelhamid Abaaoud.

«Personne n'a pu entrer dans l'immeuble donc les opérations de police technique et scientifique n'ont pas commencé», a affirmé le procureur de Paris, François Molins. «Il est en l'état impossible de vous donner les identités» des deux personnes tuées et des sept interpellées, a-t-il précisé, dans cette ville au nord de Paris. «Tout sera fait pour savoir qui est qui et en fonction de quoi on vous dira qui se trouvait dans l'appartement», a-t-il promis.

13h Du jamais vu Alors que des vérifications sont en cours pour connaître l'identité des terroristes tués, et savoir si Abdelhamid Abaaoud était sur place, les services de police qui ont donné l'assaut pendant sept heures disent n'avoir jamais vu «pareil arsenal et pareille violence». Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a expliqué que les forces de l'ordre ont essuyé «le feu pendant de nombreuses heures dans une situation jamais rencontrée».

12h50 Nouvelles vidéos de la matinée à Saint-Denis

12h37 Une kamikaze proche d'Abdelhamid Abaaoud? L'identité des terroristes morts ce matin lors de l'assaut n'a pas encore été révélée. La télévision belge RTBF annonce néanmoins que la femme kamikaze qui a fait exploser sa ceinture d'explosifs serait une proche d'Abdelhamid Abaaoud. La présence ou non de ce dernier sur place n'a en revanche pas été confirmée.

12h30 110 policiers du RAID et de la BRI Le ministre de l'Intérieur français, Bernard Cazeneuve, a confirmé que «deux personnes» étaient «décédées dont une femme par explosif» dans l'assaut policier lancé avant l'aube à Saint-Denis, au nord de Paris. «Sept personnes ont été interpellées», a également précisé Bernard Cazeneuve qui a salué le travail des policiers du Raid et de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI), «110 en tout qui sont intervenus de façon extrêmement courageuse.» Il a aussi souligné «le sang-froid des habitants de Saint-Denis».

12h20 Les 129 victimes de vendredi identifiées Le Conseil des ministres français indique que les 129 victimes décédées lors des attentats de Paris, vendredi 13 novembre, ont désormais été identifiées.

12h14 Une prolongation de l'état d'urgence La prolongation de l'état d'urgence en France sera examinée jeudi à l'Assemblée nationale et vendredi au Sénat, a indiqué mercredi le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll. L'état d'urgence avait été décrété vendredi soir après les attentats de Paris. La prorogation de l'état d'urgence au-delà de 12 jours ne peut être autorisée que par la loi, a rappelé Stéphane Le Foll lors du compte rendu du Conseil des ministres. Le projet de loi dispose que l'état d'urgence est prolongé de trois mois.

12h10 La police sécurise une église de Saint-Denis La police continue l'opération de sécurisation du quartier à Saint-Denis, et notamment à l'intérieur de l'église Saint-Denys-de-l'Estrée, proche des appartements où ont eu lieu les assauts. La porte de l'église a été forcée.

12h05 Les officiels sur place Un cortège vient d'arriver à Saint-Denis, à proximité des lieux où a été donné l'assaut durant sept heures ce mercredi. Le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, doit s'exprimer après avoir rencontré les forces de police et de secours.

12h Une autre vidéo amateur de l'assaut

11h50 Une grande tension sur place Plusieurs médias font état d'une grande tension à Saint-Denis, même si l'assaut lancé dans la nuit est terminé. La police recherche toujours d'éventuels autres suspects. L'assaut a permis de tuer deux personnes retranchées dans un appartement, dont une femme qui s'est fait exploser et un suspect dont l'identité reste à déterminer. Sept personnes ont aussi été interpellées: trois exfiltrées par la police de l'appartement visé, deux dans des appartements voisins, et deux autres à proximité.

11h40 Colis suspect à Paris Le Monde relaye «un mouvement de panique sur les grands boulevards parisiens en raison d'une alerte de type "colis suspect"», sans autre information pour l'instant.

11h30 L'assaut est terminé Selon l'AFP, l'assaut est terminé à Saint-Denis mais des opérations de sécurisation sont toujours en cours. Des sources policières font état de sept arrestations au total, dont trois dans l'appartement visé par l'assaut.

11h25 «On est parti. On commence» Les enquêteurs ont réussi à prouver qu’un portable, découvert dans une poubelle, appartenait bien à l’un des kamikazes du Bataclan, même s’ils ne savent pas précisément lequel. Dans l’historique des textos, un message reçu à 21h42: «On est parti. On commence». Révélé par Mediapart, cet échange accrédite la thèse d’une éventuelle coordination extérieure des attentats de Paris. Un plan détaillé du Bataclan a été retrouvé dans le même téléphone.

11h15 Une septième interpellation à Saint-Denis Sur place, les échanges de tirs ont cessé mais le périmètre de sécurité est maintenu et la fin de l'opération du RAID n'est pas officielle. Sept personnes auraient été interpellées, trois terroristes et quatre suspects.

11h07 Avions déroutés aux États-Unis Aucun explosif n'a été trouvé à bord de deux vols Air France à destination de Paris, qui avaient été déroutés mardi soir après leur décollage des États-Unis à la suite de menaces anonymes évoquant la présence d'une bombe à bord, ont indiqué les autorités et des médias. L'un des avions, avec 497 passagers, avait été dérouté vers Salt Lake City, dans l'Utah (ouest des États-Unis), après avoir décollé de Los Angeles, tandis que le second, parti de Washington avec 262 passagers, s'est posé à Halifax, au Canada (est).

11h Un chien policier a été tué Cinq policiers ont été blessés et un chien de la brigade canine a été tué par les terroristes lors de l'assaut lancé depuis le milieu de la nuit.

10h57 Salah Abdeslam arrêté en février aux Pays-Bas Salah Abdeslam, visé par un mandat d'arrêt international pour son rôle présumé dans les attentats de Paris, avait été brièvement arrêté en février aux Pays-Bas, a annoncé mercredi la police néerlandaise. «Il a été interpellé lors d'un contrôle routier de routine début février», a déclaré une porte-parole de la police néerlandaise, précisant qu'une quantité «limitée» de cannabis avait été retrouvée lors d'une fouille de la voiture. Il avait pu poursuivre sa route après paiement d'une amende de 70 euros, selon la police.

10h46 Bernard Cazeneuve suit l'opération Le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui s'entretenait avec le chef de l'État et le Premier ministre ce mercredi matin, vient de quitter l'Élysée, où débute le Conseil des ministres. Il manquera la séance, pour suivre l'opération en cours à Saint-Denis.

10h42 Un autre attentat projeté? Selon l'agence Reuters, qui cite une source proche de l'enquête, les suspects visés mercredi par une opération de police projetaient un nouvel attentat, contre le quartier de la Défense, en banlieue ouest de Paris. Une information qui n'a pas été confirmée de manière officielle.

10h39 Un texte solennel contre le terrorisme En France, un «texte solennel» condamnant le terrorisme sera diffusé dans toutes les mosquées pour le prêche de vendredi, a indiqué le Conseil français du culte musulman (CFCM).

10h30 Rappel des faits - Une opération de police a débuté vers 4h20 ce mercredi à Saint-Denis, en banlieue Nord de Paris. Le jihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, soupçonné d'avoir commandité les attentats de Paris, était visé. - Cinq personnes ont été interpellées: trois dans l'appartement ciblé par les forces de l'ordre, deux aux alentours. Leur identité n'a pas été divulguée. L'homme qui avait prêté l'appartement à des suspects fait partie des personnes arrêtées. - Deux autres suspects sont décédés, dont une femme kamikaze, qui a fait sauter sa ceinture d'explosifs au moment de l'intervention de la police. - Cinq policiers sont légèrement blessés. - Le sort d'Abdelhamid Abaaoud reste incertain. Rien ne prouve qu'il était effectivement dans l'appartement. Tout comme Salah Abdeslam, recherché par les polices européennes depuis les attentats.

10h24 Des rumeurs Attention, comme toujours dans ce type d'événements, de nombreuses rumeurs et intox circulent sur Internet. Des sites Internet font état de la mort d'un passant, de tirs en cours dans Paris ou encore d'un plus grand nombre de victimes lors du raid. Des informations absolument pas confirmées à l'heure actuelle.

10h18 Première en France Une femme kamikaze s'est donc fait exploser lors de l'intervention des forces de police. Une première sur le territoire français.

10h15 Blessures légères Les policiers blessés sont au nombre de cinq, suite à l'intervention à Saint-Denis. Mais les blessures sont légères.

10h05 Incertitudes sur Abaaoud Des informations contradictoires circulent depuis mercredi matin sur Abdelhamid Abaaoud, qui serait la cible de l'opération de police. France 2 a annoncé son arrestation, avant de se rétracter. Le quotidien français 20 Minutes affirme qu'il ne fait pas partie des personnes arrêtées.

9h58 L'interview de l'homme qui a prêté son appartement Les forces de l'ordre mènent depuis mercredi matin une opération dans un appartement, dans lequel se trouvaient des terroristes présumés. Le propriétaire du lieu a pu être interrogé avant son interpellation.

9h43 Légère accalmie D'après les témoins sur place, cités par plusieurs médias, la situation à Saint-Denis s'est légèrement calmée, les armes ont arrêté de retentir. Mais l'opération serait toujours en cours. Un dernier suspect serait toujours retranché, même si le procureur de la République ne l'a pas confirmé.

9h33 Aucun suspect en fuite Selon le ministère français de l'Intérieur, aucun suspect visé par l'assaut de Saint-Denis n'est en fuite.

9h30 Raids en Syrie Pendant ce temps, la France et la Russie continuent de bombarder des cibles de l'État islamique en Syrie. Au moins 33 membres de l'EI sont morts dans les raids en 72 heures, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

9h21 Policiers blessés Rappelons que trois policiers ont été blessées dans l'assaut. Mais aucune précision sur l'état des blessures n'a été apportée pour le moment.

9h15 Cinq interpellations Il y a donc eu cinq interpellations dans le cadre de l'assaut de Saint-Denis. Trois personnes qui se trouvaient dans un appartement visé, deux autres qui étaient à proximité.

9h13 Communiqué du procureur de la République Quelques heures après le début de l'assaut, le procureur de la République a fait un point. Voici le communiqué ci-dessous.

9h La mort d'une femme confirmée La justice française confirme à l'instant la mort d'une femme kamikaze dans l'assaut de mercredi matin. Elle s'est fait exploser lors de l'intervention des forces de l'ordre.

8h59 Les terroristes pas encore identifiés Les individus décédés dans l'opération de police n'ont pas encore été identifiées, selon iTélé. On ne sait donc pas s'il s'agit des terroristes en fuite depuis vendredi dernier.

8h55 Deux appartements visés Selon la chaîne française iTélé, deux appartements sont visés par l'opération du RAID. La chaîne évoque aussi quatre interpellations.

8h44 En résumé Une vaste opération de police a été lancée ce mercredi matin, vers 4h30. Elle ciblait le jihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, selon une source policière, non confirmée par les autorités. L'opération a immédiatement donné lieu à des échanges de tirs, les terroristes n'ayant pas été surpris.

Deux des personnes retranchées sont décédées, dont une femme kamikaze qui s'est fait exploser. Trois autres personnes ont été interpellées, dont un homme qui avait mis l'appartement à disposition des suspects. Ils ont été placés en garde à vue, a indiqué une source policière, sans donner plus de détail.

L'opération est toujours en cours. Un suspect reste retranché.

8h41 Trois arrestations Trois hommes ont été interpellés lors de l'assaut antiterroriste d'un appartement de Saint-Denis, au nord de Paris, qui restait en cours mercredi peu après 08h30. Ils ont été placés en garde à vue.

8h39 Interpellation d'un homme qui avait prêté un appartement Un homme qui dit avoir hébergé deux personnes «qui venaient de Belgique» dans l'appartement de Saint-Denis, au Nord de Paris, visé par un assaut antiterroriste, a été interpellé par les policiers, a constaté une journaliste de l'AFP. «Un ami m'a demandé d'héberger deux de ses potes pour quelques jours», a raconté sous couvert d'anonymat cet homme d'une trentaine d'années, qui a expliqué avoir mis à leur disposition un appartement. «J'ai dit qu'il n'y avait pas de matelas, ils m'ont dit "c'est pas grave", ils voulaient juste de l'eau et faire la prière».

«On m'a demandé de rendre service, j'ai rendu service, je n'étais pas au courant que c'étaient des terroristes», a expliqué cet homme, très agité, avant d'être menotté et emmené par les policiers. Une amie de cet homme dit avoir dormi dans l'appartement la semaine dernière. Elle a expliqué qu'il s'agissait d'un logement dont son ami a forcé la porte, «une sorte de squat». Selon elle, les deux visiteurs sont arrivés «il y a deux jours».

8h35 Christiane Taubira défend le bilan des autorités Malgré les terribles attentats de Paris, la ministre française de la Justice Christiane Taubira a indiqué mercredi sur Europe 1 que l'action des services de police et de justice avait permis d'éviter des passages à l'acte.


Taubira : "l’assaut est lié aux attentats de... par Europe1fr

8h32 Qui est Abdelhamid Abaaoud? Le Belge est soupçonné d'être à l'origine des attentats de Paris. Découvrez son parcours et sa traque en lisant cet article.

8h28 Réunion de crise En France, le Premier ministre Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve se sont réunis avec le président François Hollande, dans le bureau de ce dernier à l'Élysée.

8h23 Un assaut bientôt terminé L'opération antiterroriste en cours à Saint-Denis «est en train de s'achever», a déclaré mercredi matin la ministre de la Justice Christiane Taubira sur Europe 1. «Cet assaut est lié à l'enquête, a ajouté la ministre. C'est lié effectivement aux attentats de vendredi dernier». Priée de dire si l'organisateur présumé des attaques, le jihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, était la cible de l'assaut, elle a répondu: «Il faudra prendre toutes les précautions nécessaires pour ne pas fragiliser l'enquête» en donnant trop tôt une information».

8h13 Trois policiers blessés Dans les opérations menées depuis 4h30 ce mercredi, trois policiers ont été blessés, ont indiqué des sources policières.

8h12 Identités inconnues On ne connaît pas l'identité des suspects morts dans l'immédiat. Rappelons que l'opération a pour cible l'organisateur présumé des attentats de vendredi, le jihadiste belge Abdelhamid Abaaoud.

8h10 Interpellations La police a procédé à deux interpellations lors de l'opération antiterroriste à Saint-Denis, ont indiqué des sources policières.

8h03 Deux morts désormais, un suspect retranché Le bilan de l'assaut mené à Saint-Denis est désormais de deux morts. Deux forcenés sont décédés, dont une femme qui s'est fait exploser. Un suspect reste retranché, d'après des sources policières.

7h58 Des explosions Au moins sept explosions ont été entendues sur place.

7h56 L'armée en renfort Une cinquantaine de militaires ont été déployés sur les lieux de l'assaut, ont constaté des journalistes de l'AFP. Ils se sont postés à l'entrée du périmètre de sécurité le long des vitrines des magasins, fusils d'assaut à la main. De fortes détonations ont été entendues vers 07h30, trois heures après le début de l'opération ponctuée d'intenses échanges de tirs. Le Monde évoque de son côté une centaine d'hommes en renfort.

7h53 Saint-Denis Certains terroristes liés aux attentats de Paris seraient donc retranchés à Saint-Denis. C'est dans cette commune que se trouve le stade de France, l'un des lieux visés par les terroristes vendredi dernier.

7h51 État de siège Le centre-ville de Saint-Denis, commune du Nord de Paris, est en état de siège, selon les journalistes présents sur place.

7h48 D'autres perquisitions en cours L'assaut de Saint-Denis n'est pas la seule opération en cours. Des perquisitions administratives en application de l'état d'urgence étaient en cours mercredi au petit matin en Ariège, à Toulouse et dans une autre commune de Haute-Garonne, dans le Sud de la France, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

7h47 Une centaine d'hommes en renfort L'armée envoie deux compagnies militaires sur le lieu de l'assaut, soit une centaine d'hommes, indique le quotidien français Le Monde.

7h46 Conseils de prudence Les autorités conseillent évidemment aux habitants de Saint-Denis de rester chez eux jusqu'à ce que l'opération se termine.

7h38 Des rafales de balles Les habitants de Saint-Denis ont été réveillés vers 4h30 par des échanges de tirs entre des individus retranchés et la police.

7h32 Abdelhamid Abaaoud, recherché depuis janvier La cible de l'assaut est Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats de vendredi. Membre de l'organisation État islamique (EI), ce jihadiste belge de 28 ans, surnommé Abou Omar Soussi ou Abou Omar al-Baljiki, est recherché depuis janvier, soupçonné d'avoir également projeté des attentats en Belgique.

7h26 Des fermetures à Saint-Denis Du fait de l'intervention du RAID, des mesures ont été prises par les autorités françaises. Les écoles et collèges de Saint-Denis seront fermés toute la journée de mercredi. Plusieurs stations de métro sont actuellement fermées.

7h21 D'autres victimes? Le journal Le Monde, qui cite une source policière, évoque «deux morts et un troisième à confirmer parmi les personnes visées par les policiers du RAID», l'unité spéciale en France.

7h16 La victime dans l'appartement Au moins une personne a été tuée dans l'appartement visé par l'assaut policier mené mercredi matin à Saint-Denis dans le cadre de l'enquête sur les attentats de vendredi, a-t-on appris de source proche de l'enquête. L'identité de cette victime n'a pas été précisée. Des policiers ont été blessés durant l'assaut destiné à arrêter en particulier Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attentats.

7h09 Au moins un mort L'opération de police en région parisienne a déjà fait au moins un mort, selon une source policière. On en sait pas s'il s'agit d'un policier ou d'un terroriste présumé.

7h Mesures de sécurité renforcées Dans le contexte actuel, de nombreuses mesures de sécurité sont prises. Deux vols Air France à destination de Paris ont été déroutés mardi soir après leur décollage des États-Unis pour des raisons de sécurité, ont indiqué des médias américains. La chaîne de télévision CNN a indiqué qu'un vol avait été dérouté vers Salt Lake City, dans l'Utah, après avoir décollé de Los Angeles, tandis que le second, parti de Washington, s'est posé à Halifax, au Canada. Les deux avions ont atterri sans problème, selon CNN.

6h58 Une fusillade au début de l'opération L'assaut a été donné juste avant 4h30. Mais les terroristes présumés n'ont pas été surpris par l'opération. Ils ont répliqué à l'action de la police par des tirs.

6h54 Le cerveau présumé des attentats serait à Saint-Denis L'organisateur présumé des attentats, le Belge Abdelhamid Abaaoud, est la cible de l'assaut à Saint-Denis, selon des sources policières.

6h45 Quartier bouclé Le quartier du centre de Saint-Denis est en partie bouclé alors que les opérations policières sont toujours en cours. De nombreuses personnes seraient toujours retranchées dans l'appartement. Le commanditaire des attentats pourrait être parmi elles.

6h42 Des hommes retranchés Plusieurs hommes sont retranchés dans un appartement, France Info évoque cinq personnes.

6h41 Des policiers blessés Plusieurs policiers français ont été blessés dans la nuit de mardi à mercredi pendant l'assaut donné à Saint-Denis, au nord de Paris, par les forces antiterroristes en lien avec les attentats de vendredi, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

6h39 Dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris, les forces françaises ont lancé un assaut à partir de 4h25 à Saint-Denis, une commune au Nord de Paris.

(jg/nc/L'essentiel)